Rapport USGS de 1911 de Douglas Sterrett sur la découverte, la géologie, l'exploitation minière et les propriétés du minéral.

Benitoite à facettes: Cinq minuscules gemmes de benitoite à facettes dans un dégradé de couleurs allant du presque incolore au bleu violacé. Chaque pierre est un brillant rond d'environ 3,5 millimètres et pesant environ 0,20 carat. Photo de TheGemTrader.com.

Cristaux de benitoite et de neptunite: Ce spécimen est une plaque de cristaux de benitoite bleu translucide et de cristaux de neptunite noire sur fond de natrolite blanche. (Cette association est typique et une caractéristique importante du minéral.) Les cristaux mesurent environ 2 centimètres de long et la plaque mesure environ 15 x 11 x 2 centimètres. Le spécimen provient de la mine de pierres précieuses de Dallas, zone d'amont de la rivière San Benito, district de New Idria, chaîne Diablo, comté de San Benito, Californie. Spécimen et photo par Arkenstone / www.iRocks.com.

Table des matières


Qu'est-ce que la benitoite?
Propriétés physiques de la benitoite
Rapport sur la découverte de la benitoite
de Douglas B. Sterrett (1911)
Description de Benitoite
Qui a découvert la benitoite?
Emplacement du gisement de benitoite
Géologie du gisement de benitoite
Développement de la mine Benitoite
Minéralogie de la zone Benitoite
Obtention de spécimens de benitoite
Propriétés chimiques et physiques de la benitoite
Bénitoite Gemology
Autres dépôts de benitoite?

Qu'est-ce que la benitoite?

La benitoite est un minéral extrêmement rare qui est surtout connu pour être la pierre précieuse officielle de l'État de Californie. Il s'agit d'un minéral de silicate de titane et de baryum, généralement de couleur bleue, que l'on trouve dans les roches qui ont été altérées par le métamorphisme hydrothermal. Sa composition chimique est BaTi (Si3O9).

L'identification et la description originale de la benitoite étaient basées sur des spécimens trouvés dans le cours supérieur de la rivière San Benito, dans le comté de San Benito, en Californie, d'où elle a reçu son nom. De petites quantités de benitoite ont également été trouvées à d'autres endroits en Californie, Arkansas, Montana, Australie, République tchèque, Japon et Roumanie. 1 Le seul endroit où des matériaux de qualité gemme ont été trouvés est le comté de San Benito, en Californie.

En raison de sa rareté, les pierres précieuses et les spécimens minéraux de benitoite sont extrêmement chers. C'est un minéral rarement vu dans les collections de bijoux ou de pierres précieuses et de minéraux.

Propriétés physiques de la benitoite

Classification chimiqueSilicate de titane et de baryum
CouleurLa plupart des spécimens sont bleu violacé. Certains spécimens sont incolores. Il existe une gamme de couleurs et de saturation entre incolore et bleu violet foncé. De rares spécimens orange traités thermiquement sont connus.
Traînéeblanc
LustreVitreux
DiaphanéitéTransparent à translucide
ClivagePauvre
Dureté Mohs6 à 6,5
Gravité spécifique3.6
Propriétés de diagnosticCristaux dipyramidaux tabulaires. Fluorescence bleue intense sous lumière ultraviolette à ondes courtes. Associé à la serpentine et à l'albite, mais plus important encore aux minéraux rares tels que la natrolite, la joaquinite et la neptunite.
Composition chimiqueBaTiSi3O9
Crystal SystemHexagonal
Les usagesGemstone, collector mineral, Official State Gem of California.

Propriétés physiques de la benitoite

La benitoite a une apparence très similaire au saphir. Sa couleur bleue et son pléochroïsme ressemblent beaucoup à ceux du saphir. La benitoite et le saphir ont des indices de réfraction qui se chevauchent, mais la benitoite a une biréfringence beaucoup plus élevée, qui montre souvent un clignotement de biréfringence.

Le saphir a une dureté Mohs de 9, tandis que la benitoite est beaucoup plus douce à 6 à 6,5. La benitoite a une densité de 3,65, contre une densité de 3,9 à 4,1 pour le saphir. La benitoite se trouve généralement en association avec d'autres minéraux rares, dont la natrolite, la joaquinite et la neptunite.

Rapport sur la découverte de la benitoite par Douglas B. Sterrett (1911)

Les informations ci-dessous sont une transcription textuelle d'un article sur la découverte, la géologie, l'exploitation minière et les propriétés de la benitoite, par Douglas B. Sterrett. Il a été publié dans l'édition de 1909 de Mineral Resources of the United States, par le United States Geological Survey. 2

Description de Benitoite

Une excellente description du nouveau minéral gemme californien, la benitoite, a été récemment donnée par G. D. Louderback, de l'Université de Californie. La localité a été visitée au cours de l'été 1909 par l'écrivain actuel, et toutes les installations ont été données pour l'examen du dépôt par la Dallas Mining Company grâce à la gentillesse de M. Thomas Hayes, alors surintendant intérimaire. La description suivante a été extraite en partie du rapport du docteur Louderback et des notes fournies par l'observation personnelle ont été ajoutées.

Qui a découvert la benitoite?

L'écrivain a rencontré la difficulté mentionnée par le docteur Louderback pour savoir qui était le premier découvreur de la propriété de la benitoite. Il est évident que J. M. Couch, de Coalinga, arraché par R. W. Dallas, a contribué à trouver le gisement. Qu'il l'ait découvert seul ou lors d'un deuxième voyage avec L. B. Hawkins, de Los Angeles, est un point controversé. Le matériel amené à Los Angeles par M. Hawkins était du verre volcanique prononcé et sans valeur. Selon M. Couch, des spécimens donnés à Harry U. Maxfield, de Fresno, ont été montrés à G. Eacret, de Shreve & Co., San Francisco, et à G. D. Louderback. Les spécimens coupés par M. Eacret étaient considérés comme du saphir. Le docteur Louderback a trouvé que le matériau était un nouveau minéral et l'a nommé benitoite d'après le comté dans lequel il a été trouvé.

Carte de la mine de benitoite: Carte montrant l'emplacement dans le comté de San Benito en Californie centrale.

Emplacement du gisement de benitoite

La mine de benitoite est située dans la partie sud-est du comté de San Benito, près de la limite du comté de Fresno. Le gisement se trouve à environ 35 milles par la route au nord-ouest de Coalinga dans la chaîne Diablo, à environ trois quarts de mille au sud du pic de Santa Rita et sur l'un des affluents de la rivière San Benito. L'altitude de la mine est d'environ 4 800 pieds au-dessus du niveau de la mer; l'altitude du pic Santa Rita est de 5 161 pieds. La mine se trouve à l'extrémité d'une des crêtes ramifiées du côté sud du pic Santa Rita. La fin de l'extension vers le sud de cette crête est un bouton bas à environ 160 pieds au-dessus du ruisseau. Ce bouton est appelé l'apex, et de là un petit éperon s'étend à l'ouest jusqu'au ruisseau. La mine de benitoite est située du côté sud de cet éperon, à environ 50 pieds plus bas que l'apex et à 250 pieds à l'ouest de celui-ci.

Géologie du gisement de benitoite

Le gisement de benitoite se trouve dans une grande zone de serpentine qui s'étend sur plusieurs kilomètres vers le nord après la mine de vif-argent de New Idria et sur quelques kilomètres vers le sud, et forme le sommet d'une crête anticlinale qui descend jusqu'à Coalinga. Cette serpentine est du type habituel des chaînes côtières et présente différentes phases allant de la matière dure vert foncé et noir verdâtre à la roche plus douce de couleur plus claire contenant plus ou moins de talcose et de minéraux chloritiques. Les coutures latérales et les blocs et les masses en forme de lentille sont communs à travers la serpentine, dont une grande partie est décomposée près de la surface et se décompose en un sol vert grisâtre clair qui a une sensation grasse lorsqu'il est frotté entre les doigts. Des inclusions de masses de schistes et d'autres roches de la formation franciscaine se produisent dans la serpentine. Ces schistes peuvent être micacés ou plus basiques, ayant la hornblende, l'actinolite ou le glaucophane communs comme minéraux caractéristiques.

Le gisement de benitoite est situé dans l'une de ces inclusions de base, dont une partie a une structure quelque peu schisteuse, tandis que le reste est presque massif. Ces phases étaient probablement à l'origine différentes formations adjacentes qui ont été métamorphosées. Une partie de la forme massive est une roche gris foncé à gris verdâtre qui pourrait être appelée piège. Dans certains spécimens, les minéraux suivants peuvent être déterminés au microscope: augite, plagioclase concassé et recristallisé et contenant des prismes de clinozoisite, albite secondaire, serpentine jaune et un peu de titanite et de pyrite. La roche est donc une diabase ou gabbro partiellement métamorphisé. Les phases les plus schisteuses sont bleu grisâtre à bleu et se dégradent en matière veineuse. Ils sont composés d'une ou plusieurs variétés de hornblende, certaines partiellement chloritisées, avec albite, et, près de la veine, avec natrolite. La hornblende se présente sous forme d'aiguilles minuscules, de masses feutrées d'aiguilles, de lames et de prismes plus robustes. Celles-ci ont un pléochroïsme bleuâtre à vert jaunâtre à presque incolore, et sont en partie probablement de l'actinolite et en partie du glaucophane ou de la hornblende alliée. La natrolite échoue et l'albite est également moins abondante dans la roche hornblende à une certaine distance de la veine.

La veine est une zone brisée hautement minéralisée dans la roche schisteuse. Les fractures et les joints avec le remplissage de la veine sont à peu près parallèles à la schistosité de la roche, qui fait en moyenne près de l'est et de l'ouest en grève avec des variations locales et a un pendage variable de 20 ° à 70 ° N. Une carte croquis d'une petite zone sur la colline de la mine de benitoite donnant les affleurements avec leurs pendages et leurs grèves et les formations rencontrées dans les chantiers de la mine montre que l'inclusion de schiste et de gabbro dans la serpentine est de forme assez irrégulière. La largeur à la mine entre les murs en serpentin est d'environ 150 pieds et à une distance de 150 pieds à l'est de la mine, elle n'est que d'environ 90 pieds; environ 80 pieds plus à l'est au sommet, il fait plus de 100 pieds. Cette inclusion de schiste a été décrite par Kalph Arnold comme 150 pieds de large à son point le plus large et au moins 1 200 pieds de long.

Le métamorphisme de l'inclusion schisteuse a été de deux types - d'abord le brassage et le revêtement de la roche de base d'origine produisant la schistosité et ouvrant des canaux pour les solutions, puis un passage de solutions minéralisées recristallisant et remplaçant les minéraux de la roche par de l'albite. L'albite a imprégné la roche sur plusieurs pieds de chaque côté de la zone de fracture. Les conditions de température ou de pression des solutions ont changé, de sorte que la natrolite a ensuite été déposée. La natrolite n'a pas pénétré loin dans la roche, mais a formé un revêtement sur les parois des fissures. La neptunite et la benitoite se sont formées avec la natrolite à ce stade dans les fissures et les ouvertures mais n'ont pas pénétré la paroi rocheuse. Toute cette zone minéralisée contenant de nombreuses bandes et masses de natrolite avec des minéraux gemmes dans les joints, les fissures et les espaces ouverts dans la roche de hornblende bréchifiée peut être appelée la veine.

Les cavités et les joints non remplis dans la zone veineuse, aidés par des fractures et des failles ultérieures, ont offert un passage facile pour les eaux météoriques en décomposition plus récentes. Ces derniers ont lessivé des portions de schiste à hornblende le long et inclus dans la veine, ont enlevé une partie des minéraux de la veine et ont taché la natrolite sur les parois des cavités et des coutures avec des oxydes de fer et de manganèse. La roche, lixiviée d'albite, a une texture plus ou moins poreuse et est composée principalement de hornblende bleue fibreuse fine et d'actinolite.

Structure cristalline de la benitoite: Structure cristalline de la benitoite, BaTiSi3O9, P-6c2, projeté sur le plan (a, c). Image du domaine public par Perditax.

Développement de la mine Benitoite

Les travaux de mise en valeur de la mine de benitoite au moment de la visite de l'écrivain consistaient en une grande et une petite coupe à ciel ouvert, une galerie ou un tunnel prospectif avec un tunnel transversal et un puits incliné. Le grand trou ouvert ou "trou de gloire" mesurait de 20 à 45 pieds de large, 85 pieds de long et de quelques pieds à 35 pieds de profondeur; il avait une direction nord-est dans la colline. La coupe ouverte plus petite se trouvait du côté nord de l'entrée de la coupe plus grande et à un niveau inférieur, elle mesurait environ 60 pieds de long et 10 à 15 pieds de profondeur. Le tunnel de prospection a été conduit à 120 pieds dans une direction N. 70 ° E. à partir de la fin de la grande coupe à ciel ouvert. Le tunnel transversal mesurait 45 pieds de long et était dirigé vers le nord à angle droit par rapport au tunnel principal à une distance de 50 pieds de l'embouchure. Le puits incliné était enfoncé à 35 pieds de profondeur du côté nord de la coupe ouverte à peu près au milieu.

Le tunnel prospect a traversé la formation de schiste à hornblende en serpentine décomposée. Le contact était évidemment une ligne de faille, et près d'elle, la serpentine contenait beaucoup de talcose et de matière asbestiforme écailleuse. La faille était directement à travers la schistosité avec une grève nord-sud et a. pendage de 45 ° O. Ce tunnel prospect a rencontré un peu de natrolite (matière veineuse) dans le schiste à hornblende dans sa partie supérieure ouest, à 15 pieds au-delà du tunnel transversal, qui a traversé une petite bande de matière veineuse contenant un peu de benitoite à environ 10 pieds de le tunnel principal. Un matériau veineux a formé le toit du tunnel prospect sur plusieurs mètres près de son embouchure. Le «trou de gloire» a été creusé dans une très grande poche ou renflement dans la veine, dont une partie peut encore être vue le long de la paroi nord de la coupe à ciel ouvert. Le puits incliné était apparemment coulé dans la partie inférieure de cet affleurement et n'a pas rencontré de benitoite. Le plus petit matériau de veine exposée à coupe ouverte avec de la benitoite, qui était plus abondant près de l'extrémité est de la coupe qu'à l'extrémité ouest. La veine et le schiste de cette coupe étaient très noircis et tachés de films et de coutures de dioxyde de manganèse. À environ 30 pieds S. 60 ° E. de l'extrémité supérieure de l'énorme coupure ouverte, une corniche de schiste à hornblende bleu altérée est bien en vue. Ce rebord comporte également une bande de natrolite avec de la benitoite. La benitoite a été trouvée dans des boules de bowling à quelques centaines de mètres à l'ouest de la mine à flanc de colline et dans le ruisseau. Ces boules ont évidemment roulé depuis l'affleurement sur la colline au-dessus et probablement près de la mine. Le docteur Louderback déclare que la benitoite a été trouvée sur une distance d'environ 230 pieds à la surface le long de la zone minérale et en très petite quantité à ses extrémités. L'auteur a observé la benitoite en place sur une distance d'environ 170 pieds dans une direction est et ouest.

La direction de l'affleurement de la corniche à l'est de la coupe à ciel ouvert était d'environ N. 60 ° O., avec une forte inclinaison vers le nord. La frappe rencontrée dans le tunnel, à environ 30 pieds plus bas et au nord, était presque coulée et à l'ouest avec un pendage d'environ 40 ° N. Dans la partie supérieure de la face de la coupe à ciel ouvert, le pendage était élevé, environ 65 ° N ., et au-dessous du milieu de la face, elle était basse, de 15 ° à 25 ° N.Le long du côté nord de la coupe ouverte et dans la coupe inférieure, la frappe était à l'est et à l'ouest et le pendage était probablement plutôt bas, 20 ° à 30 ° N. Ces mesures ne concordent pas étroitement avec celles du docteur Louderback, notamment en ce qui concerne le pendage de la veine. Le jointoiement de la roche et la nature irrégulière de la veine rendent cependant difficiles des mesures précises. Le docteur Louderback place le pendage à 65 ° à 69 ° N., mais le pendage mesuré par l'écrivain est beaucoup plus bas, probablement de 15 ° à 30 ° N. dans la partie inférieure de la coupe. La preuve de cette mesure se trouve dans la position de la veine à l'affleurement et dans le tunnel, des couches de schiste bleu et de natrolite à la fin de la coupe, et du rebord le long du côté nord de la coupe ouverte et dans la coupe inférieure. Un creux aussi bas expliquerait l'échec de la pente à couper la zone minéralisée. L'échec pourrait également être dû au pincement de la veine à une courte distance en dessous de la grande poche ouverte dans le «trou de gloire». L'impression acquise par une étude du gisement et en traçant l'emplacement de la veine rencontrée à différents endroits était que le gisement consiste en une pousse de minerai tanguant à l'ouest et se situant dans une zone de fracture en schiste à hornblende avec des irrégularités à l'est et à l'ouest grève et pendaison nord. Cette pousse avait une section transversale lenticulaire avec une épaisseur de plus de 25 pieds dans la partie la plus épaisse mais se pinçant sur les côtés. Le bord supérieur de la pousse a été enlevé par l'érosion. Une partie du bord amoureux a été rencontrée dans le tunnel. L'extension est d'une telle pousse aurait été enlevée par l'érosion et l'extension ouest serait souterraine, au nord, à l'ouest et au-dessous de la coupe à ciel ouvert.

Le docteur Louderback mentionne l'affleurement de gabbro sphéroïdal au sud-est du gisement de benitoite à flanc de colline. L'affleurement rocheux du côté nord de la zone veineuse, au sommet de la crête, est de nature similaire et a été mentionné ci-dessus comme diabase ou gabbro. La même roche a été rencontrée dans le tunnel transversal à 40 pieds sous la surface et à 30 pieds au nord du tunnel principal. Sous terre, cette roche se trouvait dans de grands boules sphéroïdes lâches allant jusqu'à plusieurs pieds d'épaisseur, avec de grandes ouvertures entre elles. Ce matériau était difficile à extraire et nécessitait un boisage soigneux. Les espaces ouverts se sont manifestement étendus à la surface au-dessus, alors qu'un fort courant d'air les traversait. La forme sphéroïdale des blocs et les espaces ouverts entre eux ont sans doute été formés par décomposition et lessivage le long des plans de fracture.

Benitoite fluorescente: Il s'agit d'une photographie de petits cristaux de benitoite sous lumière ultraviolette. Le minéral présente une couleur bleu brillant sous rayonnement ultraviolet. Photo du domaine public par Parent Géry.

Minéralogie de la zone Benitoite

La benitoite se rencontre avec de la neptunite dans les croûtes, les joints et les dépôts plus épais de natrolite blanche sur les parois des cavités et des fissures géodésiques du schiste à hornblende. Ces dépôts se produisent à la fois dans des masses de forme irrégulière et dans des coutures avec des directions plus précises. Ils renferment des fragments de schiste à hornblende fortement imprégné de natrolite. Dans certaines des inclusions, la gradation de la roche à hornblende contenant beaucoup de natrolite à la natrolite contenant des inclusions aciculaires de hornblende est complète. La benitoite est enchâssée ou attachée à la natrolite, étant à certains endroits complètement, à d'autres endroits partiellement, enveloppée par elle. Dans ce dernier, la benitoite se projette dans les cavités avec les surfaces drusy grossières de la natrolite. La natrolite avec ou sans benitoite et neptunite remplit complètement certaines fissures et anciennes cavités. La benitoite est toujours en contact avec la natrolite et n'a pas été trouvée incrustée dans la roche hornblende seule. Il est en de nombreux endroits attaché à la hornblende imprégnée de natrolite et est partiellement ou complètement enfermé dans la natrolite sur les côtés restants. La neptunite est soumise aux mêmes relations avec la natrolite et est, par endroits, en partie entourée de benitoite. Ces faits indiquent la même période de formation pour les trois minéraux avec le pouvoir de cristallisation classés dans l'ordre suivant: neptunite, benitoite et natrolite.

Obtention de spécimens de benitoite

La benitoite est obtenue en brisant des masses ouvertes de roches veineuses et en ciselant soigneusement ou en travaillant les cristaux hors de la natrolite enfermée. De nombreuses pierres précieuses sont blessées ou ruinées par cette méthode. L'élimination de la natrolite par l'acide a été tentée avec un succès partiel. On obtient de grandes dalles de roche de 2 à 3 pieds ou plus recouvertes de natrolite et transportant de la benitoite et de la neptunite. Les deux derniers minéraux sont soit visibles sur la surface drusy de la natrolite, soit entièrement recouverts de natrolite. La position de la benitoite et de la neptunite est souvent marquée par des grumeaux ou un épaississement de la croûte de natrolite. En coupant soigneusement ces morceaux, de beaux cristaux sont parfois découverts. Souvent, la croûte ou la coquille englobante de natrolite blanche peut être séparée d'un cristal de neptunite ou de benitoite en deux ou trois gros morceaux, de sorte que le revêtement peut facilement être remplacé par-dessus le cristal. Un tel matériau fait de beaux spécimens. Les plaques de roche hornblende bleuâtre avec une croûte blanche pure drusy de natrolite contenant de la neptunite noir rougeâtre brillante et de la benitoite bleue en cristaux fins sont excellentes pour le même usage.

Les minéraux associés à la benitoite sont décrits et des analyses sont données dans l'article de Louderback et Blasdale. La neptunite est du silicate de titane contenant du fer, du manganèse, du potassium, du sodium et du magnésium. Il se présente dans les cristaux prismatiques noirs à noir rougeâtre du système monoclinique, la longueur étant généralement plusieurs fois l'épaisseur. Il présente un clivage prismatique et les fines éclats ou poudre présentent une couleur brun rougeâtre foncé. La dureté est comprise entre 5 et 6 et la densité 3.18 à 3.19. La neptunite est pratiquement insoluble dans l'acide chlorhydrique.

La natrolite, à laquelle la benitoite et la neptunite sont associées, ne se trouve généralement pas dans des cristaux distincts de toute taille. Il forme des agrégats blancs granuleux massifs de matériau cristallisé avec des groupes de cristaux incurvés en forme de crête ou de crête de coq et des masses botryoïdes drusy dans les cavités. La natrolite est un silicate hydraté de sodium et d'aluminium cristallisant dans le système orthorhombique.

Les autres minéraux présents en plus petite quantité dans les cavités sont les taches de cuivre vert émeraude, les aiguilles amphiboles, l'albite, l'aegirine et le psilomélane. Les amphiboles sont de l'actinolite, une variété intermédiaire entre la crossite et la crocidolite, et un peu de glaucophane.

Propriétés chimiques et physiques de la benitoite

Les propriétés chimiques et physiques de la benitoite et de ses minéraux associés ont été décrites par Louderback et Blasdale, et les notes suivantes sont tirées de leur description. Les analyses chimiques montrent qu'il s'agit d'un titano-silicate de baryum acide répondant à la formule BaTiSi3O9 . La benitoite est insoluble dans les acides ordinaires, mais elle est attaquée par l'acide fluorhydrique et se dissout dans le carbonate de sodium fondu. Seul, il fusionne tranquillement à un verre transparent à environ 3. La couleur de la benitoite n'est pas affectée en chauffant la pierre à rougir et en laissant refroidir. La dureté est supérieure à l'orthoclase et inférieure au péridot, soit environ 6 à 6 1/2, et la gravité spécifique est de 3,64 à 3,67.

La benitoite cristallise dans la division trigonale du système hexagonal. Les formes courantes observées sont la base c (0001), les prismes trigonaux m (1010) et n (0110) et les pyramides trigonales p (1011) et π (0111). D'autres formes sont plutôt rares et de faible importance. Parmi ces faces, la pyramide π présente généralement le développement le plus important. Cela donne au cristal un aspect triangulaire avec les coins tronqués par des plans plus petits. Les faces du prisme sont étroites, bien que généralement présentes. De nombreux cristaux sont naturellement gravés sur un ou plusieurs ensembles de faces. Ces visages sont un peu ternes ou légèrement piqués. La benitoite a un clivage pyramidal imparfait et une fracture conchoïdale.

Benitoite à facettes: Trois pierres bleues de benitoite à facettes. La benitoite est souvent coupée en brillants ronds en raison de son indice de réfraction élevé et de sa dispersion. Les coupeurs doivent orienter la benitoite avec soin pour tirer pleinement parti de son pléochroïsme. Photo de TheGemTrader.com.

Bénitoite Gemology

L'indice de réfraction moyen de la benitoite est supérieur à celui du saphir et mesure 1,757 à 1,804 (saphir 1,759 à 1,767). La biréfringence est élevée et le pléochroïsme très fort. Les cristaux sont généralement transparents avec une couleur pâle à bleu foncé et violet bleuâtre. Les variations de couleur sont courantes dans le même cristal, et le passage du bleu foncé au bleu clair ou incolore peut être net ou progressif. Le pléochroïsme de la benitoite est pâle à bleu foncé ou violacé et incolore. Les couleurs les plus riches sont visibles lorsque les cristaux sont vus parallèlement à la base. L'intensité du bleu diminue à mesure que le rayon lumineux pénètre le cristal à d'autres angles jusqu'à ce qu'il soit perpendiculaire à la base, lorsque le cristal est incolore. Il est donc nécessaire de couper la pierre précieuse de manière à obtenir les meilleurs effets. Les pierres de couleur pâle doivent être coupées avec la table perpendiculaire à la base ou parallèle à l'axe vertical du cristal pour garantir la pleine valeur de la couleur. Les pierres de couleur plus foncée peuvent être taillées de la même manière ou avec la table en position intermédiaire, si la couleur est très forte. En coupant des pierres de couleur intense avec la table seulement légèrement hors de parallèle à la base, la couleur peut être réduite à une nuance désirable. Le dichroscope peut être utilisé pour déterminer la position de l'axe vertical et en conséquence de la base perpendiculaire à celui-ci. Lorsqu'elles sont vues perpendiculairement à l'axe vertical avec un dichroscope, les couleurs jumelles ou deux rayons de lumière sont très intenses à bleu pâle (en fonction de la profondeur de couleur du cristal) et incolores. Lorsqu'ils sont vus parallèlement à l'axe vertical ou perpendiculaire à la base, les deux rayons sont incolores et le restent pendant la rotation du dichroscope. La couleur de l'un des rayons devient plus forte lorsque le cristal tourne de cette position. Les cristaux de benitoite présentant deux nuances de couleur, comme bleu foncé et bleu clair ou bleu et incolore dans différentes parties du même cristal, peuvent être coupés de manière à montrer ces variations, ou parfois de manière à ce que la couleur résultante soit presque uniforme intensité.

La benitoite a été coupée comme un brillant, avec la coupe en escalier ou en piège, et "en cabochon". La coupe brillante est particulièrement adaptée pour montrer l'éclat et le feu de la gemme. La brillance est due à l'indice de réfraction élevé et le feu ou l'éclair rouge, souvent observé en lumière terne ou artificielle, est, en partie au moins, provoqué par la dispersion du minéral. Des couleurs produites par la dispersion lors de la réfraction de la lumière dans le jaune et le vert de la benitoite sont largement absorbées dans les gemmes colorées de sorte que les lumières principalement rouges et violettes sont visibles. Ces éclairs de lumières colorées ainsi que le bleu fin naturel de la benitoite rendent la gemme particulièrement belle. La coupe en escalier affiche avantageusement la couleur de la benitoite, avec seulement une légère perte de brillance. Les gemmes taillées en cabochon à partir de cristaux avec des variations de couleur ou un matériau partiellement imparfait ont une certaine beauté.

La taille des gemmes taillées dans la benitoite varie en poids d'une petite fraction d'un carat à plusieurs carats. Selon le docteur Louderback, la plus grande pierre parfaite jusqu'à présent pèse plus de 7 carats et est environ trois fois plus lourde que la plus grande pierre précieuse parfaite obtenue jusqu'à présent. La majorité des grosses pierres taillées pèsent de 1 1/2 à 2 carats.

La production principale est en pierres pesant moins de 1 1/2 carats. L'utilisation de la benitoite dans les bagues ou les bijoux soumis à une forte usure est limitée par sa douceur relative. La belle couleur, l'éclat et le feu de la gemme l'adaptent cependant à d'autres classes de haute joaillerie. Étant donné que l'offre de benitoite est considérée comme limitée et qu'une demande assez importante a déjà surgi pour la gemme, il est probable que le prix sera maintenu élevé, peut-être aussi élevé que celui du saphir, son rival le plus proche en couleur.

Informations sur la benitoite
1 Benitoite, article sur le site mindat.org, consulté pour la dernière fois en octobre 2018.
2 Benitoite, par Douglas B. Sterrett, dans Gems and Precious Stones, Mineral Resources of the United States, Calendar Year 1909, Part II Nonmetals, pages 742-748, publié 1911.
3 Benitoite Gem Mine, comté de San Benito, Californie, par Brendan M. Laurs, William R. Rohtert et Michael Gray; article sur le site Web Collector's Edge, consulté en octobre 2018.

Autres dépôts de benitoite?

Jusqu'à présent, la benitoite n'a été trouvée qu'à un seul endroit. J. M. Couch, l'un des premiers découvreurs du gisement de benitoite, a localisé plusieurs prospects dans des formations ressemblant à celles de la mine de benitoite. Dans l'un de ces trois quarts de mile au nord du côté est du pic de Santa Rita, des cavités bordées de croûtes et de cristaux de natrolite ont été trouvées dans une roche schisteuse à hornblende bleuâtre très similaire à celle de la mine d'origine. Le schiste près de la veine est composé d'aiguilles de hornblende bleuâtre et d'actinolite pénétrant des masses granulaires d'albite. Cette roche renferme également des cristaux de natrolite montrant qu'une partie de celle-ci s'est formée plus tard ou pendant la cristallisation de la natrolite. Dans les cavités, la natrolite se présente dans de simples cristaux cylindriques blancs bien développés pouvant atteindre un centimètre ou plus d'épaisseur et plusieurs fois plus longtemps. Ni la benitoite ni la neptunite n'ont été trouvées associées à cette natrolite.