Suite

Générer des points de fin à partir d'un calque contenant plusieurs lignes


Je génère un fichier de calque contenant plusieurs lignes parallèles, que je souhaite créer séquentiellement (de OBJECTID (1) à OBJECTID (Max)) créer un point à chaque extrémité des segments de ligne et numéroter ces points. L'autre problème est d'alterner de quel côté il commence à créer un point à partir duquel…

Disons que j'ai 2 lignes parallèles l'une à l'autre allant de gauche à droite et l'une est au-dessus de l'autre. La première ligne aurait un point au point d'extrémité gauche étiqueté 1, le point d'extrémité droit étiqueté 2. La ligne suivante aurait le point d'extrémité droit étiqueté 3, et le point d'extrémité gauche étiqueté 4 et ainsi de suite.


import arcpy, os infc = sys.argv[1] # assurez-vous que c'est un chemin correct outfc = sys.argv[2] # assurez-vous que c'est un chemin correct # divisez la sortie dans un dossier et nom de fichier OutPath = os. path.dirname(outfc) OutName = os.path.basename(outfc) NameOfFile,ext = os.path.splitext(OutName) # séparer le nom du fichier de l'extension (le cas échéant) NameOfFile = NameOfFile + ".shp" # inclure le fichier de forme extension OutFC_Clean = OutPath + "" + NameOfFile # nettoyer le chemin complet vers la sortie # Obtenir la référence spatiale à partir de la classe d'entités en entrée desc = arcpy.Describe(infc) SR = desc.spatialReference n = 1 arcpy.CreateFeatureclass_management(OutPath,NameOfFile ,"POINT",spatial_reference = SR) arcpy.AddField_management(OutFC_Clean,"Waypoint","LONG") # Entrez la boucle for pour chaque entité # avec arcpy.da.SearchCursor(infc, ["[email protected]", "[email protected]" , "alternate"]) as sCur : avec arcpy.da.InsertCursor(OutFC_Clean,["[email protected]","Waypoint"]) as iCur : pour la ligne dans sCur : if row[2] == "False": #insert la fonctionnalité iCur.insertRow((row[1].firstPoint,n)) n = n + 1 iCur.insertRow((row[1].lastPoint,n)) n = n + 1 else : iCur.insertRow((row[1].lastPoint,n)) n = n + 1 iCur.insertRow ((ligne[1].premierPoint,n)) n = n + 1

C'est probablement la question la plus posée aux personnes dans le domaine des systèmes d'information géographique (SIG) et c'est probablement la plus difficile à répondre de manière succincte et claire. Le SIG est un domaine technologique qui incorpore des caractéristiques géographiques avec des données tabulaires afin de cartographier, d'analyser et d'évaluer les problèmes du monde réel.

Le mot clé de cette technologie est Géographie, cela signifie qu'une partie des données est spatiale. Cela signifie que les données sont en quelque sorte référencées à des emplacements sur la terre. Ces données sont généralement associées à des données tabulaires appelées données d'attributs.

Les données d'attributs peuvent généralement être définies comme des informations supplémentaires sur chacune des caractéristiques spatiales. Un exemple de ceci serait les écoles. L'emplacement réel des écoles est les données spatiales. Des données supplémentaires telles que le nom de l'école, le niveau d'éducation enseigné, la capacité des élèves constitueraient les données d'attribut. C'est le partenariat de ces deux types de données qui permet au SIG d'être un outil de résolution de problèmes aussi efficace grâce à l'analyse spatiale.


Importation de données x,y dans ArcGIS

L'importation d'un ensemble de paires de coordonnées x,y dans ArcGIS est très simple et peut être une compétence utile si vous devez importer des données de coordonnées simples qui ne sont pas déjà dans un format spatial.

1) Acquérir des données que vous souhaitez afficher sur une carte. La source n'a pas d'importance : il peut s'agir d'emplacements enregistrés sur une unité GPS pour laquelle vous n'avez pas de câble de données, de coordonnées déterminées à partir d'une carte topographique ou d'un simple ensemble de données trouvé sur Internet. Si vous voulez que vos emplacements s'intègrent correctement avec d'autres couches (toujours une bonne chose dans le SIG), vous aurez besoin de connaître à la fois les système de coordonnées et données utilisé par les données sources, par ex. latitude / longitude et NAD27.

2) Formatez correctement vos données. Cela peut être fait dans un tableur tel que Google Spreadsheets <spreadsheets.google.com>, ou le plus répandu Excel. Pour importer correctement dans ArcGIS, votre fichier de données nécessitera un minimum de trois champs : un identifiant unique pour chaque point de données, et le X (vers l'Est) et Y (nord) pour chaque emplacement. D'autres données d'attributs, si elles sont disponibles, peuvent figurer dans des colonnes supplémentaires, mais vos points s'importeront correctement avec ces trois informations. Votre fichier doit également contenir une ligne d'en-tête décrivant chaque champ. Cela peut être aussi simple que ID, X_coord, Y_coord. Les champs supplémentaires sont OK, mais les descriptions dans chaque en-tête sont limitées à sept caractères et ne peuvent pas contenir de caractères spéciaux ou d'espaces. Si vous avez besoin d'espacement pour la lisibilité, utilisez des traits de soulignement.

Assurez-vous que si vous utilisez des coordonnées de latitude/longitude que votre nords sommes positif si Nord de l'équateur et abscisse sommes négatif si vous êtes dans le hémisphère occidental. Exemple : les coordonnées d'un emplacement à Houghton, Michigan sont -88.54820, 47.11535 dans latitude Longitude et 382552, 5219145 dans UTM zone 16, système de référence NAD 1983. Omettre le signe “-” mettra vos points du mauvais côté du globe.

Si vos coordonnées sont en latitude/longitude, elles doivent être en degrés décimaux (JJ) avant de l'importer dans ArcGIS. Positions en degrés, minutes et secondes (DMS) ou minutes décimales (DM) doit d'abord être converti en DD. Il existe des convertisseurs disponibles sur Internet, mais il est probablement plus rapide d'utiliser Excel pour effectuer la conversion.

D = Degrés M = Minutes S = Secondes .m = Minutes décimales .s = Secondes décimales

DM.m = Degrés, Minutes, Minutes décimales (ex. 45°22.6333)
D.d = Degrés, Degrés décimaux (ex. 45,3772°)
DMS = Degrés, Minutes, Secondes (ex. 45°22󈧪″)

DMS –> DM.m (45°22󈧪″ –> 45°22.6333)
Divisez S par 60 pour obtenir .m (38/60=.6333)
Ajoutez .m à M pour obtenir M.m (22+.6333=22.6333)

DM.m –> D.d (45° 22.6333 –> 45.3772)
◦ Divisez M.m par 60 pour obtenir .d (22.6333/60=.3772)
◦ Ajoutez .d à D pour obtenir D.d (45+.3772=45.3772)

D.d –> DM.m (45.3772 –> 45°22.6333
Multipliez .d par 60 pour obtenir M.m (.3772*60=22.6333)

DM.m –> DMS (45°22.6333 –> 45°22󈧪″)
Multipliez .m par 60 pour obtenir S(.6333*60=38)

DMS–>DD
D + M/60 + S/3600 = DD

3) Enregistrez/exportez vos données sous forme de fichier texte délimité par des virgules (format CSV dans Google Spreadsheets ou Excel). Vous souhaiterez peut-être enregistrer une copie au format natif (.xls dans les feuilles de calcul Google et Excel) avant de l'exporter au format .csv.

4) Ajoutez votre fichier .csv à ArcMap à l'aide de l'outil Ajouter des données (soit en développant le sous-menu sous Fichier> Ajouter des données) ou en cliquant sur l'outil Ajouter des données dans la barre d'outils Standard

5) Faites un clic droit sur votre nouveau calque et choisissez Afficher les données XY… Assurez-vous que les champs X et Y ont été sélectionnés correctement par ArcMap –, ils devraient être corrects si vous avez choisi des noms qui reflètent les positions des coordonnées (nord et est ou x et y). Clique le Modifier… bouton, puis Sélectionnez… pour sélectionner le système de coordonnées de vos points, Ajouter… et d'accord (3x). Le système de coordonnées correct à utiliser peut être obtenu à partir de votre unité GPS (sous configuration de carte ou unités) à partir des informations marginales sur votre carte topographique ou à partir du fichier de métadonnées fourni avec les données Internet. Regarder dans systèmes de coordonnées géographiques pour les fichiers de projection latitude/longitude, ou dans systèmes de coordonnées projetées > UTM pour les données UTM.

Quelques suggestions possibles :

  • Systèmes de coordonnées > Systèmes de coordonnées géographiques > Monde > WGS1984.prj (données GPS par défaut)
  • Systèmes de coordonnées > Systèmes de coordonnées géographiques > Amérique du Nord > NAD1983.prj (référence nord-américaine actuelle)
  • Systèmes de coordonnées > Systèmes de coordonnées projetées > UTM > NAD1983 > NAD 1983 UTM Zone 16N.prj (approprié pour la plupart des U.P.)
  • Systèmes de coordonnées > Systèmes de coordonnées projetées > Systèmes d'état > NAD 1983 Michigan GeoRef (Meters).prj (projection et datum utilisés par l'État du Michigan)

6) Vous devriez maintenant avoir une couche de points en haut de votre table des matières avec le même nom que votre fichier .csv et le mot Events à la fin du nom.

Il s'agit d'un “thème d'événement” et d'un calque temporaire. Si vous voulez une copie plus permanente, faites un clic droit sur le calque et choisissez Données > Exporter les données… Choisissez un emplacement en sortie (une classe d'entités de géodatabase ou un répertoire pour un fichier de formes) et entrez un nom de fichier. Veuillez changer le nom en quelque chose d'autre que Export_Output par défaut – Je suggère un nom qui reflète plus précisément le contenu de la couche de données. Cliquez sur d'accord.

Vous disposez maintenant d'une couche permanente, soit une classe d'entités de géodatabase, soit un fichier de formes, de vos coordonnées ASCII (texte) d'origine.


Explorateur de données des systèmes d'information géographique

Les systèmes d'information géographique (SIG) sont utilisés dans presque tous les domaines qui ont besoin de comprendre les modèles spatiaux et les relations entre différents types de données, de la planification de l'utilisation des terres à la réponse d'urgence à la gestion des ressources. Le SIG comprend de nombreux composants :

  • visualisations à travers des cartes interactives,
  • des données basées sur l'emplacement des caractéristiques ou des variables représentées,
  • des fonctions d'analyse spatiale qui se concentrent sur l'identification des tendances et des modèles dans l'espace et le temps, et
  • des applications qui activent des outils et des services dans des interfaces conviviales.

Les données de télédétection et les images provenant des observations de la Terre peuvent être visualisées dans un SIG pour fournir plus de contexte sur toute zone à l'étude. Il est de plus en plus nécessaire que les données des sciences de la Terre de la NASA soient dans des formats compatibles SIG pour une intégration et une analyse faciles dans les principaux outils employés par les communautés d'utilisateurs. De nombreux services et outils Web géospatiaux sont disponibles via les centres d'archives actives distribuées (DAAC) du système d'observation de la Terre de la NASA (EOSDIS) pour accéder aux données prêtes pour le SIG. Cet explorateur de données fournit des liens directs vers ces services Web et outils pour accéder et utiliser les données de science de la Terre de la NASA.

Si vous ne voyez pas un jeu de données dont vous avez besoin ou si vous devez localiser d'autres types de données dans des formats compatibles SIG, contactez-nous.

Travailler avec des données multidimensionnelles dans un SIG

Aperçu

Données raster multidimensionnelles qui se produisent dans l'espace (deux dimensions), le temps et/ou la hauteur et la profondeur (une autre dimension). Crédit : NASA

Les données SIG contiennent des coordonnées spatiales pour représenter l'emplacement des entités. Cela se fait généralement en utilisant les coordonnées X et Y (ou latitude et longitude). Les données multidimensionnelles peuvent inclure des dimensions supplémentaires telles que la profondeur et/ou le temps. Les données multidimensionnelles et leurs métadonnées associées sont stockées dans des formats de données scientifiques optimisés pour ces types de données. Les formats spécialisés les plus courants sont Network Common Data Form (netCDF), Hierarchical Data Format (HDF) et Gridded Binary (GRIB). Ces formats de données scientifiques partagent des structures communes pour stocker plusieurs variables, chaque variable étant un tableau multidimensionnel.

Ces dernières années, les logiciels SIG ont augmenté la prise en charge des formats de données scientifiques dans leurs plates-formes. En plus d'ingérer et de lire correctement ces fichiers, les plates-formes logicielles principales ont développé de nouveaux outils pour faciliter les flux de travail communs, la gestion, l'analyse et la distribution de données multidimensionnelles.

Dans des outils tels que QGIS et ArcGIS, la prise en charge des données raster est fournie à l'aide d'une mosaïque. Une mosaïque est un modèle de données qui agit comme un shell pour entrer une collection de plusieurs fichiers raster, qui incluent différents types de fichiers, et est affiché comme une seule image. Une mosaïque multidimensionnelle stocke des informations sur les dimensions et les variables sous forme de champs dans la table d'encombrement de la mosaïque. Les données raster sous-jacentes ne doivent pas nécessairement être connectées ou se chevaucher, mais peuvent être des jeux de données isolés ou intermittents. Dans certaines plates-formes logicielles SIG, une seule mosaïque de données peut ensuite être utilisée pour interroger, traiter, analyser et diffuser des données.

Utilisation de données multidimensionnelles dans un SIG (spécifique à ArcGIS)

Il existe deux manières de créer une mosaïque multidimensionnelle. Une option consiste à créer une mosaïque en ajoutant des rasters à l'aide de types de fichiers raster HDF, netCDF ou GRIB qui importeront des données dimensionnelles et des informations variables dans la mosaïque. L'autre option consiste à créer une table d'informations multidimensionnelle afin de générer les champs multidimensionnels, les métadonnées et la structure requis pour rendre l'ensemble de données interopérable. Pour ce faire, vous aurez besoin d'avoir un champ dans votre table d'empreinte de mosaïque qui identifie la variable dans chaque raster et il doit y avoir un champ de temps ou de hauteur pour définir une ou plusieurs dimensions.

Si vous avez besoin d'aide pour travailler avec des données multidimensionnelles dans des formats compatibles SIG, contactez-nous.

Utiliser les données de la NASA dans un SIG

Il existe une variété de programmes SIG à la disposition des utilisateurs. Les exemples suivants montrent des captures d'écran de QGIS, un programme SIG gratuit et open source, mais d'autres programmes ont des options similaires pour ajouter des couches.

Ajout d'une couche raster à un SIG

  1. Sous Calque/Ajouter un calque, sélectionnez Ajouter un calque raster.
  2. Sélectionnez le fichier et cliquez sur ajouter.
    Vous devrez peut-être modifier la projection ou la symbologie, qui se trouvent toutes deux dans les propriétés de la couche. Les propriétés du calque sont accessibles en double-cliquant sur le calque ou en sélectionnant Propriétés du calque/calque. « Propriétés de la couche » est le titre de la fenêtre dans QGIS et « Propriétés » dans ArcGIS Pro.
  3. À ce stade, vous pouvez visualiser vos données.

Ajout d'une couche vectorielle à un SIG

  1. Sous Calque/Ajouter un calque, sélectionnez Ajouter un calque vectoriel.
  2. Sélectionnez le fichier et cliquez sur ajouter. Remarque : vous pouvez ajouter l'intégralité du fichier zip, puis sélectionner des calques spécifiques à ajouter.
  3. À ce stade, vous pouvez visualiser vos données.

Ajout d'un service Web à un SIG

Certains des DAAC fournissent des services géospatiaux, en particulier des services de carte Web (WMS), des services de couverture Web (WCS) et des services d'entités Web (WFS), donnant accès à une variété de jeux de données compatibles SIG. La plupart des URL nécessaires à l'accès aux données sont spécifiques au DAAC et, dans certains cas, spécifiques à l'ensemble de données. Voir Cas d'utilisation des services Web pour voir des exemples pour chaque service.

  1. Sous Couche/Ajouter une couche, sélectionnez Ajouter une couche WMS/WMTS.
  2. Cliquez sur "Nouveau" pour ajouter un nouveau point de terminaison à l'aide de l'URL spécifique, puis cliquez sur "Connecter" pour accéder aux services disponibles.
  1. Insérez > Connexions > Nouveau serveur WMS pour ajouter ensuite un nouveau point de terminaison à l'aide de l'URL spécifique.
  2. Cliquez sur "OK" pour vous connecter et accéder aux services disponibles.

Cas d'utilisation des services Web

Service de fonctionnalités Web du Centre de données et d'applications socioéconomiques de la NASA (SEDAC)

Les ondes de tempête causées par les ouragans constituent des menaces pour la santé humaine et la faune. Dans les zones où les sites Superfund peuvent être inondés, la crainte que les toxines ne se dispersent est grande. Cependant, le niveau de préoccupation varie considérablement selon les contaminants spécifiques et leurs concentrations. L'Environmental Protection Agency (EPA), par conséquent, doit évaluer où existent des superfonds et la vulnérabilité de ces sites, ainsi que les risques pour les communautés environnantes, lorsqu'une grande onde de tempête est attendue. Cas d'utilisation adapté de l'article de presse de CNBC et du rapport sur l'ouragan Harvey de l'EPA.

Préoccupé par l'approche de l'ouragan qui devrait frapper l'enclave de la Floride, vous souhaitez examiner les sites Superfund dans la région et la densité de population autour de ces régions pour évaluer les effets potentiels. Grâce au WFS de SEDAC, vous pouvez accéder directement aux données dans un SIG.

  1. Passez à Couche et "Ajouter une couche WFS".
  2. Donnez un nom et insérez cette URL : https://sedac.ciesin.columbia.edu/geoserver/ows?version=1.1.0
  3. Cliquez sur OK puis sur Connecter.
  4. Les entités peuvent maintenant être ajoutées à la visionneuse de carte.

Dans cet exemple, les couches SEDAC suivantes ont été ajoutées :

  • Agence pour le registre des substances toxiques et des maladies (ATSDR) Sites de déchets dangereux
  • Population maillée du monde, version 4, densité de population

Service de couverture Web du laboratoire national d'Oak Ridge de la NASA DAAC (ORNL DAAC)

Selon le Global Annual Temperature Rankings Outlook de la NOAA, cette année (2020) est en passe d'être l'une des plus chaudes jamais enregistrées.

Soucieux d'un changement climatique, vous souhaitez accéder à des données climatologiques, et générer une carte des anomalies pour le mois de janvier 2020. Grâce au WCS de l'ORNL DAAC, vous pouvez accéder directement, au sein d'un SIG, aux données Daymet (une collection d'estimations maillées des paramètres météorologiques générés par interpolation et extrapolation à partir d'observations météorologiques quotidiennes) pour exécuter des fonctions basées sur des trames afin de générer une carte moyenne sur 28 ans, puis une carte des anomalies pour 2020.

  1. Passez à la couche et « Ajouter une couche WCS ».
  2. Fournissez un nom et insérez cette URL : https://webmap.ornl.gov/ogcbroker/wcs ?
  3. Cliquez sur OK puis sur Connecter.
  4. Les couvertures peuvent maintenant être ajoutées à la visionneuse de carte.

Dans cet exemple, les couches ORNL DAAC suivantes ont été ajoutées :

Service de couverture Web – SEDAC

Environ la moitié des habitats humides d'origine du pays ont été perdus au cours des 200 dernières années. Cela est en partie le résultat de processus évolutifs naturels, mais les activités humaines, telles que le dragage des zones humides pour les canaux ou le drainage et le remplissage pour l'agriculture, le pâturage ou le développement, partagent une grande partie de la responsabilité de l'altération et de la destruction de l'habitat des marais. Les zones humides de la Louisiane représentent aujourd'hui environ 40 pour cent des zones humides de la zone continentale des États-Unis, mais environ 80 pour cent des pertes (d'après Louisiana Coastal Wetlands : A Resource at Risk).

Préoccupé par le changement climatique, vous souhaitez effectuer une analyse de la perte de zones humides côtières due à l'élévation du niveau de la mer en utilisant des estimations des pertes de zones humides comme base pour identifier des mesures d'adaptation potentielles. Grâce au WCS de SEDAC, vous pouvez accéder directement, dans un SIG, aux données d'altitude, à la densité de population et à une grille d'étendue urbaine.

  1. Passez à la couche et « Ajouter une couche WCS ».
  2. Donnez un nom et insérez cette URL : https://sedac.ciesin.columbia.edu/geoserver/wcs?
  3. Cliquez sur OK puis sur Connecter.
  4. Les couvertures peuvent maintenant être ajoutées à la visionneuse de carte.

Dans cet exemple, les couches SEDAC suivantes ont été ajoutées :

  • Global Rural-Urban Mapping Project, Version 1 (GRUMPv1) : Grille de densité de population pour l'année 2000
  • Étendues urbaines GRUMPv1
  • Global Shuttle Radar Topography Mission (SRTM) Élévation au-dessus du niveau de la mer à une résolution de 1 km

Service de carte Web - Services mondiaux de navigation d'images (GIBS)

Dans un récent article de recherche de la revue Écologie mondiale et biogéographie, intitulé The Global Fire-Productivity Relationship, il est noté qu'à l'échelle mondiale, l'activité du feu change le long du gradient de productivité/aridité. Cette relation devrait être déterminée par les différents rôles relatifs des principaux facteurs d'incendie (météo et carburant) le long du gradient de productivité. Dans les régions humides du monde entier, on pense que l'activité des incendies est due à la fréquence des sécheresses, tandis que dans les régions sèches, on pense que les incendies sont limités par la quantité de combustible disponible.

Préoccupé par le changement climatique, vous souhaitez tester ces idées en comparant l'activité mondiale des incendies. Dans un SIG utilisant le WMS de GIBS, vous pouvez accéder directement à la réflectance de la surface terrestre MODIS (bandes 7-2-1, utiles pour distinguer les cicatrices de brûlure d'une végétation naturellement basse ou d'un sol nu), des anomalies de feu et thermiques, et un indice de végétation de différence normalisé, parmi de nombreux autres couches pertinentes.

  1. Passez à Couche/Ajouter une couche et "Ajouter une couche WMS/WMTS".
  2. Fournissez un nom et insérez cette URL : https://gibs.earthdata.nasa.gov/wms/epsg4326/best/wms.cgi
  3. Cliquez sur OK puis sur Connecter.
  4. Des couches d'imagerie peuvent désormais être ajoutées à la visionneuse de carte.

Dans cet exemple, les couches suivantes de GIBS ont été ajoutées :

  • Anomalies thermiques et incendies (Tous (jour/nuit) à partir de l'instrument MODIS (Spectroradiomètre imageur à résolution modérée) sur la plate-forme Terra)
  • Indice de végétation sur 8 jours de l'instrument MODIS de Terra
  • Réflectance de la surface terrestre (bandes 7, 2, 1) de l'instrument MODIS de Terra

La plupart des couches de visualisation d'images fournies par GIBS sont des couches d'images variables dans le temps et la date/l'heure peuvent être modifiées directement via certaines applications SIG à l'aide du contrôleur temporel ou de la fonctionnalité de curseur temporel. GIBS fournit des instructions pour activer cette capacité, avec une plage temporelle fixe ou animée, au sein de plusieurs applications SIG.

Certains des DAAC fournissent des services géospatiaux, en particulier WMS et WCS, donnant accès à une variété de jeux de données prêts pour le SIG. Ils peuvent être trouvés sur la page des services géospatiaux.

Outils et plateformes pour découvrir les données de la NASA

NASA ArcGIS Online (AGOL)

NASA ArcGIS Online (AGOL) offre la possibilité de créer et de partager des données de sciences de la Terre de la NASA avec le public et les partenaires interagences en apportant les données aux utilisateurs finaux dans une plate-forme Web basée sur le cloud et facile à utiliser.

Vision du monde

L'application de visualisation Worldview de la NASA offre la possibilité de parcourir de manière interactive plus de 900 couches d'images satellites mondiales en pleine résolution, puis de télécharger les données sous-jacentes. La plupart des couches d'imagerie disponibles sont mises à jour dans les trois heures suivant l'observation, montrant essentiellement la Terre entière telle qu'elle se présente « en ce moment ». Cela prend en charge les domaines d'application à temps critique tels que la gestion des incendies de forêt, les mesures de la qualité de l'air et la surveillance des inondations. Les images dans Worldview sont fournies par GIBS. Worldview comprend désormais neuf couches d'imagerie géostationnaire du satellite environnemental opérationnel géostationnaire (GOES)-Est, GOES-Ouest et Himawari-8 disponibles par incréments de dix minutes pour les 30 derniers jours. Ces couches incluent Red Visible, qui peut être utilisé pour analyser les nuages ​​diurnes, le brouillard, l'insolation et les vents Clean Infrared, qui fournit la température du sommet des nuages ​​et des informations sur les précipitations et Air Mass RGB, qui permet de visualiser la différenciation entre les types de masse d'air ( ex. air sec, air humide, etc.). Ces vues hémisphériques du disque complet permettent une visualisation presque en temps réel des changements se produisant dans la plupart des régions du monde.

Visualisation des données Worldview des lumières nocturnes à Porto Rico avant et après l'ouragan Maria, qui a touché terre le 20 septembre 2017. L'image post-ouragan sur la gauche montre des pannes généralisées autour de San Juan, y compris les principales infrastructures hospitalières et de transport. Image de la vision du monde de la NASA.

Recherche Earthdata

Earthdata Search est un outil de découverte de données des collections de données d'observation de la Terre d'EOSDIS, ainsi que d'agences américaines et internationales dans les disciplines des sciences de la Terre. Les utilisateurs (y compris ceux qui n'ont pas de connaissance spécifique des données) peuvent rechercher et lire sur les collections de données, rechercher des fichiers de données par date et zone spatiale, prévisualiser les images de navigation et télécharger ou soumettre des demandes de fichiers de données, avec personnalisation pour certaines collections de données.

Dans la zone du projet, pour certains jeux de données, vous pouvez personnaliser votre granule. Vous pouvez reformater les données et la sortie au format HDF, NetCDF, ASCII, KML ou GeoTIFF. Vous pouvez également choisir parmi une variété d'options de projection. Enfin, vous pouvez sous-ensemble les données, en obtenant uniquement les bandes qui sont nécessaires.

Outils DAAC

De nombreux DAAC fournissent également des outils interactifs pour les données SIG à partir desquels les données peuvent être visualisées, sous-ensembles et téléchargées dans différents formats de fichiers qui sont prêts pour l'analyse SIG.

Autres ressources

Portail de données AGOL de l'Atmospheric Science Data Center (ASDC) de la NASA

Le portail de données ASDC AGOL propose des cartes Web de données provenant de :

  • Instrument de mesure de la pollution dans la troposphère (MOPITT), conçu pour améliorer notre connaissance de la basse atmosphère et observer ses interactions avec les biosphères terrestres et océaniques.
  • Spectroradiomètre imageur multi-angle (MISR), conçu pour montrer le changement de réflexion à différents angles de vue, ce qui permet de distinguer différents types de particules atmosphériques (aérosols), formes de nuages ​​et couvertures de surface terrestre.
  • Climatologie du rayonnement solaire de 1983-2005.

Cartes d'histoire de la DAAC

Dizzy the Disdrometer : une carte interactive du Centre de ressources hydrométéorologiques mondiales de la NASA DAAC (GHRC DAAC) pour en savoir plus sur l'instrument disdromètre, le projet Global Precipitation Monitoring (GPM) Ground Validation (GV) et où trouver les données utilisées sur le terrain campagnes.

Cartographie de la déforestation : une nouvelle carte ArcGIS Story Map "Data in Action", au DAAC des processus terrestres de la NASA (LP DAAC), cartographie la déforestation au Cambodge à l'aide des ensembles de données MODIS de couverture terrestre et de champs continus de la végétation de la NASA pour mettre en évidence les changements de couverture terrestre.

Capture d'écran d'une image capturée par Sentinel-1B de l'ouragan Dorian au large des côtes nord de Porto Rico et de la République dominicaine, prise le 29 août 2019. L'image a été traitée à l'aide du logiciel GAMMA et contient des données Copernicus Sentinel 2019 modifiées, traitées par l'ESA. Crédit : Alaska Satellite Facility Distributed Active Archive Center (ASF DAAC)

Ouragan Dorian (2019) dans l'imagerie SAR Sentinel-1 : l'Alaska Satellite Facility DAAC (ASF DAAC) de la NASA a créé une chronologie montrant des images capturées par les satellites Sentinel-1 de l'ouragan Dorian alors qu'il traversait les Caraïbes et remontait la côte est de la nous

Changements dans le NO troposphérique observé2 La densité de colonne montre les changements dans le NO troposphérique observé2 densité de colonnes sur la Chine avant et après le verrouillage en raison de COVID-19.

Ice-Albedo Feedback in the Arctic fournit des informations sur l'étendue de la glace de mer dans l'Arctique et les facteurs de changement. La carte de l'histoire met également en évidence l'impact de l'augmentation du rayonnement solaire absorbé et son impact dans la boucle de rétroaction glace-albédo.

Introduction à MAIA et TEMPO nous présente ces deux nouvelles missions, le Multi-Angle Imager for Aerosols (MAIA) et Tropospheric Emissions Monitoring Pollution (TEMPO), lancés en 2022, qui étudieront la qualité de l'air et son impact sur la santé humaine à un rythme temporel sans précédent. et les échelles spatiales.

Global Air Quality utilise les particules maillées annuelles mondiales de la NASA SEDAC avec des particules inférieures à 2,5 microns (PM2.5) pour observer les tendances au fil du temps et évaluer l'impact sur l'homme.

L'étude des feux de brousse australiens 2019-2020 à l'aide des données de la NASA guide les utilisateurs à travers les facteurs qui ont conduit à la catastrophe des feux de brousse australiens 2019-2020, l'effet que cet événement a eu sur la qualité de l'air et la composition atmosphérique mondiale, et la science derrière la recherche du lien entre les catastrophes et santé publique. Cette story map utilise des données archivées à l'ASDC.

La carte narrative de l'étude sur les aérosols et les écosystèmes marins de l'Atlantique Nord (NAAMES) qui fournit des informations sur l'étude de 5 ans utilisant des observations de navires, d'avions, de flotteurs et de dériveurs, ainsi que des satellites tout au long du cycle annuel du plancton dans l'océan Atlantique Nord.

Portail des catastrophes des sciences appliquées

Le domaine des applications en cas de catastrophe encourage l'utilisation des observations de la Terre pour améliorer la prévision, la préparation, la réponse et la récupération après les catastrophes naturelles et technologiques. Les applications en cas de catastrophe et la recherche appliquée sur les risques naturels aident les responsables de la préparation aux situations d'urgence à développer des approches d'atténuation, telles que des systèmes d'alerte précoce, et à fournir des informations et des cartes aux équipes d'intervention et de récupération en cas de catastrophe.

Autres cartes d'histoire de la NASA

Qui utilise les données GPM ? Sarah Davidson - Conservatrice de données avec Movebank
Movebank est une organisation qui utilise les données de la mission GPM et d'autres satellites d'observation de la Terre de la NASA pour mieux comprendre les mouvements des animaux. Sarah Davison est une utilisatrice de données GPM qui est une « Data Curator » pour Movebank. Cela signifie qu'elle sert de passerelle pour aider les chercheurs en animaux à associer des ensembles de données qu'ils peuvent utiliser pour mieux comprendre les animaux et les écosystèmes dans lesquels ils voyagent.

Super-héros des temps modernes ! Rencontrez Liz Saccoccia, analyste de recherche du World Resources Institute
Liz Saccoccia utilise GPM et d'autres données de la NASA pour aider les gens du monde entier à accéder et à comprendre des informations qui pourraient les aider à résoudre des problèmes vraiment difficiles, tels que la faim et la maladie.

Mes données NASA

My NASA Data est un effort pour développer des micro-ensembles de données scientifiques de la Terre qui sont accessibles, intéressants et utiles pour les communautés K-12 et les scientifiques citoyens. My NASA Data fournit un moyen de visualiser des ensembles de données mondiaux via son explorateur de données du système terrestre. My NASA Data fournit des visualisations mensuelles globales des paramètres, tels que la profondeur optique des aérosols, la température de l'air en surface, les anomalies de température de l'air en surface, la vitesse du vent, la classification du biome, la chlorophylle, l'indice de surface foliaire, l'indice de végétation par différence normalisée, la concentration de CO2 dans la troposphère, l'ozone total de la colonne et la concentration de CO, SO dans la colonne d'air2, et non2.

En choisissant un jeu de données, l'outil Web fournit des informations sur la source des données et les unités, ainsi qu'une visualisation des données mensuelles (notez qu'il existe quelques jeux de données quotidiens). Dans Earth System Data Explorer, vous pouvez comparer plusieurs ensembles de données, créer des tracés linéaires, créer des animations et effectuer des requêtes de calcul (comme le calcul des valeurs moyennes au fil du temps).

Une fois que vous avez le jeu de données qui vous intéresse, il peut être exporté vers diverses applications de bureau, notamment Ferrett, GrADS et MatLab. Les données peuvent également être enregistrées sous forme de fichier ASCII, CSV, NetCDF et arcGRID. Les fichiers arcGRID et NetCDF peuvent être ouverts en tant que couche raster dans les programmes SIG. Les fichiers CSV peuvent être ouverts en tant que fichier "texte délimité". Pour l'ouvrir correctement, vous devrez spécifier qu'il est séparé par des virgules, le nombre de lignes d'en-tête à supprimer et les champs appropriés pour la latitude et la longitude.

My NASA Data propose également une série de Story Maps conçues à des fins éducatives :

Centre de simulation climatique de la NASA

La plate-forme d'analyse spatiale du Centre de simulation climatique de la NASA (NCCS) soutient les scientifiques et les partenaires de la NASA en fournissant une plate-forme géospatiale centralisée et hautement disponible qui :

  • est étroitement intégré aux capacités de calcul haute performance du NCCS
  • accélère l'analyse collaborative grâce à l'utilisation d'une visualisation avancée et d'applications personnalisées et
  • peut traiter de grandes quantités de données sans dégradation significative des performances. Le NCCS propose diverses applications Web ArcGIS ainsi que des Story Maps.

Veuillez visiter le Forum Earthdata, où vous pouvez interagir avec d'autres utilisateurs et des experts en la matière de la NASA sur une variété de sujets de recherche et d'applications en sciences de la Terre.


Usage

Cet outil est conçu pour les cartes projetées qui seront imprimées ou exportées. Il n'est pas destiné à créer des grilles ou des graticules qui se mettent à jour dynamiquement lorsque l'utilisateur parcourt la carte.

Vous devez définir une zone d'intérêt pour déterminer l'étendue de la couche de grille à créer. Si vous utilisez une couche d'entités pour définir la zone d'intérêt, il doit s'agir d'une classe d'entités surfaciques ou d'une couche surfacique. Une seule entité sélectionnée sera utilisée à partir de cette couche. Si la couche a plus d'une entité, l'outil créera uniquement une couche de grille basée sur l'entité avec le plus petit ObjectID.

Le fichier XML de modèle de grille définit les composants de grille décrivant les mesures ou les emplacements des systèmes de coordonnées principaux et auxiliaires. Tous les systèmes de coordonnées spécifiés doivent partager un système de coordonnées géographiques commun. Si le système de coordonnées principal utilise un système de référence différent de celui par défaut, par exemple, si vous modifiez le système de coordonnées d'un système de coordonnées utilisant WGS 1984 à un système utilisant NAD 1983, vous devez modifier chaque système de coordonnées auxiliaires de WGS 1984 à NAD 1983.

Le modèle de grille, la zone d'intérêt, le jeu de données d'entité en entrée et les systèmes de coordonnées principal et auxiliaire doivent utiliser la même référence. Par exemple, WGS 1984 ou NAD 1983.

Le fichier XML de modèle de grille spécifie le nombre de grilles auxiliaires et crée des composants de grille pour un maximum de quatre systèmes de coordonnées auxiliaires. Les systèmes de coordonnées auxiliaires ne peuvent pas être ajoutés ou supprimés, mais vous pouvez remplacer les valeurs par défaut.

Le système de coordonnées principal doit être un système de coordonnées projetées.

Les systèmes de coordonnées auxiliaires peuvent être soit un système de coordonnées projetées, soit un système de coordonnées géographiques.

Cocher la case Configurer la mise en page et la fenêtre cartographique avec les paramètres de grille garantit que la fenêtre cartographique dans la mise en page est ajustée pour s'adapter au mieux à la grille créée. Le système de coordonnées, l'échelle, la rotation, la taille et l'étendue de la fenêtre cartographique peuvent être modifiés pour correspondre à la spécification de grille XML. Lorsque ce paramètre est activé, une valeur doit être spécifiée pour la fenêtre cartographique. La valeur par défaut de cette case à cocher n'est pas cochée, ce qui ne modifiera pas les propriétés de votre fenêtre cartographique.

  • Nom du calque de sortie
  • Nom de la grille avec la valeur de chaîne
  • Échelle de référence
  • Rotation
  • Taille du masque
  • Tolérance XY
  • Système de coordonnées principal
  • Système de coordonnées auxiliaires

Ressources SIG aux DAAC EOSDIS

  • Indice de glace de mer—Situé au NSIDC DAAC de la NASA, l'indice de glace de mer vous permet d'accéder aux images et données mensuelles et quotidiennes archivées de l'indice de glace de mer, ainsi qu'aux données d'entrée à partir desquelles l'indice de glace de mer est dérivé pour l'Arctique et l'Antarctique. grands changements dans la glace de mer.
  • Données socioéconomiques et des sciences de la Terre : le SEDAC de la NASA fournit plus de 240 jeux de données sur plusieurs thèmes et années qui sont disponibles dans un certain nombre de formats de bases de données raster, vectorielles, tabulaires et fichier.
  • Outil d'accès aux données spatiales (SDAT) : situé au Oak Ridge National Laboratory DAAC (ORNL DAAC) de la NASA, SDAT permet d'accéder à diverses données géospatiales sur de larges thèmes (y compris l'agriculture, l'atmosphère, la biosphère, la surface terrestre, les dimensions humaines, les océans, etc.) pour la visualisation et le téléchargement via les services Web basés sur les normes Open Geospatial Consortium (OGC), y compris Web Map Service (WMS) v1.1.1 et Web Coverage Service (WCS) v1.0.0.
  • MODIS Web Map Service (WMS) : le LP DAAC de la NASA fournit un sous-ensemble de produits de données de la collection de spectroradiomètres imageurs à résolution modérée (MODIS) disponibles sous forme de couches cartographiques WMS, qui peuvent être demandées et visualisées, via HTTP, dans un navigateur Internet ou dans un programme qui se connecte et consomme les couches disponibles sur un serveur WMS.

La FRA Trespassers Casualty Map est une carte interactive qui affiche toutes les blessures et les décès liés aux intrus ferroviaires depuis juin 2011.

La FRA vise à accroître les efforts d'éducation, d'application et d'ingénierie pour réduire les intrusions sur les propriétés ferroviaires en donnant accès à ces informations.

À l'instar de la carte de sécurité de la FRA, les utilisateurs ont la possibilité d'afficher des cartes sous plusieurs formes, ainsi que d'ajouter des couches, y compris les chemins de fer de classe I et la ligne principale.

La carte des victimes des intrus de la FRA permet également aux utilisateurs de visualiser :


Usage

Cet outil est conçu pour les cartes projetées qui seront imprimées ou exportées. Il n'est pas destiné à créer des grilles ou des graticules qui se mettent à jour dynamiquement lorsque l'utilisateur parcourt la carte.

Vous devez saisir une zone d'intérêt pour déterminer l'étendue de la couche de grille à créer. Si vous utilisez une couche d'entités pour définir la zone d'intérêt, il doit s'agir d'une classe d'entités surfaciques ou d'une couche surfacique.

Dans la boîte de dialogue Créer une couche de grilles et de graticules, une fois le paramètre Modèle de grille (fichier XML) défini, passez le pointeur sur ou cliquez sur la zone contextuelle immédiatement à gauche du nom du paramètre pour afficher le type de grille, la description, le type de rotation , et les informations de type d'échelle pour le modèle de définition de grille XML défini.

Le fichier XML de modèle de grille spécifie les composants de grille décrivant les mesures ou les emplacements des systèmes de coordonnées principaux et auxiliaires. Tous les systèmes de coordonnées spécifiés doivent partager un système de coordonnées géographiques commun. Si vous souhaitez remplacer le système de coordonnées principal par un autre qui utilise un système de référence différent de celui par défaut, disons, par exemple, que vous modifiez le système de coordonnées de celui qui utilise WGS 1984 à celui qui utilise NAD 1983, vous devez modifier chaque système de coordonnées auxiliaires par défaut à NAD 1983 également.

Le modèle de grille, la zone d'intérêt, le jeu de données d'entités en entrée et les paramètres des systèmes de coordonnées principal et auxiliaire doivent utiliser le même système de référence, par exemple, WGS 1984 ou NAD 1983.

Le fichier XML de modèle de grille crée des composants de grille pour jusqu'à quatre systèmes de coordonnées auxiliaires. Le nombre de grilles annexes est précisé par le fichier XML. Vous ne pouvez pas ajouter ou supprimer des systèmes de coordonnées auxiliaires, mais vous pouvez remplacer les valeurs par défaut.

Le système de coordonnées principal doit être un système de coordonnées projetées.

Les systèmes de coordonnées auxiliaires peuvent être soit un système de coordonnées projetées, soit un système de coordonnées géographiques.

La référence spatiale du jeu de données d'entités en entrée doit avoir le même système de coordonnées géographiques que celui spécifié par le fichier XML du modèle de grille.

La référence spatiale de la zone d'intérêt en entrée doit avoir le même système de coordonnées géographiques que celui spécifié par le fichier XML du modèle de grille.

Si vous accédez à l'outil à partir d'ArcMap, cochez la case Configurer le bloc de données et la mise en page à l'aide des paramètres de grille pour garantir que le bloc de données sur la mise en page est ajusté pour s'adapter au mieux à la grille créée. Le système de coordonnées, l'échelle, la rotation, la taille, l'étendue et le découpage du bloc de données peuvent être modifiés pour correspondre à la spécification de grille XML. Ce paramètre n'est disponible que lorsque l'outil est exécuté à partir de la vue de mise en page d'ArcMap et n'est pas exécuté en arrière-plan. Par défaut, cette case n'est pas cochée, ce qui ne modifiera aucune des propriétés de votre bloc de données.

Lorsque vous spécifiez un nom de grille qui existe déjà dans l'emplacement de sortie, la grille existante sera écrasée.

  • Couche de sortie
  • Nom avec la valeur de chaîne
  • Échelle de référence
  • Rotation
  • Taille du masque
  • Tolérance XY
  • Système de coordonnées principal
  • Système de coordonnées auxiliaires

Cependant, toutes ces valeurs par défaut peuvent être remplacées par de nouvelles valeurs.


Hydrologie et plans d'eau raquo

Lignes d'écoulement de drainage classées, 20190426 (1: 2 400) - Affiche les lignes d'écoulement de drainage classées sous forme de ruisseaux, rivières, canaux, fossés, chemins artificiels, connecteurs et canalisations pour tous les bassins versants de l'Indiana. This layer is derived from the local-resolution National Hydrography Dataset (NHD), and provides currently available data as of April 26, 2019. NHD data was originally developed at 1:100,000-scale and exists at that scale for the whole country. Also, high-resolution NHD, generally developed at 1:24,000 to 1:12,000 scale, adds detail to the original 1:100,000-scale NHD. The local resolution NHD is developed at 1:2,400 scale, and adds even more detail to the NHD.

The following is excerpted from metadata provided by the IDNR: "In order to meet the USGS NHD data model for flowlines, all new flowlines resulting from the Indiana NHD local resolution upgrade project that could not be categorized (artificial path, canal/ditch, coastline, connector, pipeline, stream/river perennial, stream/river intermittent, or underground conduit) were given an FTYPE of Stream/River and an FCODE of Stream/River (46000). Water may or may not be present outside of rain events and may or may not exhibit channelization typically associated with streams. Those features are considered to be 'Unclassified Flowlines'. Records from the reprojected NHDFlowline feature class where FCODE = 46000 were extracted out of this dataset. All records from the source NHDFlowlines where FCODE <> 46000 can be found in this 'Classified Flowline' dataset."

This dataset is complete and includes data for all of the following thirty-eight HUC08 subbasins in Indiana: Auglaize (0410007), Blue-Sinking (05140104), Chicago (07120003), Driftwood (05120204), Eel (05120104), Eel (05120203), Flatrock-Haw (05120205), Highland-Pigeon (05140202), Iroquois (07120002), Kankakee (07120001) Little Calumet-Galien (04040001), Lower East Fork White (05120208), Lower Great Miami (05080002), Lower Ohio-Little Pigeon (05140201), Lower Wabash (05120113), Lower White (05120202), Middle Wabash-Busseron (05120111), Middle Wabash-Deer (05120105), Middle Wabash-Little Vermilion (05120108), Middle Ohio-Laughery (05090203), Mississinewa (05120103), Muscatatuck (05120207), Patoka (05120209), Salamonie (05120102), Silver-Little Kentucky (05140101), St. Joseph (04050001), St. Joseph-Maumee (04100003), St. Mary’s (04100004), Sugar (05120110), Tippecanoe (05120106), Upper East Fork White (05120206), Upper Great Miami (05080001), Upper Maumee (04100005), Upper Wabash (05120101), Upper White (05120201), Vermilion (05120109), Whitewater (05080003), Wildcat (05120107).

Lake Bathymetry, 20190417 (IDNR) - Shows bathymetric contours for 164 lakes in Indiana, depicting the depths of the water from the shoreline of each lake as elevation of zero. Contour intervals are 5 feet for most lakes, 2 feet for some. Lakes were surveyed using Biosonics DTX Echosounder surface unit and 200 kHz and 420 kHz transducers. The contour values for some lakes were adjusted to coincide with the legal gauge level of the lake. Bathymetric contours are available for the following 164 lakes in Indiana:

Adams Lake, Appleman Lake, Atwood Lake, Banning Lake, Bass Lake, Bear Lake, Big Lake, Big Long Lake, Blackcat Lake, Bluegrass Lake, Brokesha Lake, Cass Lake, Cedar Lake, Clear Lake, Cree Lake, Crooked Lake, Dale Lake, Dewart Lake, Duck Lake, Emma Lake, Evertt Lake, Flint Lake, Gage Lake, Gilbert Lake, Graveyard Lake, Green Lake, Griffy Lake, Hackenberg Lake, Heaton Lake, Henry Lake, Hill Lake, Hindman Lake, Hudson Lake, Huntingburg Lake, Indian Lake, Jones Lake, Koontz Lake, Kuhn Lake, Lake of the Woods, Latta Lake, Lime Lake, Lindsey Lake, Little Barbee Lake, Little Otter Lake, Little Pike Lake, Little Turkey Lake, Loomis Lake, Loon Lake, McClures Lake, Meserve Lake, Messick Lake, Meteer Lake, Mud Lake, Nauvoo Lake, North Little Lake, Nyona Lake, Otter Lake, Pike Lake, Pleasant Lake, Pretty Lake, Riddles Lake, Rider Pond, Robinson Lake, Round Lake, Shipshewana Lake, Silver Lake, Simonton Lake, South Mud Lake, Starve Hollow Lake, Steinbarger Lake, Stone Lake, Tamarack Lake, Taylor Lake, Thomas Lake, Upper Long Lake, Waldron Lake, Wall Lake, Waubee Lake, Waveland Lake, West Boggs Lake, West Lake, West Otter Lake, Westler Lake, Witmer Lake, and Yellowwod Lake.