Suite

ArcGIS rééchantillonnant les rasters par valeur de pixel maximale ?


J'ai besoin de rééchantillonner une image binaire de caractéristiques linéaires comme les routes, les rivières à une résolution plus grossière, en combinant conceptuellement plusieurs pixels en un seul.1indique la présence de la caractéristique linéaire, et0autrement.

À cette fin, je me demandais s'il existait une fonction de rééchantillonnage d'un raster telle que si l'un des plus petits pixels est un, la cellule rééchantillonnée en sortie est un (et zéro sinon) ? En d'autres termes, je veux que la cellule rééchantillonnée soit la maximum de ses cellules constitutives.

Dans ArcToolbox, l'outil de rééchantillonnage n'a que : NEAREST, BILINEAR, CUBIC et MAJORITY. Aucun ne correspond au besoin ci-dessus.

Existe-t-il un moyen de le faire dans ArcGIS (ou d'autres environnements comme PostGIS) ?


C'est une solution (partielle) que j'ai trouvée jusqu'à présent. Il existe un outil "agrégat" sous l'analyse spatiale qui permet de combiner plusieurs cellules en une seule. Il a des options pour utiliser leSOMME, MOYENNE, MÉDIANE, MAXIMUM, MINIMUMde la collection de cellules plus petites.

Cela semble fonctionner (et ne fonctionne que) dans les cas où la résolution cible est un multiple exact de la résolution d'origine.


Espace de travail pour recevoir les rasters ArcGIS.

Si True, le masque terrestre CoastWatch sera appliqué pour définir les pixels terrestres sur NODATA avant d'exécuter l'une des autres étapes de traitement post-conversion.

Le masque terrestre est obtenu en appelant le programme cwgraphics de CoastWatch Utilities pour produire une version personnalisée de la variable « graphics », et appliqué à l'aide du programme cwmath.

Cette option est ignorée lorsque la variable graphique elle-même est spécifiée pour la conversion.

Nouveau système de coordonnées vers lequel projeter le raster en sortie.

Le raster ne peut être projeté dans un nouveau système de coordonnées que si la projection d'origine est définie. Une erreur sera générée si vous spécifiez un nouveau système de coordonnées sans définir le système de coordonnées d'origine. L'outil ArcGIS Project Raster est utilisé pour effectuer la projection.

Algorithme de rééchantillonnage à utiliser pour projeter le raster d'origine dans un nouveau système de coordonnées. L'outil ArcGIS Project Raster est utilisé pour effectuer la projection et accepte les valeurs suivantes :

NEAREST - interpolation du voisin le plus proche

BILINAIRE - interpolation bilinéaire

Vous devez spécifier l'un de ces algorithmes pour projeter vers un nouveau système de coordonnées. Une erreur sera générée si vous spécifiez un nouveau système de coordonnées sans sélectionner d'algorithme.

La taille de cellule du système de coordonnées projeté.

Rectangle auquel le raster doit être découpé.

Si un système de coordonnées projetées a été spécifié, le découpage est effectué après la projection et les coordonnées du rectangle doivent être spécifiées dans le nouveau système de coordonnées. Si aucun système de coordonnées projetées n'a été spécifié, les coordonnées doivent être spécifiées dans le système de coordonnées d'origine.

L'outil ArcGIS Clip est utilisé pour effectuer le clip. Le rectangle de découpage doit être passé à cette fonction sous la forme d'une chaîne de quatre nombres séparés par des espaces. L'interface utilisateur d'ArcGIS formate automatiquement la chaîne correctement lors de l'appel de cette fonction à partir de l'interface utilisateur d'ArcGIS, vous n'avez pas à vous soucier du format. Mais lorsque vous l'invoquez par programmation, veillez à fournir une chaîne correctement formatée. Les numéros sont ordonnés GAUCHE, BAS, DROITE, HAUT. Par exemple, si le raster se trouve dans un système de coordonnées géographiques, il peut être découpé à 10 W, 15 S, 20 E et 25 N avec la chaîne :

Des nombres entiers ou décimaux peuvent être fournis.

Mapper l'expression algébrique à exécuter sur le raster en sortie.

L'expression est exécutée une fois le raster converti projeté et découpé (si ces options sont spécifiées). Utilisez la chaîne inputRaster sensible à la casse pour représenter le raster sur lequel vous souhaitez maintenant effectuer l'algèbre cartographique. Par exemple, pour convertir le raster en raster d'entiers et ajouter 1 à toutes les cellules, utilisez cette expression :

La chaîne inputRaster est sensible à la casse. Avant d'exécuter l'expression d'algèbre de carte, la chaîne est remplacée par le chemin d'accès à un raster temporaire qui représente le raster en sortie généré. L'expression finale doit comporter moins de 4 000 caractères, sinon ArcGIS signalera une erreur.

L'outil ArcGIS Single Output Map Algebra est utilisé pour exécuter l'expression d'algèbre cartographique. Vous devez disposer d'une licence pour l'extension ArcGIS Spatial Analyst afin d'effectuer l'algèbre cartographique.

Si True, des pyramides seront créées pour le raster en sortie, ce qui contribuera à améliorer sa vitesse d'affichage dans l'interface utilisateur d'ArcGIS. Il s'agit de la dernière étape effectuée dans le traitement de post-conversion.

Expression générique "glob" de style UNIX spécifiant les fichiers CoastWatch à rechercher.

La syntaxe glob prend en charge les modèles suivants :

? - correspond à n'importe quel caractère

* - correspond à zéro ou plusieurs caractères

[seq] - correspond à n'importe quel caractère unique dans seq

[!seq] - correspond à tout caractère unique qui n'est pas dans seq

seq est un ou plusieurs caractères, comme abc. Vous pouvez spécifier des plages de caractères à l'aide d'un tiret. Par exemple, a-z0-9 spécifie tous les caractères de l'alphabet anglais et les chiffres décimaux 0 à 9.

Vous pouvez spécifier des sous-répertoires dans l'expression glob. Par exemple, l'expression CoastWatch*/2006* trouvera tous les fichiers commençant par 2006 qui sont contenus dans des répertoires commençant par CoastWatch.

Le système d'exploitation détermine si / ou est utilisé comme séparateur de répertoire. Sous Windows, les deux fonctionneront. Sur la plupart des versions d'UNIX, / doit être utilisé.

Le système d'exploitation détermine si la correspondance est sensible à la casse. Sous Windows, la correspondance est insensible à la casse. Sur la plupart des versions d'UNIX, la correspondance est sensible à la casse.

Ce n'est pas grave si votre expression correspond à des fichiers qui ne sont pas des fichiers CoastWatch. Par exemple, l'expression *.hdf peut correspondre à certains fichiers HDF non CoastWatch. Ces fichiers seront ignorés.

Si True, les sous-répertoires seront recherchés.

Taille minimale, en octets, des fichiers à rechercher. S'il est fourni, seuls les fichiers de cette taille ou plus seront trouvés.

Taille maximale, en octets, des fichiers à rechercher. S'il est fourni, seuls les fichiers de cette taille ou moins seront trouvés.

Date minimale de création, dans le fuseau horaire local, des fichiers à rechercher, telle que rapportée par le système d'exploitation. S'il est fourni, seuls les fichiers créés à cette date ou après seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Date maximale de création, dans le fuseau horaire local, des fichiers à rechercher, telle que rapportée par le système d'exploitation. S'il est fourni, seuls les fichiers créés à ou avant cette date seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Date minimale de modification, dans le fuseau horaire local, des fichiers à rechercher, telle que rapportée par le système d'exploitation. S'il est fourni, seuls les fichiers qui ont été modifiés à cette date ou après seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Date maximale de modification, dans le fuseau horaire local, des fichiers à rechercher, telle que rapportée par le système d'exploitation. S'il est fourni, seuls les fichiers qui ont été modifiés à cette date ou avant seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Variables CoastWatch à renvoyer à partir des fichiers trouvés. Si des variables sont fournies, seules ces variables seront renvoyées. Si aucune n'est fournie, toutes les variables des fichiers seront renvoyées.

Au moment d'écrire ces lignes, le programme CoastWatch était connu pour avoir publié des fichiers avec ces variables :

Veuillez consulter la documentation de CoastWatch pour plus d'informations sur ces variables. En général, la plupart des utilisateurs sont intéressés par la variable "sst", qui est la température de surface de la mer estimée, et la variable "cloud", qui est un masque de bits indiquant quels tests de nuages ​​ont échoué pour ce pixel. Une valeur de 0 pour la variable cloud indique que tous les tests cloud ont réussi et CoastWatch a une grande confiance dans la validité de la valeur SST pour ce pixel.

Codes de région CoastWatch pour les fichiers à rechercher. Si des régions sont fournies, seuls les fichiers correspondant à ces régions seront renvoyés. Si aucun n'est fourni, tous les fichiers seront trouvés.

Cette fonction trouve les codes de région en examinant les métadonnées CoastWatch à l'intérieur des fichiers, et non en examinant le nom du fichier. Ainsi, il fonctionnera correctement avec les anciens fichiers CoastWatch qui n'incluent pas la région dans le nom du fichier.

Étant donné que les métadonnées CoastWatch n'incluent pas explicitement le code de région, il doit être déduit des autres métadonnées d'image. La mise en œuvre actuelle de cette fonction reconnaît les régions suivantes :

Ces régions sont extraites de la section 9.5 du guide de l'utilisateur NOAA KLM modifié le 7 novembre 2005. Si un fichier n'est pas pour l'une de ces régions, il ne sera renvoyé que si vous ne spécifiez aucun code de région. Si vous souhaitez que d'autres codes de région soient ajoutés à cet outil, veuillez contacter l'auteur.

Satellites pour les fichiers à trouver. Si des satellites sont fournis, seuls les fichiers contenant les données de ces satellites seront trouvés. Si aucun n'est fourni, tous les fichiers seront trouvés.

Au moment d'écrire ces lignes, le programme CoastWatch était connu pour avoir publié des données provenant des satellites suivants :

Date d'image minimale, en UTC, des fichiers à rechercher. S'ils sont fournis, seuls les fichiers contenant des images prises à cette date ou après seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Date maximale de l'image, en UTC, des fichiers à rechercher. S'ils sont fournis, seuls les fichiers contenant des images prises à ou avant cette date seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

CoastWatch "temps de scène" pour les fichiers à trouver. S'il est fourni, seuls les fichiers contenant des images avec ces temps de scène seront trouvés. Si aucun n'est fourni, tous les fichiers seront trouvés.

Au moment d'écrire ces lignes, le programme CoastWatch était connu pour avoir publié des données avec les heures de scène suivantes :

Le temps de la scène affecte, entre autres, les tests de nuage utilisés pour générer l'image de masque de nuage. Veuillez consulter la documentation CoastWatch pour plus d'informations.

Expression Python utilisée pour calculer le chemin absolu d'un raster en sortie. L'expression peut être n'importe quelle instruction Python appropriée pour être transmise à la fonction eval et doit renvoyer une chaîne Unicode. L'expression peut faire référence aux variables suivantes :

directoryToSearch - la valeur fournie pour le paramètre de répertoire à rechercher

outputWorkspace - la valeur fournie pour le paramètre d'espace de travail de sortie

inputFile - le chemin absolu vers le fichier CoastWatch d'entrée

variable - la variable CoastWatch extraite (par exemple "sst")

métadonnées - un dictionnaire de métadonnées CoastWatch sur le fichier et la variable (voir ci-dessous)

stocke le raster dans l'espace de travail de sortie dans une structure de sous-répertoires basée sur le code de région CoastWatch, le satellite, etc. Par exemple, si la variable sst du fichier 2007_066_0459_n17_wn.hdf était extraite dans le répertoire de sortie C:CoastWatch avec l'expression ci-dessus, le chemin du raster en sortie serait :

Les clés suivantes sont disponibles dans le dictionnaire de métadonnées. Le type de données Python de la valeur de la clé apparaît entre parenthèses. N'oubliez pas que si la valeur n'est pas une chaîne, vous devez la convertir en une avant de pouvoir l'utiliser dans la fonction os.path de Python :

'Variable' (str) - Nom complet de la variable CoastWatch. Au moment d'écrire ces lignes, le programme CoastWatch était connu pour avoir publié des fichiers avec ces variables :

'Abréviation' (str) - Abréviation à 2 caractères pour la variable CoastWatch. Ces abréviations ont été inventées par l'auteur de cet outil, et non par le programme CoastWatch. Pour les variables mentionnées ci-dessus, les abréviations sont :

'Region code' (str) - Code de région CoastWatch à 2 caractères. Le programme CoastWatch attribue le code de région, mais comme les métadonnées du fichier ne l'incluent pas, l'outil doit le déduire à l'aide de règles codées en dur qui examinent d'autres métadonnées telles que les coordonnées de l'image. L'outil reconnaît les régions suivantes, tirées de la section 9.5 du guide de l'utilisateur NOAA KLM modifié le 7 novembre 2005 :

'Satellite' (str) - satellite qui a pris l'image. Au moment d'écrire ces lignes, le programme CoastWatch était connu pour avoir publié des données provenant des satellites suivants :

'Sensor' (str) - capteur qui a pris l'image (par exemple, "avhrr").

'Image datetime' (datetime.datetime) - date et heure auxquelles l'image a été prise, en UTC.

'Image unix time' (int) - date et heure de prise de l'image, au format "UNIX time". Les heures UNIX sont des entiers signés 32 bits qui correspondent au nombre de secondes depuis 1970-01-01 00:00:00 UTC. Les valeurs de temps UNIX produites par cet outil n'incluent pas les secondes bissextiles. Cet outil suppose qu'une année normale est de 31536000 secondes et une année bissextile est de 31622400 secondes.

'Heure de la scène' (str) - l'heure de la "scène" de CoastWatch pour l'image. Au moment d'écrire ces lignes, le programme CoastWatch était connu pour avoir publié des données avec les heures de scène suivantes :

'Type de projection' (str) - type de projection pour l'image (par exemple, "mappé").

'Projection cartographique' (str) - projection cartographique de l'image (par exemple, "Mercator").

'Map affine a' (float) - le coefficient a pour la carte affine pour le fichier, en mètres.

'Map affine b' (float) - le coefficient b pour la carte affine pour le fichier, en mètres.

'Map affine c' (float) - le coefficient c de la carte affine pour le fichier, en mètres.

'Map affine d' (float) - le coefficient d de la carte affine pour le fichier, en mètres.

'Carte affine e' (float) - le coefficient e de la carte affine pour le fichier, en mètres.

Map affine f' (float) - le coefficient f de la map affine pour le fichier, en mètres.

'Sphéroïde' (str) - sphéroïde utilisé pour l'image (par exemple, "WGS 84").

"Origine" (str) - organisation qui a produit le fichier (par exemple "USDOC/NOAA/NESDIS CoastWatch").

Format' (str) - version du format du fichier (par exemple "CoastWatch HDF version 3.4").

'Largeur de pixel' (float) - la largeur de chaque pixel, en km. Cela ne doit pas être utilisé comme taille de cellule raster. Veuillez consulter la documentation de CoastWatch pour plus d'informations.

'Hauteur de pixel' (flotteur) - la hauteur de chaque pixel, en km. Cela ne doit pas être utilisé comme taille de cellule raster. Veuillez consulter la documentation de CoastWatch pour plus d'informations.

'Largeur totale' (float) - la largeur de l'image, en km. Veuillez consulter la documentation de CoastWatch pour plus d'informations.

'Hauteur totale' (flotteur) - la hauteur de l'image, en km. Veuillez consulter la documentation de CoastWatch pour plus d'informations.

'Centre y' (flotteur) - la latitude, en degrés décimaux, du centre de l'image.

'Centre x' (flotteur) - la longitude, en degrés décimaux, du centre de l'image.

'Y en haut à gauche' (float) - la latitude, en degrés décimaux, du coin supérieur gauche de l'image.

'X supérieur gauche' (flotteur) - la longitude, en degrés décimaux, du coin supérieur gauche de l'image.

'Y en haut à droite' (flottant) - la latitude, en degrés décimaux, du coin supérieur droit de l'image.

'X supérieur droit' (flotteur) - la longitude, en degrés décimaux, du coin supérieur droit de l'image.

'Y en bas à gauche' (float) - la latitude, en degrés décimaux, du coin inférieur gauche de l'image.

'X inférieur gauche' (flotteur) - la longitude, en degrés décimaux, du coin inférieur gauche de l'image.

'Y en bas à droite' (flottant) - la latitude, en degrés décimaux, du coin inférieur droit de l'image.

'X inférieur droit' (flotteur) - la longitude, en degrés décimaux, du coin inférieur droit de l'image.

'Type' (str) - le type de données Java de la variable (par exemple, "short").

'Rows' (int) - le nombre de lignes dans l'image de cette variable.

'Columns' (int) - le nombre de colonnes dans l'image de cette variable.

'Units' (str) - les unités de cette variable, ou "-" ou vide si cette variable est sans unité.

'Scale' (float) - le facteur d'échelle pour calculer la vraie valeur de cette variable. Veuillez consulter la documentation de CoastWatch pour plus d'informations.

'Offset' (float) - l'offset pour calculer la vraie valeur de cette variable. Veuillez consulter la documentation de CoastWatch pour plus d'informations.

'Nav offset y' (float) - le décalage, en pixels, qui a été appliqué à l'image de la variable dans la direction nord/sud pour la géorectifier. Le nord est positif.

'Nav offset x' (float) - le décalage, en pixels, qui a été appliqué à l'image de la variable dans la direction est/ouest pour la géorectifier. L'Est est positif.

Pour plus d'informations sur la syntaxe Python, veuillez consulter la documentation Python.

Modules Python à importer avant d'évaluer l'expression. Si vous avez besoin d'accéder à des fonctions ou classes Python fournies par un module plutôt que d'être intégrées à l'interpréteur, répertoriez le module ici. Par exemple, pour pouvoir utiliser la classe datetime dans votre expression, listez le module datetime ici. Dans votre expression, vous devez faire référence à la classe en utilisant son nom complet, datetime.datetime.

Si True, la conversion sera ignorée pour les rasters en sortie qui existent déjà.


Syntaxe de script

ArcInfoASCIIGridFindAndConvertToArcGISRaster_GeoEco (inputDirectory, outputWorkspace, isInteger, wildcard, searchTree, minSize, maxSize, minDateCreated, maxDateCreated, minDateModified, maxDateModified, coordinateSystem, projectedCoordinateSystem, GeographicTransformation, resamplingCreated, maxDateCreated, minDateModified, maxDateModified, coordinateSystem, projectedCoordinateSystem, GeographicTransformation, resamplingCreatedTechnique,

Espace de travail pour recevoir les rasters ArcGIS.

Si True, le raster en sortie aura un type de données entier. Si False, la valeur par défaut, le raster en sortie aura un type de données à virgule flottante.

Le raster est créé à l'aide de l'outil de géotraitement ArcGIS ASCII vers raster. Pour les rasters d'entiers, l'outil détermine le type de données d'entier spécifique à partir des valeurs présentes dans le fichier d'entrée. Il sélectionne généralement le type de données le plus compact capable de représenter toutes les valeurs. Par exemple, si les valeurs sont comprises entre 0 et 255, il sélectionne généralement le type de données entier 8 bits non signé. Mais il présente également un comportement étrange, au moins avec ArcGIS 9.1 :

Si le fichier ASCII contient des valeurs comprises entre -128 et 127, l'outil créera un raster 16 bits signé même si les valeurs sont stockées de manière plus compacte sous forme d'entiers 8 bits signés. Il créera un raster 8 bits signé si la valeur -128 n'apparaît pas dans le fichier, ou si 128 est désigné la valeur NODATA. La spécification d'une valeur NODATA différente, telle que 0, génère toujours un raster int16 si -128 apparaît.

De même, si le fichier ASCII contient des valeurs comprises entre -32768 et 32767, l'outil créera un raster 32 bits signé si la valeur -32768 apparaît dans le fichier ASCII, à moins qu'il ne soit désigné comme valeur NODATA.

Pire, si le fichier ASCII contient des valeurs allant de -2147483648 à 2147483647, l'outil signalera une erreur si la valeur -2147483648 apparaît dans le fichier ASCII à moins qu'elle ne soit désignée comme la valeur NODATA. Encore plus étrange, la valeur -2147483647 est toujours traduite en NODATA, quoi qu'il arrive.

Pour tous les types de rasters d'entiers, l'outil produit un comportement étrange lorsque vous spécifiez une valeur NODATA qui n'est pas la plus petite valeur possible pour le type de données. Par exemple, si le fichier ASCII contient des valeurs de 0 à 255 et que 0 est désigné comme valeur NODATA, l'outil produit un raster 8 bits non signé. Mais si 1 est désigné comme valeur NODATA, il produit un raster 16 bits signé et ArcCatalog indique sous Propriétés du jeu de données raster que la valeur NoData est -32768, bien que l'outil Identifier affiche les cellules qui ont la valeur 1 sont en fait NODATA. Des résultats étranges similaires peuvent être obtenus pour des rasters d'entiers d'autres types de données lorsque vous désignez un NODATA qui n'est pas la plus petite valeur possible.

Pour les rasters à virgule flottante, le type de données à virgule flottante 32 bits est toujours utilisé. Le format raster ArcGIS ne prend pas en charge le type de données à virgule flottante 64 bits (souvent appelé « double »). L'outil de géotraitement ArcGIS ASCII vers raster semble accepter les fichiers ASCII qui contiennent des valeurs à virgule flottante qui sont plus précises et qui dépassent la plage exponentielle de celle fournie par le type de données 32 bits. Le comportement de l'outil n'est pas documenté, mais dans ArcGIS 9.1, il semble être :

Les valeurs où l'exposant est compris entre -38 et +38 sont correctement représentées dans le raster flottant 32 bits résultant.

Les valeurs où l'exposant est inférieur à -38 (par exemple -39, -40, etc.) sont converties en 0.

Les valeurs où l'exposant est supérieur à +38 sont converties en -INF ou +INF, selon le signe de la valeur (par exemple -5.3083635279597874e-212 apparaît comme -1.#INF dans l'interface graphique ArcCatalog, tandis que 2.5502286890301497e+084 apparaît comme 1.#INF).

Expression générique "glob" de style UNIX spécifiant les chemins à rechercher.

La syntaxe glob prend en charge les modèles suivants :

? - correspond à n'importe quel caractère

* - correspond à zéro ou plusieurs caractères

[seq] - correspond à n'importe quel caractère dans seq

[!seq] - correspond à tout caractère unique qui n'est pas dans seq

seq est un ou plusieurs caractères, tels que abc. Vous pouvez spécifier des plages de caractères à l'aide d'un tiret. Par exemple, a-z0-9 spécifie tous les caractères de l'alphabet anglais et les chiffres décimaux 0 à 9.

Vous pouvez spécifier des sous-répertoires dans l'expression glob. Par exemple, l'expression cruise*/sst* trouvera tous les chemins commençant par sst qui sont contenus dans les répertoires commençant par cruise.

Le système d'exploitation détermine si / ou est utilisé comme séparateur de répertoire. Sous Windows, les deux fonctionneront. Sur la plupart des versions d'UNIX, / doit être utilisé.

Le système d'exploitation détermine si la correspondance est sensible à la casse. Sous Windows, la correspondance est insensible à la casse. Sur la plupart des versions d'UNIX, la correspondance est sensible à la casse.

Si True, les sous-répertoires seront recherchés.

Taille minimale, en octets, des fichiers à rechercher. S'il est fourni, seuls les fichiers de cette taille ou plus seront trouvés.

Taille maximale, en octets, des fichiers à rechercher. S'il est fourni, seuls les fichiers de cette taille ou moins seront trouvés.

Date minimale de création, dans le fuseau horaire local, des fichiers à rechercher, telle que rapportée par le système d'exploitation. S'il est fourni, seuls les fichiers créés à cette date ou après seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Date maximale de création, dans le fuseau horaire local, des fichiers à rechercher, telle que rapportée par le système d'exploitation. S'il est fourni, seuls les fichiers créés à ou avant cette date seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Date minimale de modification, dans le fuseau horaire local, des fichiers à rechercher, telle que rapportée par le système d'exploitation. S'il est fourni, seuls les fichiers qui ont été modifiés à cette date ou après seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Date maximale de modification, dans le fuseau horaire local, des fichiers à rechercher, telle que rapportée par le système d'exploitation. S'il est fourni, seuls les fichiers qui ont été modifiés à cette date ou avant seront trouvés. Vous pouvez indiquer une date avec ou sans heure. Si vous ne fournissez pas d'heure, il est supposé qu'il est minuit.

Système de coordonnées à définir pour le raster en sortie. Si aucune valeur n'est fournie, le système de coordonnées du raster en sortie restera indéfini.

Nouveau système de coordonnées vers lequel projeter le raster en sortie.

Le raster ne peut être projeté dans un nouveau système de coordonnées que si la projection d'origine est définie. Une erreur sera générée si vous spécifiez un nouveau système de coordonnées sans définir le système de coordonnées d'origine.

L'outil ArcGIS Project Raster est utilisé pour effectuer la projection. La documentation de cet outil recommande de spécifier également une taille de cellule pour le nouveau système de coordonnées.

J'ai remarqué que pour certains systèmes de coordonnées, l'outil ArcGIS 9.2 Project Raster semble couper le raster projeté dans une mesure arbitraire trop petite. Par exemple, lors de la projection d'une image globale de chlorophylle MODIS Aqua de 4 km en coordonnées géographiques vers Lambert_Azimuthal_Equal_Area avec un méridien central de -60 et une latitude d'origine de -63, l'image résultante est tronquée pour ne montrer qu'un quart de la planète. Ce problème ne se produit pas lorsque Project Raster est appelé de manière interactive à partir de l'interface utilisateur d'ArcGIS, il se produit uniquement lorsque l'outil est appelé par programmation (la méthode ProjectRaster_management du géoprocesseur). Ainsi, vous ne le verrez peut-être pas lorsque vous utilisez Project Raster vous-même, mais cela peut arriver lorsque vous utilisez des outils MGET qui appellent Project Raster dans le cadre de leurs opérations de géotraitement.

Si vous rencontrez ce problème, vous pouvez le contourner comme ceci :

Tout d'abord, exécutez cet outil sans spécifier de nouveau système de coordonnées, pour obtenir le raster en sortie dans le système de coordonnées d'origine.

Dans ArcCatalog, utilisez l'outil Projeter le raster pour projeter le raster dans le nouveau système de coordonnées. Vérifiez que tout le raster est présent, qu'il n'a pas été découpé dans une mesure trop petite.

Dans ArcCatalog, recherchez l'étendue du raster projeté en cliquant dessus avec le bouton droit dans l'arborescence du catalogue, en sélectionnant Propriétés et en faisant défiler jusqu'à Etendue.

Maintenant, avant d'exécuter l'outil MGET qui projette le raster, définissez le paramètre d'environnement Etendue sur les valeurs que vous avez recherchées. Si vous appelez l'outil MGET de manière interactive à partir d'ArcCatalog ou d'ArcMap, cliquez sur le bouton Environnements dans la boîte de dialogue de l'outil, ouvrez Paramètres généraux, modifiez la liste déroulante Étendue sur "Comme spécifié ci-dessous" et saisissez les valeurs que vous avez recherchées. Si vous l'invoquez à partir d'un modèle de géotraitement, cliquez avec le bouton droit sur l'outil dans le modèle, sélectionnez Créer une variable, À partir de l'environnement, Paramètres généraux, Étendue. Cela placera l'étendue en tant que variable dans votre modèle, attachée à l'outil MGET. Ouvrez la variable Etendue, remplacez-la par "Comme spécifié ci-dessous" et saisissez les valeurs que vous avez recherchées. Si vous appelez l'outil MGET par programme, vous devez définir la propriété Extent du géoprocesseur sur les valeurs que vous avez recherchées. Veuillez consulter la documentation ArcGIS pour plus d'informations à ce sujet et les paramètres d'environnement en général.

Exécutez l'outil MGET. L'étendue du raster en sortie doit maintenant être de la bonne taille.

Une méthode de transformation utilisée pour convertir entre le système de coordonnées d'origine et le nouveau système de coordonnées.

Ce paramètre est une nouvelle option introduite par ArcGIS 9.2. Vous devez disposer d'ArcGIS 9.2 pour utiliser ce paramètre.

Ce paramètre n'est nécessaire que lorsque vous spécifiez que le raster doit être projeté vers un nouveau système de coordonnées et que ce nouveau système utilise un système de référence différent du système de coordonnées d'origine, ou qu'il existe une autre différence entre les deux systèmes de coordonnées qui nécessite une transformation. Pour déterminer si une transformation est nécessaire, je recommande la procédure suivante :

Tout d'abord, exécutez cet outil sans spécifier de nouveau système de coordonnées, pour obtenir le raster en sortie dans le système de coordonnées d'origine.

Ensuite, utilisez l'outil ArcGIS 9.2 Project Raster sur le raster en sortie pour le projeter dans le système de coordonnées souhaité. Si une transformation géographique est nécessaire, cet outil vous en demandera une. Notez le nom exact de la transformation que vous avez utilisée.

Enfin, si une transformation était nécessaire, saisissez le nom exact dans cet outil, réexécutez-le et vérifiez que le raster en sortie a été projeté comme vous le souhaitez.

Algorithme de rééchantillonnage à utiliser pour projeter le raster d'origine dans un nouveau système de coordonnées. L'outil ArcGIS Project Raster est utilisé pour effectuer la projection et accepte les valeurs suivantes :

NEAREST - interpolation du voisin le plus proche

BILINAIRE - interpolation bilinéaire

Vous devez spécifier l'un de ces algorithmes pour projeter vers un nouveau système de coordonnées. Une erreur sera générée si vous spécifiez un nouveau système de coordonnées sans sélectionner d'algorithme.

La taille de cellule du système de coordonnées projeté. Bien que ce paramètre soit facultatif, pour obtenir les meilleurs résultats, la documentation ArcGIS vous recommande de toujours le spécifier lors de la projection dans un nouveau système de coordonnées.

Les coordonnées x et y (dans l'espace de sortie) utilisées pour l'alignement des pixels.

Ce paramètre est une nouvelle option introduite par ArcGIS 9.2. Vous devez disposer d'ArcGIS 9.2 pour utiliser ce paramètre. Il est ignoré si vous ne spécifiez pas que le raster doit être projeté dans un nouveau système de coordonnées.

Rectangle auquel le raster doit être découpé.

Si un système de coordonnées projetées a été spécifié, le découpage est effectué après la projection et les coordonnées du rectangle doivent être spécifiées dans le nouveau système de coordonnées. Si aucun système de coordonnées projetées n'a été spécifié, les coordonnées doivent être spécifiées dans le système de coordonnées d'origine.

L'outil ArcGIS Clip est utilisé pour effectuer le clip. Le rectangle de découpage doit être transmis à cet outil sous la forme d'une chaîne de quatre nombres séparés par des espaces. L'interface utilisateur d'ArcGIS formate automatiquement la chaîne correctement lors de l'appel de cet outil à partir de l'interface utilisateur d'ArcGIS, vous n'avez pas à vous soucier du format. Mais lorsque vous l'invoquez par programmation, veillez à fournir une chaîne correctement formatée. Les numéros sont ordonnés GAUCHE, BAS, DROITE, HAUT. Par exemple, si le raster se trouve dans un système de coordonnées géographiques, il peut être découpé à 10 W, 15 S, 20 E et 25 N avec la chaîne :

Des nombres entiers ou décimaux peuvent être fournis.

Mapper l'expression algébrique à exécuter sur le raster en sortie.

L'expression est exécutée une fois le raster converti projeté et découpé (si ces options sont spécifiées). Utilisez la chaîne inputRaster sensible à la casse pour représenter le raster sur lequel vous souhaitez maintenant effectuer l'algèbre cartographique. Par exemple, pour convertir le raster en raster d'entiers et ajouter 1 à toutes les cellules, utilisez cette expression :

La chaîne inputRaster est sensible à la casse. Avant d'exécuter l'expression d'algèbre de carte, la chaîne est remplacée par le chemin d'accès à un raster temporaire qui représente le raster en sortie généré. L'expression finale doit comporter moins de 4 000 caractères, sinon ArcGIS signalera une erreur.

L'outil ArcGIS Single Output Map Algebra est utilisé pour exécuter l'expression d'algèbre cartographique. Vous devez disposer d'une licence pour l'extension ArcGIS Spatial Analyst afin d'effectuer l'algèbre cartographique.

La syntaxe de l'algèbre cartographique peut être très pointilleuse. Voici quelques conseils qui vous aideront à réussir avec cet outil :

Avant d'utiliser cet outil, créez et testez votre expression d'algèbre cartographique à l'aide de l'outil ArcGIS Single Output Map Algebra. Collez ensuite l'expression dans cet outil et modifiez-la pour utiliser la variable inputRaster plutôt que la valeur de test que vous avez utilisée avec Single Output Map Algebra.

Si vous développez votre expression directement dans cet outil, commencez par une expression très simple. Vérifiez qu'il fonctionne correctement, ajoutez-en un peu et vérifiez à nouveau. Répétez ce processus jusqu'à ce que vous ayez construit l'expression complète.

Séparez toujours les opérateurs mathématiques des chemins raster à l'aide d'espaces. Dans l'exemple ci-dessus, l'opérateur / contient un espace de chaque côté. Suivez ce modèle. Dans certaines circonstances, ArcGIS ne parviendra pas à traiter les expressions d'algèbre raster qui ne séparent pas les chemins raster des opérateurs utilisant des espaces. Le message d'erreur signalé n'indique généralement pas qu'il s'agit du problème, et le retrouver peut être très frustrant.

Si True, des pyramides seront créées pour le raster en sortie, ce qui contribuera à améliorer sa vitesse d'affichage dans l'interface utilisateur d'ArcGIS. Il s'agit de la dernière étape effectuée dans le traitement de post-conversion.

Expression Python utilisée pour calculer le chemin absolu d'un raster en sortie. L'expression peut être n'importe quelle instruction Python appropriée pour être transmise à la fonction eval et doit renvoyer une chaîne Unicode. L'expression peut faire référence aux variables suivantes :

directoryToSearch - la valeur fournie pour le paramètre de répertoire à rechercher

outputWorkspace - la valeur fournie pour le paramètre d'espace de travail de sortie

inputFile - le chemin absolu vers le fichier d'entrée

stocke le raster dans l'espace de travail en sortie au même emplacement relatif que le fichier d'entrée apparaît dans le répertoire à rechercher. Le nom du raster en sortie ne comprend pas plus que les 13 premiers caractères du nom du fichier d'entrée.

Pour plus d'informations sur la syntaxe Python, veuillez consulter la documentation Python.

Modules Python à importer avant d'évaluer l'expression. Si vous avez besoin d'accéder à des fonctions ou classes Python fournies par un module plutôt que d'être intégrées à l'interpréteur, répertoriez le module ici. Par exemple, pour pouvoir utiliser la classe datetime dans votre expression, listez le module datetime ici. Dans votre expression, vous devez faire référence à la classe en utilisant son nom complet, datetime.datetime.

Si True, le traitement sera ignoré pour les rasters en sortie qui existent déjà.