Suite

Symbologie ArcMap : attribuer une couleur par un attribut, un symbole par un autre attribut


J'ai une question concernant la symbologie dans ArcMap.

Je souhaite utiliser l'option Valeurs uniques/Plusieurs champs pour attribuer des valeurs uniques en fonction de trois champs d'attribut. Pour symboliser le premier champ d'attribut, je voudrais utiliser une couleur, le deuxième et le troisième champ d'attribut utiliseront un symbole. Évidemment, cela peut facilement être fait manuellement, mais comme j'ai près de 1000 valeurs uniques, je me demandais s'il était possible d'attribuer d'abord la couleur, puis les symboles à chaque même combinaison, sans avoir à cliquer sur chaque élément individuellement.

J'espère avoir été clair sur ce que je voulais faire.

J'utilise ArcGIS 10.2 Basic et je ne connais pas grand-chose, ou plutôt rien, à propos de python.

Éditer:

Les réponses jusqu'à présent ne semblent pas fonctionner correctement pour moi. Par conséquent, je vais essayer d'être plus clair avec ce dont j'ai besoin.

J'ai une forme de point avec 3 champs et 988 caractéristiques. Je veux en faire une couche pour l'appliquer ensuite à différentes formes.

Alors voici ce que je veux :

  • Chaque valeur unique (13 valeurs uniques) du premier champ a la même couleur
  • Chaque valeur unique (4 valeurs uniques) du deuxième champ doit avoir le même symbole
  • Chaque valeur unique (18 valeurs uniques) du troisième champ doit avoir le même symbole
  • Les symboles différents pour le deuxième et le troisième champ ne doivent pas se superposer

Je sais comment réaliser cela manuellement, mais je ne veux pas choisir et cliquer sur chacune des 988 entités de la fenêtre de symbologie, d'autant plus qu'elles ne peuvent pas être triées par le deuxième ou le troisième champ.

Existe-t-il une possibilité d'attribuer automatiquement des couleurs aux valeurs d'un champ et des symboles aux valeurs d'un autre champ ?


Vous pouvez certainement faire comme Johns le décrit et créer un champ supplémentaire pour être votre champ de symbole basé sur les trois autres attributs. Cela pourrait être fait en utilisant le calculateur de champ avec VB ou python. Définissez l'analyseur en tant que Python, cliquez sur "Afficher le bloc de code" Par exemple :

En utilisant les instructions if et else, vous pouvez remplir votre nouveau champ de symbologie avec des entiers ou du texte. Sur la base de ce texte, vous pouvez définir votre symbologie

def symbologie (champ1, champ2, champ3) : #si votre 1er champ est égal à "un texte" et le champ 2 est égal à 0,25 remplissez le champ de symbologie avec un if (champ1 == "un texte" et champ2 == 0,25) : retour 1 elif (field1 == "PINE" and field3 > 10): return 2 #si aucune des conditions ci-dessus n'est remplie, return 3 else: return 3

sous votre nouveau champ = écrivez :

symbologie(!champ1!, !champ2!, !champ3!)

Comme note supplémentaire, assurez-vous qu'aucune de vos conditions if/else ne se chevauche ou vous n'obtiendrez pas les valeurs correctes !

J'espère que cela t'aides


Vouloir des couleurs différentes pour votre symbologie rend cela difficile. Cependant, si cela ne vous dérange pas que la partie couleur de votre symbole ait toujours la même forme (par exemple, un cercle qui s'insère dans vos deux autres symboles), j'ajouterais simplement le calque à votre table des matières trois fois et attribuerais symbologie par un de vos attributs pour chaque couche.


A propos de la symbolisation des couches pour représenter la quantité

Les entités ont des attributs numériques, qui peuvent être utilisés pour afficher des couches afin d'afficher des quantités. Les mesures numériques utilisées dans l'affichage de votre couche peuvent représenter les éléments suivants :

Il existe plusieurs méthodes avec lesquelles vous pouvez représenter la quantité sur une carte, par exemple, en utilisant des couleurs, des symboles gradués, des symboles proportionnels, des densités de points ou des graphiques. Cette rubrique fournit une vue d'ensemble ainsi que des liens vers des rubriques décrivant comment créer et utiliser chaque type.


ArcUser en ligne

Lors de la création d'une carte, nous classons et symbolisons soigneusement les données, cherchons exactement la bonne police et le bon placement des étiquettes, et localisons avec goût tout autre élément. Beaucoup d'entre nous sont tellement habitués à considérer les entités cartographiques comme des données spatiales affichées que nous pouvons manquer des opportunités d'utiliser la fonctionnalité intégrée dans ArcView GIS pour manipuler les entités pour un effet graphique. Jetez un nouveau regard sur les thèmes que vous souhaitez afficher et essayez quelques-unes des techniques décrites dans cet article. Ils peuvent vous aider à créer une carte plus esthétique qui communique les données plus efficacement. Ces techniques ne sont pas difficiles ou même très techniques - elles nécessitent simplement que vous ayez une bonne compréhension de l'objectif de la carte et de la compréhension des informations par l'utilisateur de la carte.

Tampons en tant qu'éléments graphiques
Les zones tampons sont des polygones dessinés à une distance spécifiée d'une entité. Les tampons peuvent être utilisés comme éléments graphiques pour améliorer les cartes en créant une frontière subtile entre deux régions ou un beau graphique d'un rivage. La génération de tampons est très simple. Cette fonctionnalité est intégrée à ArcView GIS. Suivez les étapes ci-dessous pour mettre en évidence une limite de polygone en créant une zone tampon à l'intérieur de la zone de polygone et en l'enregistrant en tant que fichier de formes séparé. La création d'un fichier de formes séparé permet une plus grande flexibilité dans la symbolisation et le placement de la bordure. Une couleur plus subtile, proche de la couleur du polygone d'origine, est utilisée pour le fichier de formes tampon. Cela rendra la frontière définie par le fichier de formes tampon moins susceptible d'entrer en conflit avec d'autres entités linéaires sur la carte. Cela éliminera également les couleurs supplémentaires en dehors de la zone de mise au point de la carte et aidera à maintenir une hiérarchie au sein de la carte.

  1. Démarrez ArcView GIS et ouvrez le projet souhaité. Activez le thème contenant la fonctionnalité que vous souhaitez améliorer.
  2. Sélectionnez la fonctionnalité que vous souhaitez mettre en mémoire tampon.
  3. Choisissez Thème>Tampons dans le menu Affichage pour afficher l'assistant Tampon.
  4. Dans la première boîte de dialogue de l'assistant, choisissez Fonctionnalités d'un thème comme élément à mettre en mémoire tampon.
  5. Dans la deuxième interface de l'assistant, sélectionnez À une distance spécifiée comme méthode utilisée pour créer la zone tampon et entrez un nombre pour la largeur de la zone tampon. Choisissez des unités de distance adaptées à l'échelle de la carte.
  6. Dans la troisième boîte de dialogue de l'assistant, créez la zone tampon à l'aide du paramètre Uniquement à l'intérieur du polygone. Spécifiez que le tampon soit enregistré en tant que nouveau thème et attribuez un nom et un emplacement pour le nouveau fichier. Le nouveau thème de tampon sera ajouté à la vue actuelle.
  7. L'étape suivante consiste à supprimer les contours des fichiers de formes. Dans la table des matières de la vue, double-cliquez sur le thème d'entité d'origine dans la légende pour afficher l'éditeur de légende.
  8. Dans l'éditeur de légende, double-cliquez sur le symbole pour afficher les palettes de symboles et choisissez la palette de remplissage. Au bas de la palette de remplissage, sélectionnez Aucun dans la liste déroulante intitulée Contour. Cliquez sur Appliquer dans l'éditeur de légende.
  9. Répétez les étapes 7 et 8 pour le thème mis en mémoire tampon.
  10. Dans la légende, double-cliquez sur le thème du tampon pour appeler l'éditeur de légende. Double-cliquez sur le symbole et modifiez la couleur pour qu'elle corresponde au polygone d'origine, mais ne fermez pas la palette de couleurs. Cliquez sur le bouton Personnalisé dans la palette de couleurs pour afficher une boîte de dialogue permettant de spécifier une couleur personnalisée pour le tampon.
  11. La boîte de dialogue Spécifier la couleur ajuste les composantes teinte-saturation-valeur de la couleur. Déplacez le curseur Valeur vers la gauche ou saisissez une valeur inférieure de 20 à 30 unités à la composante de valeur du polygone d'origine. Cela rendra la couleur de remplissage légèrement plus foncée de sorte que le fichier de formes tampon créera une ombre juste à l'intérieur du contour du polygone mais ne créera pas de bande agressive. Selon la couleur de remplissage du polygone d'origine, la valeur peut devoir être réduite de 10 unités à 50 unités. Des essais et des erreurs, ainsi que vos propres goûts, détermineront le réglage final.

Caractéristiques de l'eau tampon
Deux effets différents peuvent être créés pour les rivages en utilisant des bleus à rampes tampons simulant l'approfondissement progressif de l'eau et des isolignes qui imitent les contours bathymétriques.

  1. Suivez les étapes 1 à 4 de la section précédente pour mettre en évidence une limite de polygone.
  2. Dans la deuxième boîte de dialogue de l'assistant Tampon, choisissez de créer des tampons sous forme d'anneaux multiples (polygones concentriques) au lieu d'être à une distance définie. En règle générale, cinq à sept anneaux fonctionnent le mieux. Faites un tampon de plus que le nombre de graduations de couleur que vous souhaitez voir dans le produit final. Encore une fois, les unités de distance dépendront de l'échelle de la carte.
  3. Dans la troisième boîte de dialogue de l'assistant, choisissez de créer des zones tampons uniquement à l'extérieur du polygone. Enregistrez les tampons dans un nouveau fichier et spécifiez l'emplacement du nom de fichier. Cliquez sur le bouton Terminer. Le nouveau fichier de formes de tampon apparaîtra dans la vue.
  4. Double-cliquez sur le thème du tampon pour afficher l'éditeur de légende. Modifiez le type de légende en couleur graduée et utilisez la distance tampon comme champ de classification.
  5. L'étape suivante supprime les contours noirs entre les anneaux du thème tampon. Toujours dans l'éditeur de légende, double-cliquez sur chaque couleur dans la colonne Symbole pour faire apparaître les palettes de symboles. Choisissez la palette de remplissage et sélectionnez Aucun dans la liste déroulante intitulée Contour. Cliquez sur Appliquer dans l'éditeur de légende. Ne fermez pas l'éditeur de légende.
  6. Double-cliquez sur la dernière classification et utilisez la palette de couleurs pour que cette sélection (anneau tampon) soit de la même couleur que la pièce d'eau. Double-cliquez sur la première couleur pour la première classification de tampon et utilisez la palette de couleurs pour la rendre beaucoup plus claire que la pièce d'eau.
  7. Maintenez le bouton Contrôle enfoncé et sélectionnez les première et dernière classifications de tampons et cliquez sur le bouton Rampe (le bouton le plus à droite dans la partie inférieure de l'éditeur de légende) pour créer une rampe de couleurs entre la première et la dernière couleur.
  1. Créez un thème de tampon à anneaux multiples comme décrit dans la section précédente, Rivage à rampe de couleurs, en suivant les étapes 1 à 3.
  2. Dans ce cas, les contours du polygone doivent être activés (paramètre par défaut) et le remplissage doit être modifié en transparent. Appelez l'éditeur de légende et la palette de remplissage comme décrit précédemment pour effectuer ces modifications. Ne fermez pas l'éditeur de légende.
  3. Toujours dans l'éditeur de légende, sélectionnez la première classification et utilisez la palette de couleurs pour la rendre juste une nuance plus foncée que la pièce d'eau.
  4. Sélectionnez la dernière classification et rendez-la beaucoup plus sombre que la pièce d'eau.
  5. Maintenez le bouton Contrôle enfoncé et sélectionnez les première et dernière classifications de tampons et cliquez sur le bouton Rampe (le bouton le plus à droite dans la partie inférieure de l'éditeur de légende) pour créer une rampe de couleurs entre la première et la dernière couleur.
  1. Si vous ne disposez pas déjà d'un fichier de formes décrivant cette limite exacte des polygones, sélectionnez les polygones qui constitueront la zone d'intérêt.
  2. Créez un nouveau fichier de formes contenant les polygones sélectionnés en choisissant Thème>Convertir en fichier de formes.
  3. Utilisez l'extension GeoProcessing fournie avec ArcView GIS pour dissoudre les limites des polygones. Choisissez Fichier>Extension et cochez la case à côté de GeoProcessing pour charger l'extension.
  4. L'interface graphique View sera modifiée pour inclure l'assistant GeoProcessing. Choisissez Affichage>Assistant de géotraitement et sélectionnez Dissoudre les entités en fonction d'un attribut. Sélectionnez un attribut qui sera commun à tous les polygones de la sélection, comme la zone et le nom, et déterminez un emplacement pour le fichier de formes en sortie.
  5. Le fichier de formes de sortie sera ajouté à la légende. Double-cliquez dessus pour afficher l'éditeur de légende, changez le remplissage en transparent et augmentez la largeur du contour.
  6. Appelez à nouveau l'assistant GeoProcessing et choisissez Clip One Theme Based on Another. Faites du thème d'entrée le thème d'origine contenant tous les polygones et du thème de superposition de polygones le nouveau fichier de formes créé aux étapes 2 à 5. Nommez et déterminez un emplacement pour le fichier de formes en sortie.
  7. Dans la vue, empilez le thème dissous au-dessus du nouveau fichier de formes découpé. Le contour plus large du thème supérieur masque les extrémités de tous les autres thèmes linéaires et polygonaux sous un seul contour net.

Reconnaissance
L'auteur remercie Charlie Frye d'Esri pour son aide avec les images et les données utilisées pour créer les illustrations de cet article.


SIG : Tout sur les symboles | Générateurs d'informations

Dans les systèmes d'information géographique (SIG), les symboles sont des moyens d'identifier différents objets cartographiques à l'aide de graphiques. Ces symboles peuvent varier en couleur, taille et forme pour représenter certaines caractéristiques géographiques.

Les cartes incluent généralement des symboles qui représentent des caractéristiques telles que les rues, les bâtiments, les cours d'eau et la végétation. Ces entités sont représentées sous forme de points, de lignes et de polygones.

De nombreuses caractéristiques sont représentées par des lignes qui peuvent être droites, courbes, pleines, en pointillés, en pointillés ou dans n'importe quelle combinaison. Les couleurs des lignes indiquent généralement des classes d'informations similaires : contours topographiques (marron) lacs, ruisseaux, fossés d'irrigation et autres caractéristiques hydrographiques (bleu) grilles terrestres et routes importantes (rouge) et autres routes et sentiers, voies ferrées, limites et d'autres caractéristiques culturelles (en noir), telles que les symboles de carte topographique et l'USGS.

Souvent, la symbologie avancée est utilisée pour représenter le même groupe d'informations dans une carte. Les couleurs graduées, les symboles gradués, la densité de points, les symboles proportionnels, les graphiques à barres et à secteurs sont quelques-uns des moyens les plus couramment utilisés pour représenter les éléments communs dans une carte.

L'adaptateur WebFOCUS GIS propose différentes manières de représenter les informations par le biais de symboles. Cela se fait via des liaisons cartographiques entre les couches cartographiques ArcGIS et WebFOCUS. Souvent, la logique des symboles est dictée par la logique métier via des rapports. Explorons les différentes façons dont nous pouvons symboliser les cartes à l'aide de la nouvelle intégration offerte par WebFOCUS 7.7.02 en utilisant ArcGIS d'ESRI® API pour Flex.

  • Les points peuvent être symbolisés à l'aide de SimpleMarkerSymbol, PictureMarkerSymbol, CompositeSymbol.
  • Les lignes peuvent être symbolisées à l'aide de SimpleLineSymbol, CompositeSymbol.
  • Les polygones peuvent être symbolisés à l'aide de SimpleFillSymbol, CompositeSymbol, PictureFillSymbol.
  • D'autres formes de représentation peuvent être effectuées à l'aide de TextSymbol pour ajouter du texte à l'un des objets répertoriés ci-dessus.

Utilisation des paramètres remplaçables de FOCEXEC

Les symboles peuvent être définis dynamiquement à l'aide des champs suivants :

Ajoutez une instruction COMPUTE dans le FOCEXEC et nommez le champ calculé COLOR .

Définissez le champ égal à n'importe quelle combinaison RVB et codes de couleur hexadécimaux. Les valeurs RVB sont définies dans une chaîne de trois nombres séparés par des virgules. Chaque valeur numérique a une valeur minimale de 0 et une valeur maximale de 255. Par exemple :

CALCULER COULEUR/A20 = "255 125 100"

Dans l'utilitaire de configuration ESRI, ajoutez le champ COLOR comme valeur de la propriété de couleur dans la couche sortante de la liaison FOCEXEC que vous souhaitez utiliser (Écran 1). Définissez la couche sortante pour qu'elle utilise un symbole dont la propriété de couleur, dans sa définition de symbole, est définie sur Variable : dans la liste déroulante du volet gauche et est définie sur la couleur dans la liste déroulante du volet droit (Écran 2). Lorsque la procédure SIG est exécutée, le symbole fera référence à l'attribut COULEUR dans la couche sortante, qui a été configuré pour faire référence au champ COULEUR dans le FOCEXEC.

Symboles de références croisées définis dans un fichier de configuration

Définissez un symbole dans votre fichier de configuration à l'aide de l'utilitaire de configuration ESRI (Écran 3).

Dans Report Painter, créez une procédure qui définit la valeur de FXFSYMBOID à l'aide de l'ID de symbole défini dans l'utilitaire de configuration (Écran 4).

Définition d'un symbole à l'aide d'un fichier source d'image

À l'aide de l'utilitaire de configuration ESRI, accédez à l'onglet Symbole. Définir un nouveau symbole. Dans la liste déroulante des types de symboles, sélectionnez PictureMarkerSymbol (Écran 5). Cliquez sur « Terminer ». ?

Une fois le nouveau symbole créé, sélectionnez « Valeur » ? dans la liste déroulante de la source (Écran 6).

Pour la valeur, saisissez une URL vers l'image source. S'il se trouve dans votre application locale, assurez-vous que votre AppServer peut y accéder. Saisissez les valeurs de hauteur et de largeur en pixels (Écran 7).

L'image peut être une valeur définie par WebFOCUS à l'aide de l'option variable.

Création d'un symbole composite

À l'aide de l'utilitaire de configuration ESRI, créez un nouveau symbole du type « Symbole composite » ? (Écran 8).

Une fois le nouveau symbole créé, cliquez sur le bouton « Sélectionner » ? bouton (Écran 9).

Cela ouvre une boîte de dialogue de sélection de symboles, cliquez sur les symboles avec lesquels vous souhaitez créer un symbole composite (Écran 10).

Cliquez sur OK pour enregistrer vos sélections.

Il s'agit d'une petite sélection de symboles que vous pouvez utiliser, mais gardez à l'esprit qu'il y en a beaucoup plus. Pour plus d'informations, veuillez utiliser « Adaptateur WebFOCUS pour les systèmes d'information géographique : ESRI ArcGIS Server et ArcGIS Flex API » ? Documentation.

Remarque : L'utilitaire de configuration ESRI peut être lancé à partir de BIP > Tools > ESRI Configuration Utility ou à partir de DevStudio > DataServers > Applications.


K signifie

Lorsque vous sélectionnez NO_SPATIAL_CONSTRAINT pour le paramètre Contraintes spatiales, un algorithme K Means est utilisé pour le regroupement. L'objectif de l'algorithme K Means est de partitionner les caractéristiques de sorte que les différences entre les caractéristiques d'un groupe, sur tous les groupes, soient minimisées. Comme l'algorithme est NP-difficile, une heuristique gloutonne est utilisée pour regrouper les caractéristiques. L'algorithme glouton convergera toujours vers un minimum local mais ne trouvera pas toujours le minimum global (le plus optimal).

L'algorithme K Means fonctionne en identifiant d'abord les caractéristiques de départ utilisées pour développer chaque groupe. Par conséquent, le nombre de graines correspondra toujours au Nombre de groupes . La première graine est sélectionnée au hasard. Cependant, la sélection des graines restantes, tout en utilisant une composante aléatoire, applique une pondération qui favorise la sélection des graines suivantes les plus éloignées dans l'espace de données de l'ensemble existant de caractéristiques de départ (cette partie de l'algorithme est appelée K Means ++). En raison du composant aléatoire dans la recherche d'entités d'origine chaque fois que vous sélectionnez FIND_SEED_LOCATIONS ou USE_RANDOM_SEEDS pour la méthode d'initialisation , vous pouvez obtenir des variations dans le regroupement des résultats d'une exécution de l'outil à l'autre.

Une fois les entités d'origine identifiées, toutes les entités sont affectées à l'entité d'origine la plus proche (la plus proche dans l'espace de données). Pour chaque cluster de fonctionnalités, un centre de données moyen est calculé et chaque fonctionnalité est réaffectée au centre le plus proche. Le processus de calcul d'un centre de données moyen pour chaque groupe, puis de réaffectation des fonctionnalités au centre le plus proche, se poursuit jusqu'à ce que l'appartenance au groupe se stabilise (jusqu'à un nombre maximum de 100 itérations).


Méthode Easy-Button pour créer une carte Web

par Suzanne-Boden

Alors que je travaille dans la patrie des services SIG et des cartes Web, je n'ai pas ArcGIS Server ni même un serveur Web installé sur ma machine locale. Il y a de fortes chances que beaucoup d'entre vous non plus. Pour moi, la configuration d'une machine virtuelle configurée avec tous les bons logiciels est tout à fait faisable. mais pas fait. Les choses ont atteint leur paroxysme récemment lorsque j'ai voulu visualiser des données Excel sur une carte Web.

Bien sûr, je pouvais importer les données Excel dans ArcMap et les visualiser là-bas, mais je voulais créer une carte Web afin de pouvoir la partager facilement avec des collègues qui n'utilisent pas ArcGIS au quotidien.

N'ayant pas la possibilité de publier moi-même un service de carte, j'ai choisi de suivre la voie minimaliste, c'est-à-dire d'utiliser la visionneuse de carte ArcGIS Online. Si vous avez accès à un compte d'organisation ArcGIS Online, vous pouvez mapper vos données directement dans Excel à l'aide d'Esri Maps for Office.

Une alternative viable pour ceux qui n'ont pas de compte d'organisation consiste à ajouter un fichier .csv (fichier texte de valeurs séparées par des virgules) à la visionneuse de carte et à enregistrer la carte dans leur compte public ArcGIS Online. Une feuille de calcul Excel est facilement enregistrée sous forme de fichier .csv. Pour être mappée, la feuille de calcul doit comporter des champs qui stockent des données de localisation : valeurs de latitude et de longitude, coordonnées GPX ou adresses.

  1. Ouvrez la feuille de calcul Excel et enregistrez-la en tant que fichier .csv.
  2. Rendez-vous sur www.arcgis.com et connectez-vous à votre compte public ou organisationnel.
  3. Cliquez sur le lien Carte en haut (ou en bas) de la page.
  4. Dans la visionneuse de carte, effectuez un zoom sur l'étendue des données.
  5. Conservez le fond de carte topographique par défaut ou cliquez sur le bouton Galerie de fonds de carte et choisissez un fond de carte différent.
  6. À gauche du bouton Galerie de fonds de carte, cliquez sur Ajouter > Ajouter une couche à partir d'un fichier, accédez au fichier .csv, puis cliquez sur Importer une couche. (Si vous utilisez Firefox ou Chrome, vous pouvez simplement faire glisser et déposer un fichier .csv dans la visionneuse de carte.)
  • Remarque : Vous pouvez être invité à spécifier les champs contenant des informations de localisation (par exemple, votre adresse ou les noms de champ lat-long). Il existe également une limite de 250 fonctionnalités lors de l'ajout de fichiers .csv à la visionneuse de carte.

Les entités ponctuelles peuvent être dessinées sur la carte avec un seul symbole, des symboles uniques basés sur un attribut ou sous forme de carte thermique. Pour voir rapidement la distribution des points, je vais choisir d'utiliser un seul symbole pour toutes les entités. Cliquer sur Sélectionner sous Emplacement (symbole unique), puis sur Terminé, affiche les points sur la carte.

En moins de deux minutes, je visualise mes données sous forme de points sur une jolie carte. Je peux cliquer sur chaque point et voir les données associées de la feuille de calcul Excel dans une fenêtre contextuelle. Facile. À l'exception.

Je veux seulement afficher certaines colonnes, et je n'aime pas les noms de ces colonnes. Je décide également que j'aimerais symboliser les points par l'industrie autodéclarée.

Lorsque je zoome à grande échelle, le fond de carte topographique devient très détaillé. Les empreintes des bâtiments et les rues locales s'affichent. Certaines de mes couleurs de symboles se fondent dans les caractéristiques du fond de carte.

  • À retenir n°2 : Avant de choisir un fond de carte, explorez-le à grande (et petite) échelles pour comprendre le niveau de détail et évaluer sa pertinence pour votre objectif de cartographie. Il est important de choisir des couleurs de symboles qui se démarqueront du fond de carte à différentes échelles.
  1. Cliquez sur Ajouter > Rechercher des couches.
  2. Dans la zone de texte Rechercher, saisissez fuseaux horaires, choisissez de rechercher dans ArcGIS Online, puis cliquez sur Exécuter.
  3. Les résultats de la recherche incluent plusieurs services de fonctionnalités de fuseau horaire. Après avoir ajouté l'un d'eux à la carte, je change sa symbologie en symboles uniques afin que chaque zone ait une couleur différente et j'augmente la valeur de transparence de la couche afin que les caractéristiques du fuseau horaire n'obscurcissent pas les autres données.
  • À retenir n°3 : Il existe de nombreuses façons de créer, d'enregistrer et de partager une carte Web de nos jours. Si vous n'avez pas accès à un logiciel pour créer des services SIG, vous n'avez pas de chance. La création d'une carte Web performante avec la visionneuse de carte ArcGIS Online est vraiment une méthode simple et utile.
  • Conseils de bon sens pour les données de Story Map
  • Processus en quatre étapes pour créer une Story Map simple

10. Livre SIG : Conception et publication

La cartographie peut être un processus laborieux jusqu'à ce que vous obteniez le bon résultat. Afficher des données pour analyser et interpréter des informations spatiales sur un ordinateur est une chose, mais imprimer une carte pour que d'autres puissent l'analyser et l'interpréter est tout autre chose. ArcMap met à disposition un certain nombre d'outils pour la conception de cartes avant leur publication (Hillier, 2011). En général, plus une carte est simple, plus elle est facile à comprendre. Cela signifie éviter les contenus inutiles, sélectionner les couleurs appropriées, sélectionner la bonne taille de texte et hiérarchiser les informations en fonction de leur pertinence. En d'autres termes, il ne s'agit pas seulement de créer une carte qui soit agréable à l'œil, mais qui puisse transmettre l'objectif pour lequel elle a été conçue.

Une carte est une représentation ou une perception incomplète du territoire. La carte n'offre au public que ce que le cartographe veut montrer. Le designer sélectionne de manière raisonnée les éléments qu'il souhaite cartographier, mais son choix dépend de ses propres connaissances, sensibilité et intentions (Rekacewicz, 2006).

10.1. Livre SIG : Symbologie des points, des lignes et des polygones.

La symbologie permet de définir comment chaque élément sera affiché sur la carte (symboles, couleurs, cadres, texte). Il faut décider s'il est nécessaire ou non d'afficher les informations selon la table attributaire de chaque couche. Pour paramétrer la symbologie des couches créées dans la section 6.1, faites un clic droit sur la couche à personnaliser (immeubles), sélectionnez Propriétés, et cliquez sur le Symbologie languette.

Figure 50. Onglet Symbologie des propriétés d'une couche

Dans l'onglet Symbologie, pour représenter une information géographique, les aspects suivants doivent être pris en compte pour sa configuration :

  • Spectacle: C'est sur le côté gauche de la fenêtre. Il permet d'organiser les informations individuellement, par catégories, nombres, graphiques et attributs multiples. Pour le imeuble calque, sélectionnez Catégories > Valeurs uniques.
  • Champ valorisé : Sélectionnez le Taper champ pour représenter en catégories les informations stockées dans le même champ. En cliquant Ajouter toutes les valeurs ajoute toutes les catégories, en cliquant Ajouter des valeurs ajoute des catégories individuellement, Supprimer supprime la catégorie sélectionnée et Enlever tout supprime toutes les catégories ajoutées.
  • Rampe de couleur : Une palette de couleurs par défaut peut être sélectionnée.

Lorsque vous ajoutez toutes les catégories d'un calque, par défaut, <toutes les autres valeurs> sont ajoutés, il est recommandé de décocher la case. Vous pouvez également supprimer la balise (Type) de la <En-tête> en-tête (voir Figure 50). Pour voir les changements dans la table des matières, cliquez sur Appliquer et pour les accepter cliquez d'accord. Il est recommandé d'organiser les couches en fonction de leur géométrie dans la table des matières. La même procédure peut être appliquée au réseau routier et plante_couverture couches pour ajouter toutes leurs catégories en fonction des informations contenues dans la table attributaire.

Figure 51. Configuration de la table des matières

Dans la table des matières, le Liste par ordre de dessin Le bouton doit être activé pour faire glisser et déposer les couches dans l'ordre requis (par exemple, un polygone en bas, des lignes au milieu et enfin des points en haut).

Par défaut, chaque couche a exactement le même nom de fichier (Figure 51 la gauche) et chaque catégorie a le nom selon la table attributaire (Figure 51 centre). Pour modifier le nom d'un calque ou d'une catégorie, cliquez dessus et vous pourrez le modifier individuellement. Il est important de vérifier que tout est écrit correctement (Figure 51 droite), car la légende de la carte affichera ces noms.

Lorsqu'une couche est chargée pour la première fois dans ArcMap, des symboles de même taille, forme et couleur lui sont affectés (symbole unique). Afin de représenter le monde réel à travers une carte, il est nécessaire d'utiliser des symboles appropriés qui peuvent représenter correctement la nature de l'information.

ArcMap contient une vaste bibliothèque de symboles utilisés dans diverses disciplines. Le symbole qui exprime ce qui doit vraiment être représenté doit être soigneusement choisi. Le symbole de chaque point de la liste peut être trié individuellement. Par exemple, pour personnaliser le L'école symbole (de la Immeubles couche de points), vous devez effectuer les étapes suivantes (Figure 52) :

  • Double-cliquez sur le calque (ou directement dans le symbole).
  • Double-cliquez sur le symbole dans la liste.
  • Dans le Sélecteur de symboles fenêtre, cliquez sur le Référence de style bouton.
  • Vérifier la Civique case à cocher (ou les bibliothèques de symboles requises).
  • Dans Sélecteur de symboles sélectionnez le École 1 symbole.
  • Dans le Couleur bouton sélectionnez la couleur noire dans la liste déroulante (pour personnaliser cliquez sur Plus de couleurs, dans le Sélecteur de couleur fenêtre, vous pouvez personnaliser les valeurs RVB).
  • Sélectionnez la taille du symbole de couche de points dans le bouton Taille. Pour les lignes, sélectionnez Largeur pour la largeur de ligne, pour les polygones sélectionnez Largeur du contour pour la largeur de la ligne de contour et sélectionnez Couleur du contour pour la couleur de la ligne de contour.

Pour les couches restantes, affectez la symbologie selon Tableau 5 sur la base du processus décrit dans le paragraphe précédent.

Tableau 5. Définition des propriétés des symboles


Je n'ai pas trouvé de solution sur le Web, je n'ai donc pas eu d'autre choix que d'enquêter par moi-même. La question principale était : comment parler à chaque élément graphique qui appartient à une certaine couche graphique en utilisant UniqueValueRenderer. Impossible de déterminer à partir de l'API ESRI js arcgis 3.23 et des exemples quelle pourrait être la bonne interface et la bonne syntaxe à utiliser. Après avoir beaucoup expérimenté le code, je suis arrivé aux conclusions suivantes :

  1. Les symboles définis au niveau de la couche graphique remplacent toujours les symboles définis dans un moteur de rendu. Par conséquent, j'ai instancié chaque graphique en utilisant non Symbole.
  2. Afin de communiquer avec chaque graphique séparément, UniqueValueRenderer doit trouver un attribut sur chaque graphique, j'ai donc ajouté un attribut à chaque graphique.
  3. Maintenant, j'ai essayé d'utiliser l'attribut Graphic Nom dans le UniqueValueRenderer lors de l'utilisation de l'attribut Graphic valeur pour laisser UniqueValueRenderer sélectionner un symbole personnalisé pour chaque graphique.
  4. La syntaxe pour l'intégration de UniqueValueRenderer avec graphicsLayer n'était pas claire d'après la documentation disponible et les exemples ESRI, mais j'ai expérimenté intuitivement diverses options et possibilités et j'ai réussi à le faire fonctionner !

Vous pouvez voir la solution dans la pièce jointe extrait de code.


PARTIE C. AFFICHAGE DES DONNÉES CARTOGRAPHIQUES

Ensuite, vous commencerez un projet ArcMap. ArcMap est le programme dans lequel vous pouvez afficher, modifier et manipuler en détail les couches de données spatiales, ainsi que préparer des cartes pour la sortie.

    Ouvrez ArcMap via le Début menu ou en cliquant sur le Lancer ArcMap bouton dans ArcCatalog :

Choisissez Commencer à utiliser ArcMap avec "Une nouvelle carte vide"

Vous pouvez maintenant voir (ou PAS) une fenêtre de dialogue qui vous indique qu'une ou plusieurs couches manquent d'informations de référence spatiale. Frappez juste d'accord.

  • (Pointe: si la carte semble incomplète et que vous ne trouvez pas le district U, vous avez peut-être interrompu ArcMap en cliquant sur la carte alors qu'elle était encore en train de dessiner. Pour rafraîchir la vue, appuyez sur le bouton F5 sur votre clavier et attendez qu'il finisse de dessiner.)
     


1 réponse 1

Le moteur de rendu s'applique à toutes les entités (graphiques) de la couche. Par conséquent, si vous souhaitez utiliser un moteur de rendu, vous pouvez utiliser un moteur de rendu à valeur unique et définir différents styles pour différentes valeurs d'attribut, bien que cela implique que vous sachiez quelles valeurs utiliser lors de la définition des couleurs. De même, si vous souhaitez contrôler les couleurs en fonction d'une plage de valeurs, vous pouvez utiliser un moteur de rendu des ruptures de classe.

Dans votre situation, cependant, vous souhaiterez peut-être simplement définir des symboles spécifiques pour les entités, car un symbole remplacera le moteur de rendu. Il suffit d'appliquer le symbole au graphique pour qu'il soit utilisé. par exemple.


Voir la vidéo: Beebi HAI. Baby Shark EESTI KEELES. In estonian (Octobre 2021).