Suite

Existe-t-il des options/plugins permettant aux étiquettes des écrans occupés d'être visibles dans QGIS ?


J'ai un écran assez chargé, affichant un grand nombre de polygones dans une petite zone. J'aimerais que chacun d'eux soit étiqueté proprement, sans la sensation « surpeuplée » des étiquettes qui se chevauchent, comme suggéré dans l'article « Lors de l'étiquetage des polygones, toutes les étiquettes ne sont pas affichées - QGIS 1.7.0 ».

Au lieu de cela, j'aimerais voir quelque chose comme indiqué à droite (rapidement esquissé dans Paint).

Quelqu'un peut-il recommander une solution?


Essaie leÉtiquetage personnalisé facilebrancher. Cependant, lorsque vous déplacez les étiquettes, enregistrez le calque pour voir l'étiquette déplacée à la fin de la ligne (sinon, il semble qu'elle soit bloquée à mi-chemin). Notez également ce qu'il dit sur la création d'une couche virtuelle !


Collectez des données de recherche inégalées à l'aide du logiciel de collecte de données Mirus&trade de HarvestMaster. Mirus propose plusieurs façons uniques d'afficher les données de terrain sur des écrans et des menus faciles d'accès, mettant ainsi des informations précieuses à portée de main.

  • Prendre des notes
    Enregistrer les notes et les observations de la plante à la récolte
  • Récolter
    Améliorez l'efficacité et la qualité des données lorsqu'il est utilisé avec un HarvestMaster GrainGage
  • Plugins Mirus&trade
    Connectez-vous à des appareils de collecte de données sur le terrain, y compris un pulvérisateur, des récepteurs GPS, des imprimantes d'étiquettes, etc.

Mode prise de notes

La prise de notes de Mirus&trade rend la collecte de données sur le terrain fluide et efficace de la plante à la récolte. Numérisez, organisez et accédez facilement aux notes de terrain mises en page

  • Permettre à un ou plusieurs observateurs de prendre des notes
  • Saisissez de brèves observations sans tracé spécifique dans la fonction Mirus Quick-note
  • Entrez les données de maturité dans la fonction Date Trait

Mode Récolte

Mirus&trade Harvest fournit une plate-forme pour une expérience de visualisation de données personnalisée avec un contrôle total de la visibilité des données pendant la récolte.

  • Personnalisez l'écran de récolte pour afficher des informations personnalisées
  • Suivez les assistants d'étalonnage étape par étape, garantissant que les capteurs sont correctement étalonnés
  • Afficher les données et les tendances sur plusieurs écrans
  • Représenter les données graphiquement ou spatialement
  • Affichez les moyennes des champs, les cartes de rendement et les cartes de chaleur de l'humidité
  • Importez et générez des cartes et collectez et exportez des cartes thermiques dans Mirus
  • Prenez des notes de récolte critiques depuis la cabine de la moissonneuse-batteuse sur l'écran d'observation de la moissonneuse-batteuse
  • Enregistrez des observations plus brèves avec d'autres données de parcelle avec la fonction Mirus Quick-note
  • Afficher l'emplacement actuel et les zones de collecte de données précédentes sur une carte

Plugin GNSS Mirus

Cartographie de terrain, mesure de plog, collecte de données, navigation de localisation

Le plugin GNSS est conçu pour révolutionner les pratiques actuelles de recherche sur les semences

  • Planifier des cartes de terrain
  • Mesurer les tracés
  • Collecter des données
  • Naviguer vers les parcelles

Économisez du temps et de l'argent avec moins de visites sur le terrain, moins de temps passé à mesurer et une précision améliorée. La fonction Field Layout du plugin Mirus GNSS vous permet de naviguer vers une parcelle de recherche à l'aide du récepteur GPS submétrique en temps réel Geode, éliminant ainsi complètement l'utilisation de roues, de rubans à mesurer et de localisation.

&fois

Plugin Mirus Cone Planter

Connectez un semoir à cône ou un semoir à Mirus

L'utilisation du matériel et du plug-in du planteur de cônes pour Mirus permet un enregistrement plus facile de l'endroit où chaque paquet de graines est planté. Le ou les ouvriers travaillant sur le planteur peuvent scanner chaque paquet pour chaque parcelle, en plus d'être synchronisés avec un emplacement GPS pour déclencher le cône, permettant aux chercheurs de savoir exactement où commence chaque nouveau paquet de semences et dans quelles parcelles

Plugin d'applicateur de terrain Mirus

Contrôler les applications de traitement dans le tableau de bord Mirus

Le plug-in Mirus Field Applicator contrôle les applications de traitement à partir du tableau de bord Mirus. Ce plugin élimine les boîtiers d'interrupteurs à bascule &mdash encombrants et souvent déroutants généralement utilisés pour contrôler les applicateurs de terrain. Il vous suffit d'importer une carte dans Mirus, de sélectionner le traitement à appliquer avec chaque rampe de pulvérisation et de choisir de contrôler l'applicateur manuellement ou via le positionnement GPS.

&fois

Plugin de capteur Mirus Polytec NIR

Plugins Mirus pour GrainGage&trade

Le plugin Mirus Polytec NIR Sensor connecte le logiciel Polytec NIR à Mirus, vous permettant de contrôler facilement le capteur NIR et de stocker toutes ses données collectées dans Mirus. À l'aide de Mirus, vous pouvez lancer le balayage NIR ou ouvrir les portes à grains pour permettre aux grains de passer devant le capteur. Le NIR collecte des constituants supplémentaires, qui sont intégrés dans Mirus avec toutes les données GrainGage&trade. Vous pouvez exporter les données combinées, ce qui augmente la précision et réduit les erreurs.

&fois

Plugin d'imprimante d'étiquettes Mirus Zebra

Plugins Mirus pour GrainGage&trade

Le plug-in d'imprimante d'étiquettes Mirus Zebra vous permet de contrôler une imprimante d'étiquettes Zebra de manière pratique dans Mirus, ce qui accélère le processus d'ensachage. À l'aide du plugin, vous pouvez configurer tous les paramètres d'étiquette et mdash, y compris les identifiants et le nombre d'étiquettes à imprimer.

HarvestMaster recommande d'utiliser l'imprimante Zebra P4T, bien que toute imprimante compatible Zebra ZPL fonctionnera. Installez le plug-in d'imprimante d'étiquettes Mirus Zebra pour profiter d'une efficacité et d'une productivité améliorées.

&fois

Plugin Mirus Non-Stop

Plugins Mirus pour GrainGage&trade

Le plugin Mirus Non-stop relie vos têtes de maïs non-stop avec Mirus, vous donnant le contrôle à la fois des têtes Graingage et non-stop en un seul endroit. Avec le plugin Mirus Non-stop, vous pouvez définir des minuteries pour un système de récolte et des vis sans fin. Ce plugin vous aide à contrôler rapidement les paramètres et à découvrir un processus de récolte plus facile et plus efficace. Gagnez du temps et de l'énergie en utilisant le plugin non-stop de HarvestMaster avec Mirus.

Configuration minimale requise pour le logiciel de collecte de données Mirus

Matériel HarvestMaster GrainGage Séries HM800 et H2
Système opérateur Ordinateurs portables et tablettes fonctionnant sous Windows 10, 8 ou 7
Processeur Minimum 1,8 GHz double cœur
Mémoire 1 Go de RAM (1 GM ou plus recommandé
Sotrage de données 320 Mo
Résolution d'affichage 800 x 600 ou plus

Collectez des informations sur la récolte sur une tablette Mesa Rugged

Conçue et assemblée aux États-Unis, la Mesa Rugged Tablet exécute le logiciel de collecte de données Mirus en douceur pendant les longues heures de travail.

  • Imperméable, antipoussière, antichoc
  • Résistance aux températures extrêmes
  • Autonomie de la batterie toute la journée
  • Grand écran 7" lisible au soleil
  • Options de processeur ultra-rapides
  • Support client en direct et individualisé

Ensemble de solutions totales

En tant que marque fondée sur sa passion pour l'amélioration de la vie des chercheurs en semences, HarvestMaster fournit une solution complète conçue pour optimiser le processus de recherche en semences du début à la fin.

Vidéos

Quels systèmes d'exploitation Mirus prend-il en charge ?

Mirus prend en charge Windows 10, 8 et 7. Mirus n'est pas compatible avec les systèmes d'exploitation Android, Windows Mobile ou iOS.

Quels appareils portables fonctionneront avec Mirus ?

Bien que la plupart des appareils Windows exécutent Mirus, nous vous recommandons d'utiliser la tablette Mesa Rugged. Classé IP68, le Mesa est étanche, résistant à la poussière et aux chocs, ce qui le rend idéal pour une utilisation en extérieur. Le Panasonic Toughpad® est également une option portable très appréciée pour Mirus.

Quel logiciel de recherche sur les semences est le meilleur ?

Pour la plupart des applications de recherche sur les semences, Mirus de HarvestMaster est le meilleur logiciel de recherche sur les semences. Mirus est un logiciel de collecte de données robuste spécialement conçu pour être utilisé de la plante à la récolte. Si vous utilisez un semoir Wintersteiger® avec un HarvestMaster GrainGage, nous vous recommandons d'utiliser le logiciel EasyHarvest de Wintersteiger.

Mirus peut-il être utilisé pour collecter des données de recherche sur les parcelles ?

Oui. Mirus peut être utilisé pour collecter des données de recherche de parcelles de la plante à la récolte. Avec sa fonction de prise de notes robuste et son plug-in GNSS supplémentaire, Mirus permet à un ou plusieurs observateurs de prendre des notes, tout en superposant les données pour une analyse pratique. Regardez la vidéo du plugin GNSS.

Mirus peut-il être utilisé avec le NIR ?

Oui. En utilisant le plug-in de capteur Polytech NIR de Mirus, vous pouvez connecter le logiciel Polytech NIR pour contrôler un capteur NIR et stocker toutes les données collectées dans Mirus. Ce plugin pour Mirus vous permet d'initier le balayage NIR et d'ouvrir les portes de grain pour permettre au grain de passer à travers le capteur.

Mirus peut-il être utilisé avec n'importe quel pulvérisateur de recherche ?

Oui. Mirus peut être adapté pour bien fonctionner avec n'importe quel pulvérisateur de recherche en utilisant l'ajout du plugin d'applicateur de terrain Mirus. Cela inclut tous les pulvérisateurs à rampes multiples ou à rampe unique.

Mirus peut-il être utilisé pour imprimer des étiquettes ou des tags pour l'identification d'échantillons ?

Oui. En utilisant le plugin Zebra Label Pinter de Mirus, Mirus peut être utilisé pour imprimer des étiquettes ou des étiquettes pour l'identification des échantillons. Ce plugin peut être utilisé pour imprimer automatiquement des étiquettes ou des étiquettes afin d'éliminer le besoin d'imprimer et de passer au crible manuellement les étiquettes pendant une journée de travail chargée.

Quels équipements Mirus peut-il contrôler ?

À l'aide de plug-ins Mirus conçus pour être utilisés avec divers types d'équipement, Mirus peut contrôler une variété d'équipements de récolte. L'équipement comprend tous les HarvestMaster GrainGages, les pulvérisateurs à rampes multiples, les imprimantes d'étiquettes, les capteurs NIR, les planteuses à cône et plus encore. Mirus peut également être utilisé pour contrôler du matériel plus personnalisé tel que les récolteuses de coton, les récolteuses de fourrage, les récolteuses de tiges, etc.

Pour toute question sur tout équipement non répertorié, veuillez contacter l'équipe HarvestMaster à [email protected] ou au 435-753-1881.

Quelle est la différence entre Mirus et FRS ?

Mirus et Field Research Software (FRS) sont des solutions logicielles HarvestMaster. Mirus a remplacé FRS en 2012 en tant que logiciel de recherche sur le terrain ultime. Alors que FRS s'exécute sur un système d'exploitation Windows Mobile, Mirus s'exécute sur les systèmes d'exploitation Windows 10, 8, 7.

HarvestMaster était ravi de lancer Mirus en 2012 en raison de son interface utilisateur personnalisable et mise à jour.

Si vous utilisez toujours notre solution FRS, contactez-nous pour savoir comment vous pouvez facilement passer à Mirus pour une utilisation avec votre matériel actuel.

Mirus peut-il être utilisé avec les logiciels ARM ou Agrobase pour l'analyse statistique ?

Oui. Mirus est compatible avec les logiciels ARM et Agrobase. Conçu pour être intégré à d'autres logiciels liés à la récolte, Mirus affiche un processus fluide pour déplacer des cartes et des données vers et depuis d'autres logiciels.

Mirus peut exporter des données brutes vers un fichier .CSV, y compris des données de carte thermique, et fusionner facilement les données dans les deux sens.

Quel est le prix de Mirus ?

Pour répondre aux besoins de notre clientèle diversifiée, chaque version de Mirus est livrée avec des fonctionnalités différentes et des prix associés. Mirus peut être vendu avec un package GrainGage complet ou indépendamment.

Pour un devis précis en fonction de vos besoins, n'hésitez pas à remplir un formulaire de contact ou à composer le 435-753-1881.

Puis-je faire fonctionner mon système de pesage avec Mirus ?

Oui. Mirus peut être utilisé avec d'autres systèmes de pesage. Tout HM800 ou H2 GrainGage est compatible pour une utilisation avec Mirus et d'autres systèmes de pesage.


  • Dans le tableau de bord WordPress, sélectionnez Plugins | Ajouter nouveau. Rechercher connectQuotidien et cliquez sur le Installer maintenant bouton. Le bouton deviendra Activer. Clique sur le Activer bouton.
  • Depuis votre tableau de bord WordPress, connectDaily | Paramètres, sélectionnez l'option de création d'un calendrier ou saisissez les informations d'un calendrier connectDaily existant.
  • Accédez à un article/une page et sélectionnez le bouton ConnectDaily Calendar dans la barre d'outils de l'éditeur. Suivez les indications à l'écran pour sélectionner le type de code court et insérez-le.
  • Pour utiliser l'un des widgets, accédez au tableau de bord WordPress, à l'apparence, aux widgets et faites glisser le widget connectDaily souhaité dans votre zone de widgets. Configurez les widgets à l'aide du formulaire de configuration.

Nous avons un didacticiel que vous pouvez regarder ici : Vidéo du didacticiel du plug-in

Le calendrier indique lundi comme premier jour de la semaine. Comment puis-je changer cela en dimanche?

Dans le tableau de bord WordPress, accédez à Paramètres | Général et modifiez la valeur de La semaine commence le au dimanche.

Certains événements sont diffusés au mauvais jour ou à la mauvaise heure.

Il s'agit d'un problème lié au fuseau horaire. Dans le tableau de bord WordPress, accédez à Paramètres | Général et vérifiez la valeur du fuseau horaire. S'il semble correct, connectez-vous à connectDaily et accédez à Système | Configuration | Saisissez l'heure et vérifiez le fuseau horaire qui y est configuré.

J'ai mis à jour mon calendrier, mais l'affichage dans WordPress n'est pas mis à jour.

Le plugin utilise la mise en cache pour maximiser les performances. En moyenne, les événements s'afficheront dans les 30 minutes. Vous pouvez désactiver temporairement la mise en cache en accédant à la page des paramètres de connectDaily’s.


12 réponses 12

L'utilisation d'un fil de discussion séparé pour afficher un simple message d'attente est exagéré, surtout si vous n'avez pas beaucoup d'expérience avec le fil de discussion.

Une approche beaucoup plus simple consiste à créer un formulaire « Veuillez patienter » et à l'afficher sous forme de fenêtre sans mode juste avant le formulaire à chargement lent. Une fois le chargement du formulaire principal terminé, masquez le formulaire Veuillez patienter.

De cette façon, vous n'utilisez qu'un seul fil d'interface utilisateur principal pour afficher d'abord le formulaire Veuillez patienter, puis chargez votre formulaire principal.

La seule limitation à cette approche est que votre formulaire Veuillez patienter ne peut pas être animé (comme un GIF animé) car le fil est occupé à charger votre formulaire principal.


Utilisation de la feuille de route

RoadMap est l'application principale. Il affiche la carte et peut garder une trace de la position GPS actuelle. Selon la boîte à outils que vous utilisez, et avant qu'un "make install" n'ait été effectué, l'exécutable final se trouvera dans src/gtk/gtkroadmap, src/gtk2/gtkroadmap ou src/qt/qtroadmap (zroadmap sur le Zaurus).

Les options marquées comme "collantes" restent en vigueur la prochaine fois que RoadMap est exécuté. (L'utilisation de l'option modifie en fait l'élément de préférences de RoadMap spécifié.)

L'application RoadMap accepte les options de ligne de commande suivantes :

--config=<PATH> Remplacez le chemin de recherche intégré pour les données de configuration du système. Bien qu'il s'agisse généralement d'un simple chemin de répertoire, il peut en fait être une liste de chemins séparés par des virgules à partir desquels RoadMap doit charger sa configuration. Répertoires d'utilisateurs (généralement "

/.roadmap", mais voir --userpath, ci-dessous) sera toujours traité comme d'habitude. Si elle est spécifiée, cette option sera également transmise à roadgps lorsqu'elle est invoquée via roadmap.

--userpath=<USERPATH> Remplace le répertoire par défaut qui contient les données de configuration utilisateur. La valeur par défaut pour ceci est $HOME/.roadmap (c'est-à-dire, "

/.roadmap") Si spécifié, cette option sera également transmise à roadgps lorsqu'elle est invoquée via roadmap.

--maps=<PATH> Remplace le chemin de recherche intégré pour les cartes. Bien qu'il ne s'agisse généralement que d'un simple chemin de répertoire, il peut en fait être une liste de chemins séparés par des virgules et peut inclure la bande-annonce "/." pour étendre la recherche vers le bas. Voir la section RÉPERTOIRES.

--icons=<PATH> Remplace le chemin de recherche intégré pour les icônes. Si elle est spécifiée, cette option sera également transmise à roadgps lorsqu'elle est invoquée via la feuille de route.

--location=<LONGITUDE,LATITUDE> Définir le point de localisation (voir l'entrée de menu "Afficher la localisation.."). Cette option est persistante (élément de préférence Locations.Location=<LONGITUDE,LATITUDE>).

--metric Utilise le système métrique pour toutes les unités. Cette option est persistante (élément de préférence General.Unit = "metric").

--imperial Utilise le système impérial pour toutes les unités. Cette option est persistante (élément de préférence General.Unit = "imperial").

--no-area Ne pas afficher les polygones (parcs, hôpitaux, centres commerciaux, aéroports, etc.).

-geometry=<WIDTHxHEIGHT> Voir l'option --geometry=<WIDTHxHEIGHT>.

--geometry=<WIDTHxHEIGHT> Définit la géométrie de la fenêtre principale de RoadMap.

--geometry:<WINDOW>=<WIDTHxHEIGHT> Définit la géométrie d'une fenêtre RoadMap spécifique, selon son titre. --geometry:Main=<WIDTHxHEIGHT> est équivalent à --geometry=<WIDTHxHEIGHT>. Si le titre de la fenêtre comprend un espace, des tirets peuvent être utilisés à la place des espaces (le but ici est d'être compatible avec les shells). Cette option est persistante (élément de préférence Geometry.<WINDOW> = <WIDTHxHEIGHT>). Pour définir la géométrie par défaut de toutes les fenêtres non spécifiées, utilisez --geometry:Default=<WIDTHxHEIGHT>.

--no-toolbar Ne pas afficher la barre d'outils. Cette option est persistante (élément de préférence General.Toolbar = "no").

--no-icon N'affiche aucune icône, c'est-à-dire laisse autant d'espace que possible pour la carte. Cette option est persistante (élément de préférence General.Icons = "no").

--gps=<URL> Utiliser une source GPS spécifique. Cette option n'est pas collante : elle remplace cette fois le paramétrage des préférences, mais le paramétrage des préférences n'est pas modifié. L'utilisation principale de cette option est de réexécuter les journaux GPS créés à l'aide de roadgps, ou d'exécuter les journaux créés à l'aide de gpsbabel, à partir d'autres sources d'entrée. Par exemple : gpsbabel -i gpx -o nmea,gprmc=1 infile.gpx outfile.nmea va créer un fichier journal NMEA à partir d'un fichier au format GPX créé ailleurs, ou même à partir d'un tracklog créé par roadmap lui-même.

--trip=<FILENAME> Indique à la feuille de route de rendre le fichier de voyage GPX donné à jour.

--map-boxes Affiche les cadres de délimitation de la carte sous forme de lignes grises. C'est principalement à des fins de débogage, mais peut être utile pour comprendre pourquoi aucune carte n'est visible à votre emplacement actuel.

--square Affiche les limites des carrés sous forme de cases grises. Cette option est uniquement à des fins de débogage.

--debug Affiche toutes les traces d'information et de débogage.

--debug=<source>. Imprimez toutes les traces d'information et de débogage pour les fichiers source spécifiés uniquement (une liste de fichiers source séparés par des virgules).

--verbose Affiche toutes les traces d'information.

--help Affiche une description de toutes les options de la ligne de commande, les raccourcis clavier et les actions (voir la section CONFIGURATION DES MENUS ET DE LA BARRE D'OUTILS).

La fenêtre principale RoadMap affiche le menu, la barre d'outils et le canevas de la carte. La barre d'outils est optionnelle : toutes les commandes sont également disponibles depuis la barre de menu ou depuis le clavier ou les boutons de l'iPAQ.

Lorsque RoadMap démarre, la vue de la carte reflète le mode de la session précédente. Si aucune donnée de session n'est trouvée, RoadMap suit la position GPS actuelle. Il est possible de sélectionner un autre mode : afficher le point de destination actuel (voir la section "Gestion des trajets" ci-dessous), afficher un emplacement spécifique, suivre la position GPS avec le nord affiché, suivre la position GPS avec le sens de déplacement affiché , etc.

Lorsque RoadMap est en mode de suivi GPS, la vue de la carte reflétera le mouvement de la voiture afin que le sprite GPS reste à la position prédéfinie (généralement le centre, mais il est possible de déplacer la position du sprite GPS à l'aide des touches fléchées ). La carte peut être maintenue à sa position actuelle : le bouton « maintenir » fige la vue de la carte à son emplacement actuel, mais les mises à jour continueront, de sorte que, par exemple, on devrait voir le sprite GPS s'éloigner du centre de la carte. Le mode d'attente facilite la sélection des rues et la lecture des noms de rue sur la route. Pour revenir à la vue d'origine de la carte, cette vue doit être resélectionnée (par exemple en utilisant la commande de menu Rechercher / Position GPS ou le bouton "G" de la barre d'outils).

RoadMap indique la rue actuelle quelques secondes après que la position GPS a atteint la rue. Cet affichage est également affiché pour une durée limitée. Il existe plusieurs critères utilisés par RoadMap pour « verrouiller » une rue : la distance à la rue (le plus proche sera le mieux, pas plus que la valeur définie avec Accuracy.Street), la direction de la rue par rapport à la direction du véhicule ou si la rue est connectée à la rue "verrouillée" actuelle. RoadMap utilise la logique floue pour combiner ces critères en une seule valeur. Aucune des valeurs floues pour la distance et la direction ne peut être inférieure à la valeur définie par Accuracy.Confidence, ou bien la rue n'est pas sélectionnée. La valeur floue finale doit également être supérieure à la même limite. RoadMap sélectionne ensuite la rue avec la valeur floue la plus élevée.

RoadMap utilise principalement un seul bouton de souris (le bouton gauche sur une souris à 3 boutons). C'est parce que RoadMap est conçu pour un PDA, où des stylos sont utilisés.

Un bref clic de souris (ou une pression du stylet) sur l'écran de la carte affiche des informations (c'est-à-dire le nom, la plage d'adresses, etc., selon le cas) sur le waypoint, le point de repère, la rue, la route ou l'autoroute le plus proche. Cet affichage s'affiche pendant une durée limitée (voir préférence "Surligner.Durée"). Que l'une de ces caractéristiques de la carte soit ou non suffisamment proche pour être sélectionnée, le point cliqué/tapoté sera mémorisé comme la "Sélection" actuelle, dans le but d'ajouter de nouveaux waypoints ou points de repère.

Un clic de souris long ou un tapotement du stylet (sans mouvement associé) fera apparaître un menu contextuel (voir l'élément de préférence "Événements.Clic long").

Faire glisser la souris avec le bouton enfoncé ou faire glisser le stylet sur l'écran déplace l'affichage de la carte en fonction des mouvements de la souris ou du stylet.

Faire glisser un affichage de carte est une action gourmande en CPU, donc quelques éléments de préférence "Style" peuvent être utilisés pour limiter la quantité de dessin à effectuer tout en le faisant.

Quelques actions supplémentaires sont spécifiques aux périphériques souris, sans équivalent stylo : le bouton droit et la molette de la souris.

Un menu contextuel peut être attaché au bouton droit de la souris (voir l'élément de préférence "Événements.Clic droit"). Le menu lui-même doit être défini dans le fichier roadmap.popup (voir section CONFIGURATION DES MENUS ET DE LA BARRE D'OUTILS).

Si le programme flite a été installé, ou si RoadMap a été configuré pour une application vocale disponible, RoadMap complétera les informations à l'écran avec une information audio : RoadMap prononcera le nom de la rue sur le périphérique de sortie audio. En règle générale, RoadMap essaie de ne pas répéter le même message, car les messages audio fréquents ont tendance à être irritants. Ainsi, si la même rue est sélectionnée plusieurs fois, les informations à l'écran seront affichées à chaque fois, mais le message vocal ne sera fourni qu'une seule fois. Pour des raisons évidentes, RoadMap n'essaiera de prononcer qu'un seul nom de rue à la fois.

Il est possible de couper la voix de la RoadMap, en utilisant l'élément Fichier / Annonces / "Mute Voix" de la barre de menu. La voix peut être activée ultérieurement à l'aide de l'élément « Activer la voix ».

Notez que flite peut avoir une meilleure voix disponible que celle utilisée par défaut. La source de flite est disponible sur le site web de la CMU :

Le fichier Flite README décrit comment configurer flite à l'aide d'une autre voix. Un exemple, avec l'aimable autorisation de Scot Wilcoxon :

La plupart des commandes RoadMap sont disponibles à partir du clavier. Les liaisons de boutons et de touches sont communes à tous les ports, mais certains boutons peuvent ne pas exister sur certaines plates-formes.

Toutes les liaisons de boutons et de touches sont insensibles à la casse, c'est-à-dire que la même liaison s'applique à « A » et « a » (ainsi qu'à « Bouton-gauche » et « bouton-gauche » - peu importe ce que cela signifie).

Bouton-gauche Déplacez la vue de la carte vers la gauche.
Bouton-Droite Déplacez la vue de la carte vers la droite.
Boutonner Déplacez la vue de la carte vers le haut.
Boutonné Déplacez la vue de la carte vers le bas.
+ (ou = ) Zoom avant : agrandit la partie centrale de la carte.
- Zoom arrière : affiche une zone plus grande.
UNE Rechercher une adresse spécifiée.
B Commencez l'itinéraire jusqu'au point de départ.
C Affichez la console GPS roadgps.
Affiche la destination de l'itinéraire actuel.
E Effacer les cartes parmi celles actuellement visibles.
F Basculer en mode plein écran.
g Affiche la position GPS actuelle.
H Maintenez la vue de la carte dans sa position actuelle.
je Recherchez une intersection de rue spécifiée.
J Faites pivoter la carte dans le sens inverse des aiguilles d'une montre.
K Faites pivoter la carte dans le sens des aiguilles d'une montre.
L Afficher le dernier emplacement sélectionné.
M Activer/Désactiver le téléchargement de la carte.
N Créer un nouveau voyage.
O Ouvrir un voyage existant.
P Arrêtez de suivre le trajet en cours.
Q Quittez RoadMap.
R Remettez la carte au niveau de zoom par défaut.
S Commencez à suivre le voyage en cours.
T Basculer l'affichage de la piste en cours.
U Centrez la carte sur la position GPS (nord vers le haut).
V Créez un nouveau waypoint basé sur la position GPS actuelle.
W Définir le bloc de rue sélectionné comme waypoint.
X Trouvez une intersection.
Oui Enregistrez une capture d'écran de l'affichage actuel de la carte.
F11 Basculez en mode plein écran (identique à « F »).

Les liaisons actuelles utilisées par l'application peuvent être imprimées à l'aide de l'option "--help=keymap".

Remarque pour les utilisateurs familiers de GPE 0.7.1 : l'environnement GPE a défini les liaisons de boutons d'une manière qui rend impossible leur utilisation par RoadMap (les boutons sont mappés sur les applications GPE). Dans cet environnement, il est recommandé d'activer la barre d'outils pour remplacer les boutons. Le joypad est toujours disponible.

Étant donné que les cartes peuvent prendre beaucoup de place, les utilisateurs peuvent souhaiter n'installer que les quelques cartes dont ils ont besoin. La fonction de téléchargement à la volée de RoadMap aide l'utilisateur à sélectionner visuellement les cartes à télécharger ou à supprimer. RoadMap est capable de télécharger des cartes compressées : les fichiers compressés gzip, bzip2 ou lzop sont automatiquement reconnus et décompressés après transfert.

Le téléchargement de carte est disponible dans un mode spécial RoadMap, qui peut être activé et désactivé à l'aide de l'entrée de menu Téléchargement de carte. Au démarrage, le mode de téléchargement est toujours désactivé. RoadMap affiche une icône rouge de « téléchargement » dans le coin supérieur droit de l'écran de la carte pour indiquer que le mode de téléchargement a été activé.

En mode téléchargement, si une carte n'est pas trouvée par le moteur d'affichage, il sera demandé à l'utilisateur l'autorisation de télécharger le fichier à partir de la source configurée (comme défini dans l'élément de préférence "Download.Source"). Le répertoire de destination peut également être configuré (à l'aide de l'élément de préférences "Download.Destination"). La source et le nom du fichier de destination peuvent être modifiés manuellement avant chaque téléchargement.

RoadMap est conçu pour prendre en charge plusieurs protocoles de téléchargement. Le protocole est sélectionné en fonction de la chaîne source, autant que possible en utilisant la syntaxe URL bien connue. Deux protocoles sont disponibles : une copie de fichier local (la source est soit un chemin complet, soit une URL "file://*") et le protocole HTTP (la source est une URL "http://*"). Le protocole de copie de fichier local peut être utile dans certains cas, par exemple lors du montage du disque du serveur de carte à l'aide de nfs ou smbfs.

Si le suffixe du fichier téléchargé correspond à un suffixe de fichiers compressés bien connu, RoadMap invoquera l'outil approprié pour décompresser le fichier. Les outils de compression pris en charge sont gzip (suffixe .gz), bzip2 (suffixe .bz2) et lzop (suffixe .lzo). Cette fonctionnalité permet de stocker des cartes compressées côté serveur. L'utilisation de fichiers compressés peut réduire d'un facteur deux le temps de téléchargement de la carte, selon l'outil de compression utilisé, le contenu spécifique de la carte, etc. Notez que les cartes sont toujours stockées non compressées : car RoadMap mappe le fichier en mémoire, le fichier compressé ne peut pas être utilisé par RoadMap.

Si l'utilisateur annule le téléchargement d'une carte spécifique, RoadMap ne demandera plus le même téléchargement pour le reste de la session. Cela signifie que RoadMap demandera à nouveau les mêmes cartes s'il est arrêté puis redémarré. Cela a été fait car il n'y a actuellement aucun moyen pour l'utilisateur de changer d'avis et de redemander le téléchargement d'une carte annulée. Il s'agit d'une partie de l'interface utilisateur qui est susceptible de changer à l'avenir.

RoadMap fournit également une boîte de dialogue pour supprimer des cartes, activée via l'entrée de menu "Supprimer les cartes..". La boîte de dialogue affiche le nombre de fichiers cartographiques stockés localement, la taille totale des cartes locales et la liste des cartes actuellement visibles sur l'écran RoadMap. La bonne façon de sélectionner les cartes à supprimer est d'afficher une zone dont vous n'avez plus besoin, appuyez sur l'entrée "Supprimer les cartes ..", puis sélectionnez un comté spécifique et appuyez sur le bouton Supprimer. Le comté disparaîtra immédiatement de l'écran de la carte et la boîte de dialogue sera mise à jour (c'est-à-dire que les statistiques de la carte et la liste des cartes refléteront la dernière action de suppression). Plusieurs pays peuvent être supprimés de cette manière avant la fermeture de la boîte de dialogue (bouton "Terminé").

Notez qu'une carte supprimée est automatiquement ajoutée à la liste "Annuler le téléchargement", de sorte que RoadMap ne demandera plus cette carte. En tant que tel, ce n'est pas un problème de supprimer des cartes pendant que le mode de téléchargement est actif. Si vous devez télécharger à nouveau une carte qui a été supprimée, redémarrez simplement RoadMap.

Une utilisation typique de la fonction de téléchargement consiste à précharger les cartes dont vous avez besoin avant de partir en voyage. Activez le mode téléchargement et sélectionnez l'adresse de destination : RoadMap demandera le téléchargement sur la carte qui couvre cette destination. Effectuez un zoom arrière sur l'affichage pour forcer le téléchargement des comtés adjacents, si nécessaire. Répétez l'opération pour chaque endroit où vous êtes susceptible d'aller. Utilisez les touches fléchées ou les boutons pour "survoler" les routes sur lesquelles vous allez voyager. Si vous avez manqué une carte et que vous avez configuré un serveur Web de cartes public, il devrait être possible de télécharger des cartes à partir de l'accès Internet d'un hôtel. Bien sûr, si vous êtes (riche et) assez chanceux pour avoir une connexion Internet en déplacement, la fonction de téléchargement peut également être utilisée à tout moment.

Voici une configuration typique utilisant le protocole HTTP :

    Installez les fichiers de carte individuels, compressés avec gzip, dans un sous-répertoire "maps" de l'arborescence des répertoires du serveur Web. Supposons que le serveur Web s'appelle « desktop ».

** NOTEZ QUE DE NOMBREUSES (TOUTES ?) OPTIONS DE RECHERCHE D'ADRESSE ET D'INTERSECTION NE SONT ACTUELLEMENT DISPONIBLES QU'EN UTILISANT LES CARTES TIGER DES ÉTATS-UNIS. **

RoadMap gère plusieurs types de points : un point de localisation (sélectionné à l'aide d'une adresse postale ou de la souris), la position GPS (mise à jour automatiquement si une position GPS est disponible) et un nombre arbitraire de waypoints définis par l'utilisateur, qui peuvent apparaître dans le cadre d'un itinéraire ou d'une piste.

On peut sélectionner lequel de ces emplacements sert de centre de la carte. Les positions GPS et waypoints sont des cas particuliers : voir la section sur la gestion des trajets.

Le point de localisation est vraiment un tampon pour la sélection d'un pâté de maisons. Une fois sélectionné, le point peut être défini comme (nouveau) waypoint ou comme destination, en l'utilisant pour établir un nouveau trajet. Ainsi, la définition d'une destination ou d'un waypoint est une procédure en deux étapes : (1) sélectionner un emplacement, et (2) utiliser le point sélectionné pour créer un waypoint ou un nouvel itinéraire (dans le menu Trajet).

  • en cliquant sur un emplacement sur la carte,
  • en saisissant une adresse USPS valide (numéro de rue, nom, nom de ville et d'état) dans la boîte de dialogue lancée par l'entrée de menu "Afficher l'emplacement..",
  • en spécifiant l'intersection de deux rues dans la boîte de dialogue lancée par l'entrée de menu "Afficher intersection..".

Les noms de rue sont utilisés dans les deux boîtes de dialogue utilisées pour sélectionner un emplacement spécifique : les boîtes de dialogue d'adresse et d'intersection. Ces boîtes de dialogue suivent les mêmes règles concernant le format des noms.

Lors de la saisie d'un nom de rue, le préfixe et le suffixe de la rue, s'ils sont fournis, doivent figurer parmi les abréviations répertoriées par le US Census Bureau (N pour nord, SW pour sud-ouest, etc.). La partie "type" du nom (c'est-à-dire "Rd", "St", "Pl") peut être donnée soit en utilisant l'abréviation du Census Bureau, soit en l'épelant en toutes lettres "Endroit"). Dans presque tous les cas, les conventions du US Census Bureau suivent les abréviations habituelles, il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter ici. De plus, n'importe lequel de ces champs est facultatif : ne pas les fournir ne fait que rendre la recherche moins sélective. Si plusieurs correspondances sont trouvées, RoadMap affiche une liste de toutes les rues correspondantes et permet à l'utilisateur de sélectionner celle qui convient.

Le format exact des données attendues par RoadMap en tant que nom de rue complet est le suivant :

Le nom lui-même peut inclure des espaces. Les conflits potentiels sont résolus en excluant les champs de préfixe, de suffixe et de type du nom uniquement lorsqu'une correspondance est trouvée avec l'ensemble valide pour ce comté. En tant que tels, les noms suivants fonctionneraient correctement en toutes circonstances :

Prenons un exemple : nous allons rechercher le 100 East Washington Boulevard à Los Angeles, en Californie. Le nom de la rue doit être tapé comme suit :

Le « e » signifie « est », « blvd » signifie boulevard, selon la documentation du US Census Bureau. Notez que RoadMap n'est pas sensible à la casse.

Le résultat est une correspondance unique, donc RoadMap montre l'emplacement immédiatement sans aucune question supplémentaire. Cependant, il est possible d'omettre soit le préfixe, soit le type de rue, soit les deux, ce qui a pour effet d'élargir la recherche. Disons que nous sommes entrés :

À présent, RoadMap affiche une boîte de dialogue qui répertorie 3 correspondances :

Le premier élément de la liste est affiché sélectionné et RoadMap affiche un nouvel emplacement dans l'affichage de la carte. En effet, chaque fois que l'utilisateur sélectionne une adresse dans la liste, RoadMap affiche l'emplacement cartographique correspondant. Lorsque l'utilisateur appuie sur le bouton OK, cela confirme simplement le choix actuel comme étant le dernier.

Il est possible de ne pas spécifier la partie numéro de rue d'une adresse : dans ce cas, tous les blocs de rue correspondant aux noms de rue et de ville seront répertoriés. Be careful, that might make a long list, and RoadMap has a limit of 256 items per list (matching items beyond the 256th one are discarded).

The "Intersection.." menu entry activates a dialog that asks for two street names and a state name. RoadMap will search within the given state for all intersections between streets that match the street names provided. This search may take a few seconds, especially if the maps must be read from disk.

The "Position.." menu entry activates a dialog that asks for a longitude / latitude position. The format for the longitude and latitude must conform to the ISO 6709-1983 standard (with some extensions).

In short, the latitude and longitude can be entered as "[+-]dd.ddd", "[+-]ddmm.mmm", or "[+-]ddmmss.sss". N, S, E, and W are allowed as either prefix or suffix.

More completely, the format for longitude is:

and the format for latitude is:

Where "[d]dd" or "dd" stands for the degrees, "mm" stands for the minutes, "ss" stands for the seconds and "ffffff" stands for the fractional part (either fraction of degrees, minutes or seconds, depending on the context).

The main extensions compare to ISO 6709 are as follow:

    the letters 'E', 'W', 'N' and 'S' are recognized as a replacement for '+' or '-', either as prefix or suffix.

RoadMap can support many trips: each trip context is saved in a trip file. One trip at a time can be edited or activated. A saved trip can be reloaded from its trip file.

The last trip created or loaded will be reloaded the next time RoadMap starts. If the name of the trip has been specifically set by the user, it will appear in the titlebar of the RoadMap window.

A trip is a collection of landmarks, routes, and tracks which (usually) have some relationship to one another.

Routes are sequences of waypoints that (usually!) lead you somewhere you want to go. Tracks are sequences of recorded waypoints that show you where you've been. Although one doesn't usually do so, a track can be followed just as a route can be followed.

Trip landmarks are arbitrary waypoints that aren't part of a route or a track. They're presumably interesting all by themselves. (The trip's landmarks are distinct from another set of landmarks known as your "Personal Landmarks". The "personal landmarks" are displayed on the map no matter which trip is loaded.) Landmarks and waypoints are sometimes just referred to as "Places".

One end of a route is the starting point, and the other is the destination. Comments attached to the route's waypoints are used to give directions from one waypoint to the next. Routes can be reversed, in order to traverse them backwards (but the comments don't get rewritten). Reversing a route will not change the trip file -- the reversal is completely internal to RoadMap.

When you load a trip (or when you start RoadMap, and the last trip you used is automatically reloaded) you'll be presented with a menu of routes to choose from. (If there's only one route in the trip, it will be selected automatically.)

While you might choose to name your trips with a ".gpx" suffix, as a reminder of what format they're stored in, this is entirely optional. File suffix doesn't matter.

Note that although tracks and routes are conceptually separate, either type can be selected at this point, and any of the operations under the "Routes" menu can be applied to either.

One of the buttons in this "Manage Routes" dialog is "None", which is a quick way of not selecting any route at all.

If you're starting a "fresh" trip, you'll likely start by creating a route. Choose a place that will be part of the route (a waypoint, a landmark, a street address, a geographic location) and then use the "Create New Route" menu entry to begin constructing your route. This will create an unnamed route with only one waypoint -- your destination.

A route with only one waypoint isn't very interesting, so you'll want to select more points along the route. To select a new place, you can a) click (or tap) on the street where you wish to go, b) use the "Find" menu items "Address. ", "Intersection. ", or "Position. " to locate it, or c) choose another, previously created place from the route, the trip landmarks, or the personal landmarks. After locating your new waypoint, use the "Add as waypoint" menu item to add each to the route. You'll have choices of where to add (at the beginning, at the end, or as a midpoint of the nearest route segment), as well as a chance to add it as a landmark, to either the trip's list, or your personal list. Continue adding waypoints to your route.

(If you do much route creation, you should create a toolbar button for the "addroutewaypoint" command. Then, the easy way to create a route is to first create a trivial route between the two endpoints as described above, and then points on the map and add them with your toolbar button. The route will "snap" into place through each new point you add.)

Note that waypoints are always copied. So if you choose an existing waypoint or landmark to use as a route waypoint, you'll end up with a new waypoint, not just a second reference to an existing waypoint.

You can give your new route points names as you go, or wait until later and use the "Route Waypoints. " menu item to go back to the list, and select the ones you wish to rename or to which you wish to add comments. Waypoint deletion can be done here as well.

It is also possible to delete, edit, or move waypoints and landmarks by directly selecting them with the mouse. Use a short click to select the place of interest -- its identifying information will be shown along the bottom of the screen. Then use the appropriate menu command to delete, edit, or move the selection. These commands are most readily accessed via the "long click" menu. If doing a move, you'll select the place, then choose the "Move place" command, then click or tap at the new desired location.

Your route doesn't yet have a name. That's fine -- routes and tracks can be unnamed. If there's only one route in a trip file, it's no big deal, but if there's more than one, you might want to give them names to help keep them straight. You do this (you can also add descriptive text) from the "Manage Current Routes" menu item. This is also where you'd select a different route to work with. If your trip has tracks, they'll appear hear as well. Be careful with delete! There's no undo command. Note that in addition to having no name, multiple routes can have the same name. This will not confuse RoadMap, though it may confuse the user.

Another, perhaps less convenient, method of creating a route, is to base it on a track that you (or someone else) has already travelled. While it's possible to simply select a track and follow it as one would follow a route, there are usually too many trackpoints showing up and obscuring the actual roads. It's better to create a route from the track using the "Simplify Route" command. (Remember that all of the route commands apply to tracks as well.) If simplification was successful (i.e., if any waypoints could be eliminated) a new route will be created and selected. It will be named after the original, with "Simple . " prepended to to the original name. (If it had a name -- otherwise the result is unnamed as well.)

One advantage of using the popular GPX format is that routes and landmarks can be obtained from other sources. Not only are some GPS management programs converting to use GPX directly, but there are many "<something-else>-to-GPX" conversion programs available. There are many such programs listed at: http://www.topografix.com/gpx_resources.asp

One of the best, and most complete, of these conversion programs is gpsbabel, available here: http://www.gpsbabel.org

There's also an online front-end to gpsbabel, here: http://www.gpsvisualizer.com/gpsbabel

Gpsbabel will convert from most popular GPS data formats, and can talk directly to many GPS devices without involving their vendor's "support software" at all. [ RoadMap is particularly indebted to gpsbabel, since much of the code which supports RoadMap's GPX input and output came directly from gpsbabel. ]

One handy source of route and waypoint data these days is Google Maps. Google directions and waypoints can be converted directly to GPX format by the GMapToGPX bookmarklet: http://www.elsewhere.org/GMapToGPX

gpsbabel can do this too, somewhat more indirectly -- the following script shows how:

The above script shows how one might use gpsbabel to simplify a route or track rather than doing it with the Simplify command inside RoadMap. Using gpsbabel might give better results, since it currently uses a different (and more expensive) algorithm than does RoadMap.

Once you have a have a data in GPX format, it's simply a matter of loading that that data with "Open Trip", or merging it into another of your existing trips with "Merge Trip".

Sometimes one doesn't really want to follow a route at all -- all you want to do is set a goal, and be kept informed of how far away it is, and in which direction. (This might be useful for geocaching, for instance.) That's what the "Quick Destination" menu entry is for. Select where you want to go (a waypoint, a street address, an intersection, or latitude/longitude spot), and as you move around, the display will continously display the distance and direction to that point.

A route that has been created or loaded can then be activated. Activating a route defines the departure point (the current GPS location) and enables the "trip display" mode: extra status information will appear on the map. This will include an arrow beside the GPS location symbol to indicate the direction of the next waypoint, as well as user configurable messages, such as distance information, the directions to the next waypoint (if any are present in the waypoint's comments), its distance, etc. The messages will display at the corners of the map. (see CONFIGURATION for more information about these user configurable messages).

If the route's waypoint contains comments (from the "<cmt>" element of the GPX file), these will be displayed as directions which should be followed when that waypoint is reached. The directions displayed will be from the next waypoint which has directions, i.e. there may intervening waypoints that do not have comments.

A waypoint is "attained" by entering within its "vicinity". This radius is set in the user's' trip preferences (125 ft, by default). When entering the vicinity circle, the GPS directional arrow will immediately begin pointing at the next waypoint in the list. On-screen directions will not be updated (i.e., to describe the next turn, rather than the current turn) until one leaves the waypoint vicinity. In addition, RoadMap honors a larger circle, at twice the size of the waypoint vicinity. If one enters this circle and then leaves it (without ever entering the inner "vicinity-sized" circle), then RoadMap will see if the next route segment is closer than the last route segment, and if so will assume that the user is on track to the next. The directional pointer and on-screen directions will be updated, even though the waypoint was never "quite" attained. This helps accomodate small map errors, or large roundabout or interchange intersections where the actual waypoint may be unreachable.

A route can be stopped at any time and then resumed. When a route is resumed, the waypoint chosen as the "next" to be visited is chosen by searching for the route segment that is closest (in geometrical terms) to the GPS location. The route can also be resumed in reverse mode: in that case the departure point and the destination point switch roles. The reverse mode makes it possible to use the same RoadMap route on the way back, though as noted previously, any comments on the waypoints that give directions will be unchanged. This can be a bit confusing sometimes!

When a route is active, RoadMap tracks the GPS position in realtime and updates the map accordingly. The GPS position can be shown in two modes: either North up or GPS direction up depending on the "Map.DynamicOrientation" preference item. In the second case, the map is rotated according to the direction information received from the GPS, and is convenient as it matches the driver's or passenger's view. (This dynamic rotation is in addition to the map manual rotation.) Some people find it disconcerting, however, and will wish to retain "North up" mode.

Unless specifically disabled in preferences, the GPS track followed by the user will be continuously recorded by RoadMap. By default this "breadcrumb trail" will be displayed on the map, but this can be suppressed with the "Show/Hide Track" toggle command. Whether the track is displayed initially is also configurable.

The frequency at which points for the track are recorded is determined by several settings in preferences:

    If "Time" is chosen, then track points will be saved periodically every so many seconds (as long as the GPS has moved at least a little bit).

RoadMap can interface with the outside world through separate driver applications. A driver can:

  • Receive the current GPS position from RoadMap.
  • Access the RoadMap preferences database.
  • Provide RoadMap with objects to track and update each object's position, speed and steering (otherwise called "position").
  • Communicate with another application to export RoadMap's position or import the position of objects as reported by the other application.

The objects reported to RoadMap have the following attributes:

  • An unique ID used to identify the object within RoadMap.
  • A name used for (future) display.
  • The name of a sprite used to represent the object on the screen.
  • A position, speed and steering.

All drivers must be listed in the text file

/.roadmap/drivers. This file contains one line per driver, with the following syntax:

The command may have any number of parameters (or none). The program must be specially designed to interact with RoadMap: do not just use any program as a RoadMap driver.

Once a driver has been declared in the drivers file, it can be enabled or disabled by changing the Drivers.<driver> preference item. By default, all newly declared drivers are disabled. A disabled driver is known to RoadMap, but is not started. Multiple drivers can be enabled at the same time, however some drivers may not be designed to be started more than once.

RoadMap comes with three drivers:

rdmghost Is a driver test program. It is a silly small application that echoes back a previous position of RoadMap. It shows a green ghost vehicle that seems to chase the RoadMap position. The rdmghost driver uses the Ghost.Delay preferences items, which sets the delay for echoing the RoadMap location (each delay unit generally match one second time).

rdmfriends This is the driver for gpsdrive's "friends" protocol. It can connect to a friends server (gpsdrive 2.0.9), advertise the RoadMap location and provide RoadMap with the list and location of all vehicles known to the friends server. The rdmfriends driver use the Friends.Name and Friend.Server preferences items. The first item provides the name that rdmfriends must use to identify itself to the friends server. The second item provides the network address of the friends server.

rdmkismet This is the driver for the kismet wireless network scanner. This driver connects to the kismet application and provide RoadMap with the list and position of access points kismet is detecting (the speed represent the signal strength and the steering represents the channel). The rdmkismet driver uses the Kismet.Server preferences items that specifies the network address of the kismet application.

These three drivers were designed so each can be started more than once: the option --driver=<name> replaces the default driver's name (repectively Ghost, Friends and Kismet) with the specified name. This changes the category of the driver's preferences items as well. It is thus possible for RoadMap to interact with multiple friends servers or kismet scanners.

For example, the following drivers file declares 2 ghost drivers:

RoadMap (and RoadGPS, if built separately) allows logging of all the NMEA sentences received. The log file is created using the specified filename, in the /var/tmp directory. This log file can be replayed by RoadMap using the --gps option with an absolute file name as an argument. Par exemple:


How to tackle a form with 50+ fields?

We have an ASP.Net MVC5 application. It has one page for profile information and that page has 52 fields on it.

I've had the form separated in tabs before but it led to validation problems when the form was submitted so I took out the tabs and made it one single long form to help with the validation routine.

The sections (for the tabs) were:

Now, when the form is broken up into tabs, some of the fields aren't visible and the validation doesn't occur on them. This breaks our validation because there are some fields that are required on each tab and if the tab isn't showing, the fields don't get validated. We are using jQuery ValidationEngine

The form posts to a single MVC action that updates the object that the form loads from and then sends the info to our database.

What would be the best way to tackle this dilemma? Should I put a submit button on each tab and make a new action for each tab to save to the object?

If so, then when would I send the object to the DB? When would I do the validation of the tabs that weren't showing and how to notify the user that those fields also needed completion?


7 The R Console

7.1 When using Rgui the output to the console seems to be delayed.

This is deliberate: the console output is buffered and re-written in chunks to be faster and less distracting. You can turn buffering off or on from the &lsquoMisc&rsquo menu or the right-click menu: Ctrl-W toggles the setting.

If you are sourcing R code or writing from a function, there is another option. A call to the R function flush.console() will write out the buffer and so update the console.

7.2 Long lines in the console or pager are truncated.

They only sembler to be truncated: that $ at the end indicates you can scroll the window to see the rest of the line. Use the horizontal scrollbar or the CTRL + left/right arrow keys to scroll horizontally. (Le left/right arrow keys work in the pager too.)


7 réponses 7

You can use PDFJs library. Using just JS you can render pdf files. Please , check here : https://mozilla.github.io/pdf.js/

One simple option is that the the object element provides a fallback, so you can do:

Then, when the mobile browser can't get the item, it'll just show this and you'll be all set, kinda.

Here is my solution to this problem.

Explication:
<object> tag has a feature that when it is unable to load item, it loads the content inside itself i.e tag. Since object tag cannot load on mobile view, therefore on mobile devices, embed tag will become active.

Q) Why can't we directly use tag for all cases?

You can actually, but since the embed tag is loading file from drive, it does not gives any user controls for the pdf that we see with object tag (zoom, page no., etc.). So our code will give the user pdf view controls atleast in the desktop mode instead of not giving any controls at all.


5 réponses 5

Solved it by first clicking on the 'Try Ubuntu' button and then on the 'Install Ubuntu' desktop shortcut.

I think it might have messed up your hard disk name. Do try reinstalling GRUB.

Boot using a live CD of Ubuntu.

Open a terminal and run the command

It lists the complete partition table of the hard disk. In there, identify which partition you have got your linux installed on. You can identify it using the drive size you had allocated for it and looking at the last column of the output which will be ‘extended’ for all of your linux partitions. The partition will most probably be something like /dev/sda5 or something. Remember this partition.

Create a temporary folder in your home directory (Note: You can make the temporary folder anywhere you want. I’m using the home folder just for the sake of explanation). I’m calling it ‘temp’ for now. So that ‘temp’ folder’s path will be /home/ubuntu/temp.

Mount your linux partition there. That is, assuming that you found your linux partition to be /dev/sda5 , you mount that at the ‘temp’ folder by doing the following command

If you want to check whether you have mounted the correct partition, go to your home folder and open temp. You will be in the / directory. In there you will find ‘home’, in which your home folder’s name will be there. Once you’ve confirmed you have mounted the correct partition, do step 6.

You have to install grub by showing the system where to read the data from the hard disk at the beginning. Don’t worry, just run the following command

The /dev/sda corresponds to your hard disk name. Replace it by whatever the command sudo fdisk -l command showed you.

You’re done. You may restart your system.

My understanding from your comments to @harisibrahimkv are that when you run the command sudo fdisk /dev/sda in a terminal window, you get the message fdisk: unable to seek on /dev/sda: Invalid argument . I would not expect to see this and it makes me wonder if there is a problem with your computer's hard drive.

Would you please post more information about your hardware? You could do this by booting into Try Ubuntu with your install CD and then adding the output from the two commands below to your question.

Noter:
You can select text in a terminal window using either the left mouse button or by pressing Alt + E while the terminal window is active and using the Select All entry in the terminal's Edit menu.

After selecting the text either the keyboard shortcut Shift Ctrl + C or the Copy entry in the terminal window's Edit menu will copy to the clipboard.

You can then add this to your question by using the LiveCD's Firefox browser to edit it and then pasting the command output into the question's edit window in the browser.

Please do ne pas use comments to add the output from the commands. Comments are not intended to be used that way.

If you are experiencing problems with graphics, then I suggest you first verify that your install media (CD) is OK. You can do this by running the Check disc for defects menu option from the Ubuntu CD Advanced Welcome Page Options.

To display this menu, press any key after booting your install CD and while the Ubuntu "small logo" is displayed at the bottom of your screen.

If your install CD is valid, and therefore ne pas the source of the graphics errors you are seeing, then you might want to try installing using the Ubuntu alternate install CD. The alternate install CD is ne pas une "LiveCD". It performs a text based install which avoids potential problems with graphics drivers. It also contains some hardware drivers which are missing from the standard LiveCD.

You can get the alternate install CD ISO image from the Ubuntu 12.04 LTS releases page. If your hardware is old then you probably want to use the 32-bit version, ubuntu-12.04-alternate-i386.iso


8 réponses 8

When designing a project and laying out the architecture I start from two directions. First I look at the project being designed and determine what buisness problems need to be solved. I look at the people who will be using it and start with a crude UI design. At this point I am ignoring the data and just looking at what the users are asking for and who will be using it.

Once I have a basic understanding of what they are asking for I determine what the core data is that they will be manipulating and begin a basic database layout for that data. Then I start to ask questions to define the business rules that surround the data.

By starting from both ends independently I am able to lay out a project in a way that melds the two ends together. I always try to keep the designs separate for as long as possible before melding them together, but keep in mind the requirements of each as I move forward.

Once I have a good solid understanding of each end of the problem I begin to lay out the structure of the project that will be created to solve the problem.

Once the basic layout of the project solution is created I look at the functionality of the project and set up a base set of namespaces that are used depending on the type of work being done. This may be things like Account, Shopping Cart, Surveys, etc.

Here is the basic solution layout that I always start with. As the projects get better defined I refine it to meet the specific needs of each project. Some areas may be merged with others and I may add a few special ones as needed.


Voir la vidéo: Buffer zone Tampon Qgis (Octobre 2021).