Suite

Estomper ou supprimer des limites dans ArcMap ?


J'ai une carte de densité de points d'un comté. Je dois soit estomper, soit supprimer les lignes des voies. Je peux ajuster la transparence du cadre mais ce n'est pas ce que je recherche.

J'utilise ArcGIS 10.2 for Desktop.


Peut-être dissoudre les polygones ensemble. Autre option : dans la symbologie, vous pouvez sélectionner "pas de couleur" pour la bordure des polygones.


Estomper ou supprimer des limites dans ArcMap ? - Systèmes d'information géographique

En plus d'une utilisation efficace des couleurs et des symboles, une carte bien conçue améliorera considérablement sa capacité à relier les informations spatiales pertinentes au spectateur. L'utilisation judicieuse des éléments cartographiques, de la typographie/des étiquettes et des principes de conception se traduira par des cartes qui minimiseront la confusion et maximiseront l'interprétabilité. De plus, l'utilisation de ces composants doit être guidée par une compréhension approfondie de l'objectif, du public visé, du sujet, de l'échelle et de la méthode de production/reproduction de la carte.


Estomper ou supprimer des limites dans ArcMap ? - Systèmes d'information géographique

Bureau de géologie et de ressources minérales du Nouveau-Mexique
Institut des mines et de la technologie du Nouveau-Mexique
801 Place Leroy
Socorro, NM 87801
Téléphone : (505) 835-5753
Télécopieur : (505) 835-6333
courriel : [email protected]

INTRODUCTION

Figure 1. Un exemple de cartographie géologique réalisée sur une ligne verte photomécanique traditionnelle réalisée à partir d'un négatif composite du quadrilatère de 7,5 minutes de Seton Village (Read et al., 1999). Dans ce cas, la ligne verte a dû être sous-traitée à un centre de reprographie capable d'agrandir photographiquement le négatif deux fois à l'échelle 1:12 000, pour faciliter la cartographie dans une zone à haut niveau de complexité géologique.

TRAITER

Aperçu

L'utilisation d'un système d'information géographique (SIG) pour produire la base numérique permet d'ajouter un collier de cartes topographiques adjacentes autour de la carte d'intérêt. Il est également possible d'inclure la géologie précédemment cartographiée à partir de ces cartes adjacentes sur la nouvelle base (Figure 2). Cela permet de gagner du temps sur le terrain et aide à éliminer les incohérences de limites de carte lors de la compilation. Une carte de base produite numériquement d'une zone d'intérêt particulière peut également contourner le premier corollaire de la cartographie de Murphy (que la zone d'intérêt se situe généralement à l'intersection de quatre cartes). En outre, une grille UTM peut facilement être ajoutée à la carte pour faciliter la navigation du système de positionnement global. De plus, vous pouvez modifier, supprimer ou conserver les couleurs utilisées dans la base topographique papier d'origine, ce qui peut faciliter la reconnaissance des éléments cartographiques (par exemple, les ruisseaux). Vous pouvez également supprimer les écrans de motifs gênants représentant les zones forestières ou la propriété foncière imprimés sur les cartes topographiques originales. Nous choisissons des couleurs qui se reproduiront à l'aide d'une machine à plan et se différencient facilement du dessin au trait à l'encre noire. Ceci, bien sûr, simplifie grandement le processus de capture de données numériques - une fois la carte compilée à la main, elle peut être numérisée, convertie en une image palette et rectifiée dans un SIG où le dessin au trait compilé peut ensuite être désactivé pour plus de facilité. numérisation.

Figure 2. Un exemple d'une partie de la carte de base produite numériquement du quadrilatère Bland de 7,5 minutes à utiliser pour la future cartographie géologique. Notez que la topographie des quadrilatères adjacents et le tracé géologique du quadrilatère de Frijoles compilé à la main (Goff et autres, 2001) ont été intégrés à la base pour faciliter l'appariement des bords.

Détails du processus

Nous numérisons à 400 dpi (la résolution optique de notre scanner). Nous avons essayé de numériser à des résolutions plus élevées, mais la taille du fichier devient un problème et la qualité à 400 ppp est acceptable. Un quadrilatère à l'échelle 1:24 000 numérisé à 400 dpi génère un fichier tiff rouge-vert-bleu (RVB) d'environ 275 Mo.

Ajustez le contraste avec la commande Contraste automatique dans Adobe Photoshop et ajustez la luminosité si nécessaire. Sélectionnez les zones vertes (boisées) de la carte avec l'outil baguette magique dans Photoshop avec la tolérance de l'outil définie sur environ 30, et les cases « zones contiguës », « anticrénelage » et « utiliser tous les calques » décochées (voir la figure 3). Ce processus avec l'outil baguette magique peut prendre plusieurs itérations en maintenant la touche Maj enfoncée pour ajouter à la sélection de tous les pixels verts. Utilisez une tolérance de plus en plus faible pour éviter de sélectionner des couleurs représentant d'autres éléments de la carte. Enfin, remplissez les régions vertes sélectionnées avec le vert graphique raster numérique (DRG) standard de l'USGS. Pour nous, ce processus a mieux fonctionné en éliminant l'effet moiré de l'écran du motif scanné et en séparant le vert afin que nous puissions le retirer de la base topographique finale.

Figure 3. Balayage RVB du quadrilatère de Velarde de 7,5 minutes montrant l'écran vert des zones de forêt (patch gris) et de verger (gros points gris) sélectionnés avec l'outil baguette magique dans Photoshop. Notez que tous ces pixels n'ont pas encore été sélectionnés car la numérisation RVB et les variations de couleur dans les cartes papier imprimées CMJN introduisent une gamme de valeurs de couleur verte. Plusieurs itérations successives de sélection avec la baguette magique sont souvent nécessaires en raison des teintes variables de vert (voir texte). Une fois sélectionnés, ils sont remplis du vert standard USGS DRG dans Photoshop. Cette étape force les zones boisées à être classées comme vertes lorsqu'elles sont converties en palette USGS DRG à 13 couleurs.

N'importe quelle palette peut être utilisée, mais une palette standard de 16 couleurs ou moins est beaucoup plus facile à utiliser. Nous utilisons également des versions écrêtées des USGS DRG pour la topographie des quadrangles adjacents, il est donc préférable d'utiliser la palette USGS DRG. Nous utilisons Adobe Photoshop pour paletter l'image car, parmi les applications que nous avons essayées, cela semble fonctionner le mieux. Vous pouvez facilement charger cette palette dans Photoshop en ouvrant un DRG USGS standard et en enregistrant la table des couleurs. Pour paletter une image RVB, sélectionnez votre table de couleurs personnalisée lorsque vous y êtes invité dans le menu des couleurs indexées image>mode>. Cela génère un fichier tiff beaucoup plus petit d'environ 80 Mo non compressé. Il existe apparemment un programme de palettisation USGS interne qui le fait également, mais nous n'avons pas pu l'obtenir.

Rectifiez l'image en utilisant les 16 tics de latitude/longitude présents sur le quadrilatère (Figure 4). À ce stade, nous décidons si nous voulons afficher la topographie ou la géologie des quads adjacents sur la carte de base. Si c'est le cas, coupez les informations du collier sur la carte sinon, procédez à la modification de la table des couleurs.

Figure 4. Étape du processus de rectification de l'image palettisée du quadrangle de 7,5 minutes de Velarde à l'aide d'ArcMap.

Reclassez la carte pour libérer l'emplacement "0" dans la table des couleurs en utilisant la fonction de reclassification de l'extension ArcGIS Spatial Analyst pour déplacer la couleur noire du bac "0" au bac "13" (Figure 5). Cette étape peut être combinée avec l'opération de découpage si le masque d'analyse et l'étendue dans Spatial Analyst sont définis sur un fichier de formes de polygone ou une couverture de la limite du quadrilatère (obtenue à partir d'une couverture à l'échelle de l'état de quadrilatères de 7,5 minutes). La grille découpée utilisera le bac "0" pour la zone "pas de données" en dehors du quadrilatère, mais la grille découpée ne conservera plus les informations de la table des couleurs d'origine (Figure 6). En raison d'un bogue dans ArcGIS 8.1.2, il est nécessaire de passer à l'étape suivante à partir de la ligne de commande ArcInfo.

Figure 5. L'étape du processus de reclassement pour le quadrilatère Velarde de 7,5 minutes dans ArcMap. Cela supprime la couleur noire du bac "0" pour la libérer pour la zone "pas de données" en dehors de l'étendue de la carte.

Figure 6. La grille écrêtée du quadrilatère Velarde de 7,5 minutes, qui n'a désormais aucune donnée en dehors de l'étendue du quadrilatère, mais a perdu les informations de la table des couleurs d'origine.

La première fois que cette étape est effectuée, vous devrez utiliser la commande ArcInfo IMAGEGRID sur une image reclassée mais non découpée pour enregistrer la table des couleurs dans un fichier ASCII. Utilisez la commande ArcInfo GRIDIMAGE pour convertir la grille découpée en un raster géotiff à l'aide de la table de couleurs prédéfinie (Figure 7).

Figure 7. La commande ArcInfo GRIDIMAGE permet de réintégrer la table des couleurs d'origine avec le fichier image découpé.

  • Changez le noir (13) en vert foncé - "vert feuille" fonctionne bien.
  • Supprimer la couleur verte des zones boisées (5).
  • Changez la couleur de la ligne de contour (4 et 12) en vert clair -- "vert fougère" fonctionne bien.
  • Supprimez toutes les couleurs qui encombrent l'image - le gris (11) est parfois supprimé.
  • Modifiez les autres couleurs si nécessaire - chaque quadrilatère nécessitera un ajustement des couleurs personnalisé car les encres en quadrichromie utilisées sur les cartes papier ont changé au fil du temps.

Figure 8. La base topographique numérique de la ligne verte pour le quadrilatère fini de Velarde de 7,5 minutes avec le motif des zones boisées vertes supprimé et les lignes de contour brunes sont devenues vertes. La station de jaugeage Embudo sur le Rio Grande en bas à droite est la plus ancienne station de jaugeage active en permanence aux États-Unis, installée par l'USGS en 1889.

LA TECHNOLOGIE

Logiciel

Matériel

Médias

Les cartes topographiques ont généralement une belle apparence avec cette combinaison traceur/support. Parfois, l'encre saigne là où il y a des contours très proches ou des zones encombrées (les tracés monochromes sont plus beaux dans ces cas). Il existe de nombreuses autres options de support de film si vous utilisez des encres à base de colorants, mais nous craignons que les cartes tracées avec des colorants ne soient pas des documents d'archives. Idéalement, nous préférerions un mylar plus épais, peut-être 7 mil, pour nos plus grandes bases à l'échelle 1:12 000, car il serait un peu plus stable. Cependant, aucun autre média n'a fonctionné aussi bien que le média Océ de 4 mil.


La sélection des couleurs pour les cartes peut être une activité chronophage. Les écrans d'ordinateur utilisent des couleurs additives (combinaisons de rouge, vert et bleu) pour créer différentes nuances, et les écrans sont rétro-éclairés, utilisant la lumière transmise pour transmettre les couleurs au spectateur. Les cartes imprimées, quant à elles, utilisent des couleurs soustractives (le plus souvent des encres cyan, magenta, jaune et noire) pour supprimer les parties de la lumière blanche réfléchie vers le spectateur.

Le principal effet de ces différentes méthodes de production des couleurs est que les teintes que vous sélectionnez sur le moniteur sont souvent très différentes lorsqu'elles sont imprimées sur papier. Ce problème est aggravé lorsque différents écrans d'ordinateur ou imprimantes sont utilisés, car les couleurs dont vous étiez satisfait peuvent changer considérablement lorsqu'elles sont visualisées ou imprimées sur un matériel différent.

Heureusement, un outil existe pour aider à choisir un jeu de couleurs pour une carte. ColorBrewer a été développé par Cindy Brewer et Mark Harrower de la Pennsylvania State University. Il s'agit d'un outil Web interactif qui permet à l'utilisateur 1) de sélectionner le nombre de classes de couleurs nécessaires et 2) de choisir des schémas de couleurs appropriés pour les données numériques (schémas séquentiels), les données numériques avec des valeurs positives et négatives (schémas divergents avec une couleur neutre au centre et des couleurs plus foncées aux extrêmes), ou des données nominales (schémas qualitatifs).

Les schémas de couleurs dans ColorBrewer ont été testés avec des sujets ayant une vision altérée par les couleurs. Vous pouvez choisir d'utiliser uniquement des couleurs « daltoniennes sûres » 8221, ainsi que des couleurs « compatibles avec l'impression » et « compatibles avec la photocopie » 8221, bien que ces choix limitent le nombre de combinaisons de couleurs disponibles. La meilleure raison d'utiliser ColorBrewer, cependant, est que les couleurs qu'il fournit se distinguent facilement les unes des autres.

ColorBrewer fournit des informations sur les couleurs utilisables dans plusieurs systèmes de codage différents (RVB, CMJN et hexadécimal), il est donc utile pour plus que les couleurs des cartes dans un SIG. Les valeurs de vos schémas de couleurs ColorBrewer peuvent être exportées vers une feuille de calcul Excel et un outil plug-in pour ArcGIS est disponible. Il est très convivial, mais dispose d'une excellente aide en ligne si vous en avez besoin. Vérifiez-le!


UIT-R Rec. 530-8 Calculs d'interruption d'évanouissement par trajets multiples

La formule de probabilité d'interruption d'évanouissement par trajets multiples figurant dans la Rec. 530-8, l'équation (19) est :

PF = probabilité d'un fondu en pourcentage. La valeur résultante est divisée par 100 pour donner la probabilité d'évanouissement en tant que fraction de temps.

K = facteur géoclimatique pour le pire mois de décoloration, tel que calculé ci-dessous

= longueur du chemin en kilomètres

F = fréquence en GHz

&epsilon&rho= inclinaison du chemin en milliradians

UNE = profondeur de fondu en dB. Cette équation n'est valable que pour des évanouissements de 15 dB ou plus.

L'angle d'inclinaison du chemin &epsilonP en milliradians est calculé en utilisant les hauteurs d'antenne d'émission et de réception au-dessus du niveau moyen de la mer comme suit :

Le facteur géoclimatique K est défini en termes de pL , le pourcentage de temps pendant lequel le gradient de réfractivité relatif est inférieur à -100 N/km. Ce facteur peut être trouvé sur les cartes des figures 2 à 5. Le mois avec la valeur la plus élevée de pL Devrait être utilisé.

Si le type de terrain est inconnu, les valeurs suivantes peuvent être utilisées pour le coefficient C0:

Le coefficient Clatitude dans l'équation (H7) est basé sur la latitude φ et est donné par :

Clatitude = 0 dB pour φ &le 53 degrés nord ou sud

Clatitude = -53 + φ dB pour &phi supérieur à 53 degrés Nord ou Sud et inférieur à 60 degrés Nord ou Sud

Clatitude = 7 dB pour φ &ge 60 degrés Nord ou Sud

Le coefficient CLon dans l'équation (H7) est basée sur la longitude et est donnée par :

CLon = 3,0 dB pour les longitudes d'Europe et d'Afrique

CLon= &moins3.0 dB pour les longitudes de l'Amérique du Nord et du Sud

CLon= 0,0 dB pour toutes les autres longitudes

L'équation pour K dans l'équation (H7) est destiné aux chemins intérieurs au-dessus de la terre et non aux grandes étendues d'eau. Pour un chemin sur différents types de terrain, le coefficient C0 peut être ajusté comme indiqué dans le Tableau 1 de la Rec. 530-8. Par souci de concision, ce tableau ne sera pas répété ici.

Pour les chemins à proximité ou au-dessus de petits ou de grands plans d'eau, il existe des facteurs de correction supplémentaires pour K , ou d'autres moyens de calcul K pour améliorer les prévisions d'interruption de la décoloration dans de telles circonstances. Encore une fois, reportez-vous à l'UIT-R 530-8 pour les détails ici. Toutes ces équations sont implémentées dans le logiciel EDX.

En utilisant l'IRU-R 530-8 comme guide, vous pouvez choisir le type d'environnement et les coefficients comme vous le souhaitez pour faire correspondre la méthode de prédiction à votre environnement de liaison.


Analyse de la fracture urbaine/rurale à large bande au Canada : Utilisation du SIG dans la planification du déploiement sans fil terrestre

Des millions de Canadiens résidant dans les collectivités nordiques, isolées, rurales et éloignées du Canada n'ont pas accès à Internet à large bande. Cette situation a conduit à une « fracture du haut débit » nationale. Autrement dit, le déploiement de la large bande filaire est très limité dans les régions nordiques, isolées, rurales et éloignées du Canada en raison des dépenses importantes d'installation et d'entretien de l'infrastructure filaire nécessaire pour atteindre les habitations dans ces endroits.

La technologie sans fil terrestre à large bande, en revanche, n'implique pas le même type d'infrastructure physique. En conséquence, il y a des changements spectaculaires dans la façon dont les considérations spatiales affectent la fourniture de services Internet à large bande (BIS) dans les zones situées au-delà de la zone urbaine. En particulier, la question spatiale se concentre désormais sur l'évaluation de la capacité de différentes solutions technologiques à atteindre des bases de population rentables, et met au premier plan les organisations qui développent des technologies sans visibilité directe (NLOS) qui permettraient un accès Internet sans fil sur distances beaucoup plus grandes que les solutions actuelles.

Nous commençons ce document en établissant l'importance de la connectivité à large bande pour les collectivités nordiques, isolées, rurales et éloignées du Canada. Cette discussion commente le rôle du gouvernement du Canada dans la fourniture d'une connectivité à large bande aux résidents de ces collectivités et décrit les enjeux réglementaires actuels qui régissent les services sans fil et la formulation de politiques.

La deuxième partie de l'article illustre l'utilisation des approches de système d'information géographique (SIG) dans l'étude de la planification et du déploiement du haut débit sans fil. Les résultats des études de cas suggèrent que les applications SIG peuvent apporter une contribution significative à l'analyse de la planification du déploiement sans fil, à la compréhension des relations entre les sources de signaux sans fil et les consommateurs, et à la configuration spatiale des réseaux terrestres sans fil à large bande. Nous concluons le document en discutant de la façon dont l'approche SIG utilisée pourrait être utilisée pour éclairer le processus de politique publique en ce qui concerne l'augmentation de l'accès aux services Internet à large bande dans toutes les régions du pays, et ainsi offrir la possibilité à tous les Canadiens, peu importe où ils se trouvent, de participer pleinement à la société de l'information.


Conclusion

Cette étude a effectué une analyse des séries chronologiques InSAR à l'aide des produits LiCSAR et LiCSBAS pour 73 grandes zones urbaines du Japon et a révélé les séries chronologiques et les vitesses de déformation spatialement et temporellement détaillées au cours de la période 2014-2020. Tous les traitements LiCSBAS ont été effectués automatiquement à l'aide de paramètres prédéfinis. De nombreux signaux de déformation, y compris l'affaissement/le soulèvement linéaire/non linéaire et les fluctuations annuelles, ont été détectés de manière exhaustive avec une grande précision. De plus, la réponse postsismique détaillée au séisme de Kumamoto de 2016 a été détectée à l'aide de l'approche développée dans cette étude. Toutes les données de déformation obtenues dans cette étude, y compris celles qui ne sont pas mentionnées ci-dessus, sont disponibles sur un référentiel ouvert (voir « Disponibilité des données et du matériel ») et devraient être utilisées pour d'autres recherches ou interprétations. Cette approche de surveillance à l'échelle nationale utilisant les produits LiCSAR et LiCSBAS est facile à mettre en œuvre et applicable à d'autres domaines dans le monde.


Commandes mises à jour La description Comment changé AutoCAD AutoCAD LT
3DPAN Lorsqu'un dessin est dans une vue Perspective, démarre la vue 3D interactive et vous permet de faire glisser la vue horizontalement et verticalement. Ne prend plus en charge l'isolement des objets sélectionnés lors du panoramique. X
ARCHIVER Regroupe les fichiers du jeu de feuilles en cours pour le stockage. Supprime la possibilité de créer des fichiers EXE en raison de problèmes de sécurité. Les fichiers ne peuvent être compressés que dans des fichiers ZIP. La possibilité d'ajouter un mot de passe a également été supprimée. X X
ATTACHER Insère des références à des fichiers externes tels que d'autres dessins, images raster et calques sous-jacents. Supprime la prise en charge des fichiers PCG et ISD hérités. X X
AGRAFE Rogne les objets sélectionnés tels que les blocs, les références externes, les images, les fenêtres et les calques sous-jacents à une limite spécifiée. Ne prend plus en charge le découpage des nuages ​​de points. Pour les nuages ​​de points, utilisez POINTCLOUDCROP. X X
CONVERT.DWG Convertit la version du format de dessin pour les fichiers de dessin sélectionnés. Supprime la possibilité de créer des fichiers EXE en raison de problèmes de sécurité. Les fichiers ne peuvent être compressés que dans des fichiers ZIP. La possibilité d'ajouter un mot de passe a également été supprimée. X X
ETRANSMETTRE Regroupe un ensemble de fichiers pour la transmission Internet. Supprime la possibilité de créer des fichiers EXE en raison de problèmes de sécurité. Les fichiers ne peuvent être compressés que dans des fichiers .ZIP. La possibilité d'ajouter un mot de passe a également été supprimée. X X
POSITION GÉOGRAPHIQUE Attribue des informations d'emplacement géographique à un fichier de dessin. Les invites et le comportement d'affichage dynamique lors de la spécification de l'emplacement du marqueur géographique et de la direction nord ont changé. X X
MARQUEUR GEOREORIENTAL Modifie la direction nord et la position du marqueur géographique dans l'espace objet, sans modifier sa latitude et sa longitude. Les invites et le comportement d'affichage dynamique lors de la spécification de l'emplacement du marqueur géographique et de la direction nord ont changé. X X
CONFIGURATION GRAPHIQUE Permet d'accéder aux options liées aux performances d'affichage. Affiche maintenant la boîte de dialogue Performances graphiques. X X
AJUSTER L'IMAGE Contrôle la luminosité, le contraste et les valeurs de fondu des images. Amélioré pour s'appliquer aux images de carte. X X
TEXTE MT Crée un objet texte multiligne. Ajoute des fonctionnalités d'indice et d'exposant, et la détection de verrouillage des majuscules. Améliore les options de création de listes numérotées et à puces et d'empilement automatique de texte.
OPTIONS Personnalise les paramètres du programme. Dans l'onglet Système, Notifications de bulles, supprime l'option d'affichage des notifications de mise à jour en direct. Les mises à jour en direct sont désormais gérées par Autodesk Application Manager. X X
OVERKILL Supprime les lignes, les arcs et les polylignes en double ou qui se chevauchent. En outre, combine des éléments partiellement superposés ou contigus. Peut maintenant être utilisé dans l'éditeur de blocs. X X
ATTACHER NUAGE DE POINTS Insère un fichier rcs (numérisation unique) ou rcp (projet de numérisation multiple) indexé à partir d'Autodesk ReCap dans le dessin courant. Supprime la prise en charge des fichiers PCG et ISD hérités. X X
PURGE Supprime les éléments inutilisés, tels que les définitions de bloc et les calques, du dessin. Ajoute la prise en charge de la suppression des données orphelines telles que les styles de ligne DGN. X X
OPTIONS DE SÉCURITÉ Spécifie les options de mot de passe ou de signature numérique pour un fichier de dessin. Aucun changement dans cette version, mais la possibilité d'ajouter un mot de passe à un dessin sera supprimée dans la prochaine version d'AutoCAD car elle ne répond pas aux normes de sécurité actuelles. Vous pourrez continuer à ouvrir des fichiers protégés par mot de passe. X X
ECRAN D'ACCUEIL Affiche la fenêtre de bienvenue lorsque vous démarrez le programme. Affiche maintenant un nouvel onglet. X X
Variables système mises à jour La description Comment changé AutoCAD AutoCAD LT
3DOSMODE Détermine quels accrochages aux objets 3D sont activés. Ajoute le contrôle des accrochages aux objets 3D pour les nuages ​​de points. X
DIMCONTINUEMODE Détermine si le style de cote et le calque d'une cote continue ou de ligne de base sont hérités de la cote qui se poursuit. La couche de dimension continue est héritée. X X
CADRE Contrôle l'affichage des cadres pour toutes les images, images de carte, calques sous-jacents, Xréfs tronquées et objets de nettoyage. Amélioré pour s'appliquer aux images de carte. X X
CADRE IMAGE Contrôle si les cadres d'image sont affichés et tracés. Amélioré pour s'appliquer aux images de carte. X X
OPTIONS D'OS Contrôle si les accrochages aux objets sont supprimés sur les objets de hachures, la géométrie avec des valeurs Z négatives ou les lignes d'attache de cote. Les points d'extrémité des lignes d'attache de cote sont ignorés par défaut. X X
PICKAUTO Contrôle le fenêtrage automatique pour la sélection d'objets. Ajoute la sélection Lasso (fenêtre et croisement), activée par défaut. X X
POINTCLOUDAUTOUPDATE Contrôle si un nuage de points hérité est régénéré automatiquement après une manipulation, un panoramique, un zoom ou une orbite. S'applique uniquement aux objets de nuage de points hérités (pré-AutoCAD 2015). X X
NUAGE DE POINTS Contrôle si le cadre de délimitation du nuage de points est affiché. Ajout d'une option pour afficher le cadre de délimitation uniquement lorsque le nuage de points est sélectionné. X X
TAILLE DU NUAGE DE POINTS Spécifie la quantité de mémoire (en mégaoctets) que le moteur de traitement interne utilisera pour les nuages ​​de points. La valeur peut maintenant être changée en un entier exprimant un nombre de mégaoctets. X X
POINTNUAGECLIPFRAME Détermine si les limites de découpage des nuages ​​de points pour les nuages ​​de points hérités (PCG, ISD et RCP) sont visibles ou tracées dans le dessin courant. Affecte désormais uniquement les nuages ​​de points hérités. X X
NUAGEUX DE POINTS Contrôle le pourcentage de points affichés pour tous les nuages ​​de points hérités dans la vue de dessin. S'applique uniquement aux objets de nuage de points hérités (pré-AutoCAD 2015). X X
POINTCLOUDPOINTMAX Définit le nombre maximal de points pouvant être affichés pour tous les nuages ​​de points attachés au dessin. Valeur par défaut (et maximum) maintenant 10 millions de points. N'affecte pas les nuages ​​de points hérités (pré-AutoCAD 2015). X X
NUAGEUX DE POINTS Améliore les performances en dégradant le nombre de points affichés lors d'un zoom, d'un panoramique ou d'une orbite. S'applique uniquement aux objets de nuage de points hérités (pré-AutoCAD 2015). X X
APERÇU FILTRE Exclut les types d'objets spécifiés de l'aperçu de la sélection. La valeur par défaut est passée de 7 à 3. X X
LIMITE D'APERÇU DE SÉLECTION Limite le nombre d'objets pouvant afficher un aperçu en surbrillance lors d'une sélection de fenêtre ou de croisement. La valeur par défaut est passée de 2000 à 20000. X X
COMMUTATEUR D'ESPACE Contrôle si l'espace objet est accessible en double-cliquant dans une fenêtre de présentation. Expose une variable système précédemment non documentée qui peut être utile lors de l'annotation dans l'espace papier. X
COMMENCEZ Contrôle ce qui s'affiche au démarrage de l'application ou à l'ouverture d'un nouveau dessin. Mise à jour pour prendre en charge la conception du nouvel onglet. X X
STATUSBAR Contrôle l'affichage de la barre d'état. Les barres d'état de l'application et du dessin sont fusionnées. X X
Commandes mises à jour La description Comment changé AutoCAD AutoCAD LT
ARC Crée un arc. Ajoute la possibilité de créer des arcs dans le sens des aiguilles d'une montre en maintenant la touche Ctrl enfoncée pendant que vous faites glisser. X X
CHANFREINER Biseaute les bords des objets. Chanfreine maintenant les premier et dernier segments d'une polyligne ouverte pour créer un objet fermé. X X
CONVERTPSTYLES Convertit le dessin courant en styles de tracé nommés ou dépendants de la couleur. Conserve désormais les espaces dans les noms des styles de tracé convertis. X X
DIMBASELINE Crée une cote linéaire, angulaire ou ordonnée à partir de la ligne de base de la cote précédente ou sélectionnée. Par défaut, la cote de ligne de base hérite désormais du style de la cote qui se poursuit. Ce paramètre est affecté par DIMCONTINUEMODE. X X
DIMINUER CONTINUER Crée une cote qui commence à partir d'une ligne d'attache d'une cote créée précédemment. Par défaut, la cote continuée hérite désormais du style de la cote qui est continuée. Ce paramètre est affecté par DIMCONTINUEMODE. X X
RÉFÉRENCES EXTERNES Ouvre la palette Références externes, qui gère les références externes dans le dessin. Ajoute la possibilité de convertir les xréfs entre les superpositions et les pièces jointes.

Ajoute la possibilité de changer un chemin pour qu'il soit absolu.

Ajoute la possibilité de sélectionner un emplacement géographique à partir d'un service de cartes en ligne.

Ajoute la possibilité de fusionner les calques sélectionnés à l'aide du menu contextuel du gestionnaire de calques.


Fichier de motif d'antenne directionnelle

Afin d'utiliser des antennes directionnelles avec le logiciel EDX, les données décrivant le diagramme directionnel doivent être stockées dans un fichier de données. Il s'agit d'un fichier de données ASCII que vous pouvez préparer vous-même à l'aide d'un éditeur de texte ou à l'aide de la fonction utilitaire de création de fichier de modèle d'antenne (voir Créer/Modifier un fichier de modèle d'antenne). Ce fichier est une tabulation des azimuts et des valeurs de champ relatif ou dB qui décrivent un diagramme d'antenne directionnelle. Les valeurs de motif de plan horizontal et vertical peuvent être répertoriées dans le fichier. Le format de ce fichier est le suivant :

'Type d'antenne' - un nom de l'antenne. Il ne doit pas dépasser 20 caractères et doit être placé entre guillemets simples. Ce nom est uniquement utilisé pour identifier le fichier, il n'est pas utilisé par le programme.

GAIN - le gain maximum de l'antenne en dBi. Ce numéro n'est pas utilisé par le programme pour le fichier d'antenne co-polarisée. Au lieu de cela, le programme normalise le modèle maximum à l'ERP maximum pour l'émetteur. Pour les diagrammes d'antenne à polarisation croisée, ce nombre est la quantité de réjection de polarisation croisée en dB.

KYPAT - le numéro de clé qui indique si les données de modèle tabulées suivantes sont en champ relatif ou en dB relatif. KYPAT=1 pour le champ relatif KYPAT=2 pour le dB relatif.

AZR - azimut de 0 à 360 degrés ou -180 à +180 degrés sur lequel la valeur du motif du plan horizontal est spécifiée. Ceux-ci doivent être dans l'ordre croissant dans le fichier. Un azimut de 0,0 degré doit être inclus. Incrément d'azimut maximum = 45°.

HP - valeur du motif du plan horizontal dans le champ relatif sous forme de fraction décimale, ou dB, selon la valeur de KYPAT.

NR - nombre total d'azimuts répertoriés dans le fichier. Le nombre maximum de points de motif dans le plan horizontal qui peuvent être répertoriés est de 721.

999 - un code spécial qui sépare le plan horizontal des données d'antenne du plan vertical.

NUM_SLICES - nombre d'azimuts &ldquoslices&rdquo du motif de plan vertical ou descriptions qui suivent dans le fichier. Valeur maximale = 72.

NELV - nombre de valeurs de configuration de plan vertical spécifiées pour chaque tranche d'azimut. Valeur maximale = 361. Chaque tranche d'azimut doit également utiliser le même ensemble d'angles d'élévation du plan vertical.

S'il n'y a pas d'informations sur le modèle de plan vertical, les valeurs NUM_SLICES et NELV doivent toutes deux être égales à 0. Cette ligne sera alors la dernière ligne du fichier. Dans ce cas, le programme EDX supposera un gain unitaire pour toutes les élévations verticales à tous les azimuts.

AZ_SLICE - l'azimut en degrés pour lequel les points de mire dans le plan vertical suivant sont pris. La valeur doit être comprise entre 0 et 360 degrés. La tranche d'azimut 0 degré doit toujours être incluse.

EL - angle d'élévation compris entre +90 et &ndash90 degrés sur lequel la valeur du motif du plan vertical est spécifiée. Minimum de 5 élévations. Ces angles commencent au-dessus de l'horizon (positif) et progressent au-dessous de l'horizon (négatif).

Vice-président - valeur du motif du plan vertical dans le champ relatif sous forme de fraction décimale, ou dB, selon la valeur de KYPAT.

La structure donnée ci-dessus est en notation de tableau de nom de variable générique. Lors de la préparation du fichier, des nombres réels sont utilisés à la place des noms de variables. Une virgule et/ou des espaces peuvent être utilisés pour séparer les champs sur chaque ligne. Pour que le programme puisse correctement normaliser les valeurs pour un usage interne, l'azimut et l'élévation avec la valeur de motif maximale dans chaque cas doivent être inclus dans le fichier.

Le fichier peut prendre n'importe quel nom souhaité. Par souci de cohérence, nous recommandons que .tapoter être utilisé comme extension de nom de fichier, mais ce n'est pas absolument nécessaire.

Les informations de diagramme qui définissent la forme relative du diagramme d'antenne par rapport à un signal à polarisation croisée doivent être saisies dans un fichier de données distinct en utilisant le format ci-dessus. Le nom de ce fichier de données est identique au nom du fichier co-polarisé sauf que l'extension .xpol est ajouté. Par exemple : si le motif co-polarisé se trouve dans un fichier &ldquosample.pat&rdquo, le motif de polarisation croisée se trouverait dans un fichier appelé échantillon.pat.xpol.

Toutes les valeurs de gain de motif (HP, VP) dans le fichier peuvent être soit un gain absolu, soit un gain relatif. Le programme normalise chaque plan à la valeur maximale entrée, puis combine les divers gains relatifs aux azimuts et élévations appropriés pour donner le gain relatif dans cette direction.

Pour ce fichier, l'azimut 0,0 est le gain le plus important, nous normalisons donc en soustrayant 10,0 dB de tous les gains horizontaux. Ensuite, si par exemple la PAR maximale pour ce secteur est de 15 dBW, la PAR à 45 degrés de l'azimut du faisceau principal est :

S'il y avait des tranches verticales dans ce fichier, chaque tranche verticale serait normalisée individuellement de la même manière que ci-dessus.

Si ce fichier représente également l'antenne à polarisation croisée, alors l'ERP à polarisation croisée à 45 degrés hors faisceau serait :

Où XPA est la quantité d'atténuation de polarisation croisée saisie dans les paramètres de l'émetteur.


Formats d'images pris en charge

AutoCAD Map 3D prend en charge les formats de fichiers image les plus courants utilisés dans les systèmes d'infographie, de gestion de documents, de cartographie et d'information géographique (SIG). Les images peuvent être à deux tons, en gris 8 bits (niveaux de gris), en couleur 8 bits (couleur indexée) ou en couleur 24 bits (couleur vraie).

Plusieurs formats de fichiers image prennent en charge les images avec des pixels transparents. Lorsque la transparence de l'image est activée, AutoCAD Map 3D reconnaît ces pixels transparents et permet aux graphiques de l'écran AutoCAD Map 3D de s'afficher à travers ces pixels. (Dans les images à deux tons, les pixels d'arrière-plan peuvent être traités comme transparents.)

De plus, vous pouvez sélectionner la couleur transparente des images en niveaux de gris ou en couleur, et vous pouvez définir l'opacité des images raster.

AutoCAD Map 3D prend en charge les formats de fichier raster suivants. Certains formats, tels que SID et ECW, sont pris en charge en tant qu'objets OLE et non en tant que fichiers image. AutoCAD Map 3D détermine le format de fichier à partir du contenu du fichier, et non à partir de l'extension de fichier.


Voir la vidéo: ArcGis How to remove Nodata from Landsat using Raster Calculator (Octobre 2021).