Suite

Comment ajouter une table de couleurs à un tiff à une bande en utilisant GDAL ?


J'ai un fichier GeoTIFF à 1 bande. L'interprétation de la couleur pour la bande est le gris. Je veux une table de couleurs afin de transformer monCol.tiffàCol.jpeg">


avec gdal, vous pouvez colorer une image basée sur gdal_dem (color_relief)

la syntaxe du fichier de configuration des couleurs est dérivée de celle prise en charge par l'utilitaire GRASS r.colors. Les fichiers de table de couleurs ESRI HDR (.clr) correspondent également à cette syntaxe. Le composant alpha et le support des tabulations et des virgules comme séparateurs sont des extensions spécifiques à GDAL

aspect : couleurs grises orientées aspect aspectcolr : couleurs arc-en-ciel orientées bcyr : bleu à cyan à jaune à rouge bgyr : bleu à vert à jaune à rouge byg : bleu à jaune à vert byr : bleu à jaune à rouge celsius : bleu à rouge pour degré Celsius température corine : UE Corine land cover colours curvature : pour les courbures du terrain (à partir de v.surf.rst et r.slope.aspect) différences : couleurs orientées différences élévation : mappe les plages relatives des valeurs raster à l'élévation dégradé de couleurs etopo2 : couleurs pour ETOPO2 bathymétrie/topographie mondiale evi : couleurs de l'indice végétatif amélioré gdd : degrés-jours de croissance accumulés gray : échelle de gris grey.eq : échelle de gris égalisée par histogramme grey.log : échelle de gris transformée logarithmique de l'histogramme gray1.0 : échelle de gris pour les valeurs raster comprises entre 0,0 -1,0 gray255 : échelle de gris pour les valeurs raster comprises entre 0 et 255 gyr : du vert au jaune au rouge haxby : couleurs relatives pour la bathymétrie ou la topographie ndvi : couleurs de l'indice de végétation par différence normalisée p opulation : tableau des couleurs couvrant la classification de la population humaine rompt population_dens : tableau des couleurs couvrant la classification de la densité de la population humaine rompt les précipitations : tableau des couleurs des précipitations (0… 2000 mm) précipitation_monthly : tableau des couleurs des précipitations (0… 1000 mm) arc-en-ciel : rampe de la table des couleurs arc-en-ciel : rampe des couleurs aléatoire : table de couleurs aléatoire rstcurv : courbure du terrain (à partir de r.resamp.rst) règles : créer une nouvelle table de couleurs basée sur des règles spécifiées par l'utilisateur lues à partir de stdin ryb : rouge à jaune à bleu ryg : rouge à jaune à vert sépia : brun jaunâtre à travers vers la pente blanche : couleurs de pente de type r.slope.aspect pour les valeurs raster 0-90 srtm : palette de couleurs pour la mission Shuttle Radar Topography Altitude terrain : table de couleurs d'altitude globale couvrant -11000 à +8850m vague : vague de couleur

Vous devriez pouvoir exporter RVB JPEG en utilisant gdal_translate avec[-expand {gris|rgb|rgba}]drapeau. Vous devez utiliser une commande comme celle-ci :

gdal_translate -of jpeg -expand rgb -a_nodata 255 -co worldfile=yes col.vrt col.jpg">PartagerAméliorer cette réponserépondu 22 octobre '20 à 7:14Albine ProAlbine Pro1259 insignes de bronze 

GDAL/OGR 1.7.0

ALERTE : La version GDAL/OGR 1.7.0 a été découverte pour avoir un bogue sérieux qui a pour résultat que tous les fichiers Erdas Imagine (pilote HFA) sont générés d'une manière qui est illisible par un logiciel non-GDAL. En raison de ce bogue, le projet GDAL/OGR a retiré la version 1.7.0 et a publié son remplacement par la version de correction de bogue 1.7.1. Voir http://trac.osgeo.org/gdal/ticket/3382 pour plus de détails.

Certaines des corrections de bogues mentionnées ci-dessous pourraient également avoir été intégrées aux versions de maintenance 1.6.X.


Formats de fichier de jeu de données raster pris en charge

Dans ArcGIS, il existe trois manières de travailler avec des données raster : en tant que jeu de données raster, en tant que produit raster et en tant que type raster. Un jeu de données raster définit la manière dont les pixels sont stockés, comme le nombre de lignes et de colonnes, le nombre de canaux, les valeurs de pixels réelles et d'autres paramètres spécifiques au format raster. Les produits raster apparaîtront dans le catalogue à la place des fichiers de métadonnées associés à des produits de fournisseurs spécifiques, car ce sont les informations du fichier de métadonnées qui sont utilisées pour les générer, telles que les images satellite telles que Landsat 7 ou QuickBird. Ils sont conçus pour vous aider à afficher et à utiliser vos images rapidement et facilement dans ArcMap . Chaque produit raster applique des améliorations, des combinaisons de bandes et des fonctions pour améliorer l'affichage de l'image en fonction des paramètres du logiciel. Un type raster est similaire à un produit raster, mais est spécifiquement conçu pour ajouter des données à la mosaïque.

Pour déterminer si vos données sont prises en charge en tant que produit raster, jeu de données raster ou type raster, consultez Liste des jeux de données raster et prise en charge des types.

La géodatabase est le modèle de données natif dans ArcGIS pour le stockage des informations géographiques, y compris les jeux de données raster, les mosaïques et les catalogues d'images. Cependant, il existe de nombreux formats de fichiers avec lesquels vous pouvez travailler et qui sont conservés en dehors d'une géodatabase. Le tableau suivant donne une description des formats raster pris en charge (jeux de données raster) et de leurs extensions et indique s'ils sont en lecture seule ou s'ils peuvent également être écrits par ArcGIS.

Vous pouvez spécifier les produits que vous souhaitez qu'ArcGIS reconnaisse ( Personnaliser > Options ArcMap > Raster > Formats de fichier ) désactiver les produits que vous n'utilisez pas peut améliorer les performances. Il vous permet également de filtrer les données au moment du chargement des données. Pour plus d'informations, voir Affichage de formats raster spécifiques.

Radar aéroporté à synthèse d'ouverture (AIRSAR) Polarimétrique

AIRSAR est un instrument conçu et géré par le Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la NASA. ArcGIS prend en charge les données polarimétriques AIRSAR (POLSAR).

Plusieurs fichiers avec un L, C ou P dans le nom du fichier suivi de .dat. Par exemple : mission_l.dat (L-Band) et mission_c.dat (C-Band).

Graphiques raster numérisés ARC (ADRG)

Distribué sur CD-ROM par la National Geospatial-Intelligence Agency (NGA). L'ADRG est référencé géographiquement à l'aide du système de carte/carte raster (ARC) égal à la seconde d'arc dans lequel le globe est divisé en 18 bandes ou zones latitudinales. Les données sont constituées d'images raster et d'autres graphiques générés par la numérisation de documents source.


Enregistrez une image dans un format raster au lieu de PostScript. Utilisez l'extension .ppm pour un format Portable Pixel Map qui est le seul format raster que GMT peut écrire de manière native. Pour les installations GMT configurées avec le support GDAL, il y a plus de choix : out_img pour sélectionner le nom et l'extension du fichier image. Si l'extension est l'une des .bmp, .gif, .jpg, .png ou .tif, aucune information sur le pilote n'est requise. Pour les autres formats de sortie, vous devez ajouter le pilote GDAL requis. Le chauffeur est le nom de code du pilote utilisé par GDAL, consultez la documentation de votre installation GDAL pour les pilotes disponibles. Ajouter un +coptions chaîne où options est une liste d'un ou plusieurs nombres concaténés de GDAL -co option. Par exemple, pour écrire un GeoPDF au format TerraGo, utilisez =PDF+cGEO_ENCODING=OGC_BP. Notes : (1) Si un fichier tiff (.tif) est sélectionné, nous écrirons une image GeoTiff si la syntaxe de projection GMT se traduit par une syntaxe PROJ, sinon un fichier tiff simple est produit. (2) Tous les éléments vectoriels seront perdus.

-B[p|s]paramètres

-C[cpt|Maître[+h[charnière]][+ jezinc][+u|Uunité] |couleur1, couleur2[,couleur3,…]]

Nom d'un fichier CPT. Vous pouvez également fournir le nom d'un CPT dynamique GMT color master [turbo, mais nous utilisons géo pour @earth_relief et srtm pour @srtm_relief data] pour déterminer automatiquement un CPT continu à partir des données de la grille z-range vous pouvez arrondir la plage au multiple le plus proche de zinc en ajoutant + jezinc. Si vous disposez d'un CPT à charnière souple GMT Master (voir Of Colors and Color Legends ), vous pouvez activer la charnière à la valeur des données charnière [0] via +h, alors que pour les CPT à charnière dure, vous pouvez ajuster l'emplacement de la charnière [0]. Pour les autres CPT, vous pouvez convertir leur z-valeurs du mètre à une autre unité de distance (ajouter +Uunité) ou d'une autre unité au compteur (annexer +uunité), avec unité pris à partir de e|F|k|M|m|vous. Une autre option consiste à spécifier -Ccouleur1,couleur2[,couleur3,…] pour créer automatiquement un CPT continu linéaire à partir de ces couleurs. Dans ce cas Couleurm peut être un triplet r/g/b, un nom de couleur ou une couleur hexadécimale HTML (par exemple #aabbcc). Si aucun argument n'est donné à -C puis en mode moderne, nous sélectionnons le CPT actuel.

-RÉ[r]

GMT détectera automatiquement les fichiers image standard (Geotiff, TIFF, JPG, PNG, GIF, etc.) et les lira via GDAL. Pour les formats d'image très obscurs, vous devrez peut-être définir explicitement -RÉ, qui précise que la grille est en fait un fichier image à lire via GDAL. Ajouter r pour affecter la région spécifiée par -R à l'image. Par exemple, si vous avez utilisé -Rd alors l'image se verra attribuer un domaine global. Ce mode permet de projeter une image brute (une image sans coordonnées de référencement).

-E[je|dpi]

Définit la résolution de la grille projetée qui sera créée si une projection cartographique autre que Linéaire ou Mercator a été sélectionnée [100]. Par défaut, la grille projetée sera de la même taille (lignes et colonnes) que le fichier d'entrée. Spécifier je pour utiliser l'opérateur d'image PostScript pour interpoler l'image à la résolution du périphérique.

-GCouleur[+b|F]

Cette option ne s'applique que lorsqu'une image 1 bit résultante ne serait autrement constituée que de deux couleurs : noir (0) et blanc (255). Si c'est le cas, cette option utilisera plutôt l'image comme masque transparent et peindra le masque avec le Couleur. Ajouter +b pour peindre les pixels du fond (1) ou +f pour les pixels de premier plan [Par défaut].

-JE[fichier intensif|intensité|modificateurs]

Donne le nom d'un fichier de grille avec des intensités dans la plage (-1,+1), ou une intensité constante à appliquer partout (affecte la lumière ambiante). Vous pouvez également dériver une grille d'intensité à partir de la grille de données d'entrée la grille via un appel à grdgradient append +unazimut, +narguments, et +mambiant pour spécifier l'azimut, l'intensité et les arguments ambiants pour ce module, ou simplement donner +d pour sélectionner les arguments par défaut (+un-45+nt1+m0). Si vous souhaitez un scénario d'intensité plus spécifique, exécutez d'abord grdgradient séparément. Si nous devions dériver les intensités d'un autre fichier que la grille, spécifiez le fichier avec les modificateurs appropriés [La valeur par défaut n'est pas d'éclairage]. Noter: Si les données d'entrée sont un image puis un fichier intensif ou constante intensité doit être fourni.

Forcer la conversion en image monochrome à l'aide de la transformation YIQ (télévision à l'ancienne). Ne peut pas être utilisé avec -Q.

Ne coupez pas l'image à la limite de la carte (ne concerne que les cartes non rectangulaires).

Rendez les nœuds de grille avec des valeurs NaN transparents, en utilisant la fonction de masquage des couleurs dans PostScript niveau 3 (le périphérique PS doit prendre en charge PS niveau 3). Si l'entrée est plutôt une image, les pixels noirs sont définis pour être transparents, ajoutez une autre couleur pour sélectionner une autre valeur de pixel à être transparent.

-Rxmin/xmax/ymin/ymax[+r][+uunité]

Pour une vue en perspective -p, éventuellement ajouter /zmin/zmax. (suite …) Vous pouvez demander un plus grand w/e/s/n région pour avoir plus d'espace entre l'image et les axes. Une région plus petite que celle spécifiée dans le fichier de grille se traduira par un sous-ensemble de la grille [La valeur par défaut est la région donnée par le fichier de grille].

-X[une|c|F|r][xshift]

-Oui[une|c|F|r][yshift]

-F[je|o]colinfo (Suite …)

Spécifiez les types de données des colonnes d'entrée et/ou de sortie.

-n[b|c|je|m][+un][+bavant JC][+c][+tau seuil] (Suite …)

Sélectionnez le mode d'interpolation pour les grilles.

-p[X|oui|z]azim[/élever[/zlevel]][+wlon0/lat0[/z0]][+vx0/y0] (Suite …)

Définissez le(s) niveau(x) de transparence en pourcentage.

Limiter le nombre de cœurs utilisés dans les algorithmes multithreads (OpenMP requis).

-^ ou juste -

Imprimez un court message sur la syntaxe de la commande, puis quittez (REMARQUE : sous Windows, utilisez simplement -).

-+ ou juste +

Imprimez un message d'utilisation détaillé (aide), y compris l'explication de toute option spécifique au module (mais pas les options courantes GMT), puis quittez.

-? ou pas d'arguments

Imprimez un message d'utilisation (aide) complet, y compris l'explication de toutes les options, puis quittez.

Remplace temporairement un paramètre par défaut GMT répétable. Voir gmt.conf pour les paramètres.


Quoi de neuf?

Des modifications ont été apportées afin que les descriptions des canaux soient associées aux ensembles de données prêtes pour l'analyse Landsat (ARD) et aux fichiers d'images Sentinel. Les fichiers d'images Sentenel seront reconnus comme tels tant que S2A_ et S2B_ se trouvent quelque part dans le nom de chemin complet.

Une modification a été apportée afin que les statistiques de l'histogramme des fichiers au format ERDAS Imagine soient lues correctement. Cela ne fonctionnait pas correctement pour certains fichiers au format Imagine.

Des correctifs ont été apportés pour que les fichiers image PDS et les fichiers image HDF5/netCDF avec compression soient reconnus correctement.

Version 2020.08.30

Fichier->Enregistrer la sélection dans GeoTIFF/TIFF sous

Un correctif a été apporté afin que MultiSpec enregistre la zone correcte lorsqu'une sélection de fenêtre d'image était utilisée au lieu de la fenêtre d'image entière.

Un correctif a été apporté afin que MultiSpec ne se bloque pas lors de l'enregistrement d'histogrammes dans un fichier disque. Les plantages se produiraient fréquemment avec la version MacOS moins souvent dans les versions Windows et Online. Des modifications ont également été apportées au formatage des résumés d'histogramme.

La longueur maximale des descriptions de canal, qui sont incluses dans les boîtes de dialogue de canal et la sortie du processeur dans la fenêtre de texte, est passée de 16 à 24. Les descriptions de canal par défaut pour les capteurs connus tels que ceux de Landsat et Sentinel incluent désormais l'identification de bande en tant que Bn ) avant l'information de longueur d'onde. MultiSpec, par défaut, tente de mettre les bandes dans l'ordre des longueurs d'onde qui, dans certains cas, n'est pas l'ordre d'identification des bandes du capteur.

Processeur->Reformater->Modifier les descriptions de canaux

Ce processeur fonctionne désormais correctement.

2020.06.23 MacOS et versions en ligne MultiSpec

Superpositions dans les processeurs de cluster et de classification

Une autre modification a été apportée afin que les superpositions fonctionnent désormais correctement lorsque les images sont affichées avec une colonne de départ et/ou une ligne supérieure à 1.

Version 2020.06.22

Les valeurs de remplissage dans les attributs de fichier netCDF décrits comme _FillValue sont gérées correctement.

Une modification a été apportée afin qu'une valeur de remplissage (ou d'ignorer) identifiée pour un fichier image ne soit pas utilisée lors de la création de l'histogramme d'une image. Les valeurs de remplissage élevées peuvent fausser la plage de l'histogramme si elles sont incluses.
De plus, une modification a été apportée lors de la lecture de fichiers d'image au format séquentiel de bande (BSQ) avec des types de données de 4 et 8 octets afin que les histogrammes soient calculés plus rapidement, ce qui aide particulièrement à calculer les histogrammes pour les fichiers d'image avec de nombreuses bandes.

Versions Mac OS et MultiSpec Online uniquement

Superpositions dans les processeurs de cluster et de classification

Les superpositions fonctionnent désormais correctement lorsque les images sont affichées avec des intervalles de colonnes et de lignes supérieurs à 1.

Un correctif a été apporté afin que MultiSpec gère correctement la couleur magenta dans les graphiques d'histogramme. De plus, les graphiques d'histogramme fonctionnent correctement lorsque le nombre de classes est supérieur à 50.

Version 2020.05.14

Processeur->Reformater->Modifier le format du fichier image

Une nouvelle fonctionnalité a été ajoutée à l'option Nouveau canal à partir de la transformation algébrique dans la boîte de dialogue « Transformer les données ». On peut sélectionner des options pour convertir le canal thermique respectif en radiance (si nécessaire) puis en température radiante. Les constantes par défaut (conversions de radiance et constantes K1 et K2) sont incluses si MultiSpec peut reconnaître si les données d'image sont Landsat 5, 7 ou 8. Cependant, les utilisateurs doivent toujours vérifier que les valeurs par défaut sont représentatives des données qu'ils utilisent et les modifier. si besoin. Si les données d'image n'ont pas besoin d'être converties en radiance, utilisez 0 comme décalage et 1 comme multiplicateur dans la conversion de radiance.

Processeur->Affichage (multispectral) Image

Une modification a été apportée afin que la zone égale et les étirements gaussiens fonctionnent correctement pour les images thématiques à 1 canal lorsque les données sont des entiers 32 bits et des valeurs réelles 32 bits et 64 bits.

Superpositions dans les processeurs de cluster et de classification

Les superpositions fonctionnent désormais correctement lorsqu'une superposition est dessinée sur un sous-ensemble de l'image lorsque l'image a fait défiler l'image.

Processeur->Reformater->Modifier le format du fichier image

Un correctif a été apporté afin que MultiSpec ne se bloque pas lorsque l'on sélectionne ce processeur pour fonctionner avec une image thématique à 1 canal, des plantages se produisent sporadiquement pour cette opération.

La valeur par défaut pour enregistrer les statistiques du cluster est désormais "Ne pas enregistrer" pour les versions MacOS et Windows OS. Il semble que plus souvent et pas on ne veuille enregistrer les statistiques. On peut changer pour « Enregistrer » si vous le souhaitez. On peut également obtenir les statistiques à partir d'un fichier de masque de cluster enregistré si nécessaire. Faites-moi savoir si les utilisateurs pensent différemment à ce sujet.

Version 2020.04.17

Des modifications ont été apportées afin que l'on puisse gérer les fichiers avec des noms de chemin de plus de 254 caractères. La nouvelle limite est de 1000 caractères sur la version MacOS. La limite est toujours de 260 caractères sur la version du système d'exploitation Windows mais le système d'exploitation Windows réduira automatiquement la longueur avec '

' caractères indiquant que la longueur du chemin a été réduite. Un message s'affiche sur la version du système d'exploitation Windows si le chemin complet en cours d'écriture dépasse 260 octets. La documentation de Windows 10 indique que les noms de chemin de plus de 260 caractères sont possibles, mais un utilisateur doit modifier les paramètres du registre Windows 10 ou du manifeste du système pour ce faire. De nombreux changements ont été apportés à la gestion des fichiers pour cette fonctionnalité, faites-moi savoir si vous rencontrez des problèmes avec l'un de ces changements.

Un correctif a été apporté afin que l'algorithme d'extraction de caractéristiques de pondération non paramétrique (NWFE) ne se bloque pas comme il le faisait dans certaines situations.

Processeur->Reformat->Convertir le ROI ENVI ASCII en image thématique

Cette fonctionnalité fonctionne désormais correctement au moins pour les fichiers avec lesquels je dois tester.

Un correctif a été apporté afin que MultiSpec ne se bloque pas parfois lors de l'utilisation du classificateur ECHO avec l'option de génération de fichiers image ECHO Field et Class sélectionnée. La génération du fichier image ECHO Fields provoquait périodiquement un plantage lorsque le nombre de champs était nettement supérieur à 256.

File->Enregistrer et charger la matrice de transformation

Cette fonctionnalité est désormais disponible dans la version MacOS 64 bits de MultiSpec.

Processeur->Cluster et classer

Un correctif a été apporté afin que MultiSpec ne se bloque pas si l'on demande une superposition d'image lorsque le fichier image de base se trouve derrière une autre fenêtre telle que la fenêtre de texte.

Processeur->Utilitaires->Créer des images statistiques

La boîte de dialogue de cette fonctionnalité fonctionne désormais correctement.

Une modification a été apportée afin qu'un clic droit sur une puce de couleur de légende avec la touche Maj enfoncée fasse clignoter cette couleur et toutes les couleurs au-dessus de la liste. Notez que pour l'instant, il faut sélectionner la puce de couleur avec un clic gauche, puis faire un clic droit avec la touche Maj enfoncée. Faites-moi savoir si l'on a des problèmes de clignotement. Je constate que Windows 10 sur un système VM ne se comporte pas nécessairement comme un système Windows 10 natif.

Version du 31.03.2020

Élément de menu Édition->Paramètres de la carte

Le problème a été résolu, ce qui empêchait la reconnaissance et/ou la gestion correcte des systèmes de coordonnées géographiques spécifiés par les codes EPSG.

Une modification a été apportée pour permettre plus de précision pour les tailles de pixels horizontales et verticales.Cela peut être nécessaire pour les systèmes de coordonnées géographiques. La version Windows le permettait déjà.

2020.03.24 Version

Une modification a été apportée pour que MultiSpec fonctionne avec Windows 7 et Windows 8. Il a été constaté que la modification de la gestion des moniteurs à haute résolution dans la version précédente ne fonctionnait que pour le système d'exploitation Windows 10. Une position de repli est utilisée. Plus de travail devra être fait pour que l'on puisse travailler dans les cas où l'on a une combinaison de moniteurs DPI élevé et faible. Faites-moi savoir si vous rencontrez des problèmes avec cette version lors de l'exécution sur Windows 7 ou 8.

Version 2020.03.09

Cette version peut ouvrir les images tiff Sentinel QuickLook une compression est utilisée qui n'était pas activée dans la bibliothèque utilisée pour lire les fichiers image au format tiff. Il est activé maintenant.

Un correctif a été apporté afin que les couleurs dans les superpositions de carte de cluster soient correctes et ne passent pas d'une passe à l'autre.

Un paramètre a été modifié afin que la barre d'outils et les fenêtres de l'application MultiSpec aient une meilleure apparence et fonctionnent mieux sur les moniteurs haute résolution. Les icônes et le texte ont maintenant une taille similaire à celle des fenêtres et de la barre d'outils sur les moniteurs non haute résolution. Notez que des modifications doivent être apportées pour que les fenêtres fonctionnent bien dans les situations qui incluent un mélange de moniteurs à haute résolution et à résolution régulière. Il s'agit d'un élément à faire.

Version 2020.02.29

Des modifications ont été apportées afin que l'on puisse ouvrir une plus grande gamme de fichiers image avec des informations d'en-tête PDS.

Processeur->Reformater->Modifier le format du fichier image

Des modifications ont été apportées afin que la création d'une image thématique à partir d'une fenêtre d'image affichée avec des groupes fonctionne correctement.

Des correctifs ont été apportés dans Cluster, BiPlot et des palettes changeantes dans la vue de la légende, ce qui provoquait parfois le blocage de MultiSpec.

La bibliothèque OpenJPEG est désormais utilisée pour gérer les images jpeg2000 au lieu de la bibliothèque Kakadu.

Des info-bulles sont désormais affichées pour les boutons x1, zoom avant, zoom arrière, informations sur le zoom et superposition de la barre d'outils. On peut utiliser la touche Maj pour faire zoomer et dézoomer aussi vite que le système le permet.

Le code source de cette version est disponible sur github.com. Voir le lien dans la page d'accueil.

Version 2019.12.20

Des informations supplémentaires sont affichées dans la fenêtre de sortie pour indiquer le chemin complet de l'image classée, de l'image de probabilité et des images de champ homogène ECHO.

La limite du nombre de lignes affichables a été modifiée à 100 000. La limite du nombre de colonnes affichables a été modifiée à 1 000 000. Notez cependant que le chargement de cette grande image affichée en mémoire peut prendre un certain temps. Les limites sont désormais les mêmes pour les versions de bureau MacOS et Windows.

Un problème a été résolu qui provoquait le plantage de MultiSpec à un moment donné lorsque les données étaient affichées pour un graphique de sélection dans un ensemble de données hdf/hdf5/netCDF, puis que l'on passait à un ensemble de données différent dans le fichier de données d'image.

Menus déroulants dans les fenêtres de dialogue

Les menus déroulants des boîtes de dialogue ont été modifiés pour adopter un style différent afin que l'on puisse désormais sélectionner n'importe où dans le menu affiché pour faire descendre le menu au lieu d'avoir à sélectionner la flèche vers le bas à droite du menu affiché.

Des contrôles ont été mis en œuvre pour informer l'utilisateur si l'espace disque n'est pas disponible pour une opération. Cette fonctionnalité était dans la version 32 bits mais n'avait pas été implémentée dans la version 64 bits. Ces modifications permettent également une meilleure gestion des réponses aux situations où les fichiers doivent être écrits dans des dossiers en lecture seule.

Version 2019.11.02

Un classificateur SVM (Support Vector Machine) a été ajouté à cette version. La bibliothèque de machines à vecteurs de support LIBSVM développée par Chih-Chung Chang et Chih-Jen Lin est utilisée. Plusieurs options sont disponibles. On peut se référer à www.csie.ntu.edu.tw/

cjlin/libsvm pour plus de détails sur ce classificateur SVM.

L'opération 'clignotant' est maintenant plus cohérente entre la version MacOS et Windows (et aussi la version en ligne). On peut « cligner des yeux » la couleur de la classe ou du groupe en plaçant le curseur sur la puce de couleur respective dans la légende ou sur la couleur respective dans la fenêtre d'image et procéder comme suit :

Touche Shift : Si l'on maintient la touche Shift enfoncée, le curseur se transforme en œil. Cliquer sur le bouton (gauche) de la souris changera la couleur de la classe ou du groupe en couleur d'arrière-plan. Relâcher le bouton de la souris reviendra à la couleur d'origine.

Touches Maj et Contrôle : Si l'on maintient les touches Maj et Contrôle enfoncées, le curseur se transforme en œil. Cliquer sur le bouton de la souris changera la couleur de toutes les autres classes ou groupes à la couleur d'arrière-plan. Relâcher le bouton de la souris ramènera les couleurs à l'original.

Touches Maj et Option : (version Macintosh)
Maj et bouton droit de la souris : (version Windows)
Si l'on maintient ces touches ou boutons enfoncés, le curseur se transforme en œil. Cliquer sur le bouton de la souris vers le bas changera les couleurs de cette classe ou de ce groupe et de tous les numéros de classe/groupe inférieurs à celui sélectionné à la couleur d'arrière-plan. Relâcher le bouton de la souris ramènera les couleurs à l'original. Cette option a été spécifiquement mise à disposition pour les images probabilistes générées par le processeur de classification.

Défilement avec la molette de la souris (version Windows)

La possibilité de faire défiler à l'aide de la molette de la souris a été ajoutée. La fenêtre d'image doit être la fenêtre la plus haute et le curseur doit être sur l'image. Par défaut, la molette contrôle le défilement vertical. Maintenir la touche Maj enfoncée permet de faire défiler horizontalement. Il n'y a pas eu beaucoup de tests avec différents appareils pour cette fonctionnalité.

MultiSpec gérera désormais les fichiers de forme de type PolygonZ.

Le problème a été résolu où l'on pouvait utiliser la touche rapide (commande Y) lorsqu'il n'y avait pas de fenêtre d'image thématique active qui provoquait le plantage de MultiSpec.

Version 2019.08.19

Le classificateur k Nearest Neighbor a été ajouté à cette version. Pour ce classifieur, un pixel est affecté à la classe qui est la plus courante parmi ses k pixels d'apprentissage voisins les plus proches. On peut modifier la valeur k pour les voisins les plus proches en maintenant la touche Maj enfoncée avant de sélectionner « K voisin le plus proche (KNN) » dans le menu déroulant « Procédure » ​​de la boîte de dialogue Classer. On peut seuiller les résultats en définissant le nombre minimum de voisins d'entraînement les plus courants les plus proches. Par exemple, fixer le seuil à 4 nécessitera qu'un pixel soit affecté à une classe uniquement s'il y a 4 pixels d'apprentissage ou plus pour cette classe dans les k voisins les plus proches. Notez que le seuil doit être inférieur ou égal à la valeur « k » pour le classificateur. On peut également créer un « fichier de valeurs KNN » qui est similaire à un fichier d'image de probabilité. L'image résultante indique le nombre de classes communes pour chaque pixel de l'image. On peut sélectionner un sous-ensemble des classes et/ou canaux pour la classification.

2019.04.10 Version MacOS 64 bits uniquement

Cette version inclut des modifications supplémentaires pour mieux gérer les fichiers image volumineux (plus de 10 000 lignes et colonnes et plus).

Notez que l'élément de menu pour afficher et masquer la vue des coordonnées a été déplacé vers un menu Affichage et supprimé du menu Fenêtre.

Une modification a été apportée à la bibliothèque HDF4 afin que les fichiers hdf contenant des images compressées soient traités correctement. Le code n'échangeait pas automatiquement les octets en cas de besoin. Ce problème s'est produit lorsque la base de code MacOS a été modifiée en 64 bits.

Astuce : On peut faire glisser un fichier image vers l'icône de l'application MultiSpec pour ouvrir les images sans que la boîte de dialogue d'affichage ne s'affiche. L'affichage d'image par défaut pour la fenêtre d'image résultante est une image en couleur naturelle si MultiSpec peut déterminer le type d'instrument. On peut faire glisser plusieurs fichiers d'images à la fois pour ouvrir plusieurs fenêtres d'images à la fois.

Des modifications ont été apportées afin que les rectangles de sélection et les polygones s'affichent correctement dans les fenêtres d'image côte à côte lorsque l'on fait défiler l'image.

Un changement a été apporté à la lecture d'un « fichier mondial » afin que les valeurs soient lues avec plus de précision.

Faites-nous part de tout problème que vous rencontrez.

2019.03.12 Version MacOS 64 bits uniquement

Cette version utilise une nouvelle version de la bibliothèque d'interface utilisateur (wxWidgets 3.1.2). Cela semble résoudre les problèmes provoquant certains messages de débogage lorsque l'on faisait glisser des fichiers image sur l'icône MultiSpec pour démarrer MultiSpec. Faites-moi savoir si vous continuez à rencontrer des problèmes avec cela.

Notez que cette nouvelle version de l'interface utilisateur a également ajouté des éléments de menu au menu Fenêtre.

Des modifications ont été apportées pour mieux gérer les fichiers d'images volumineux (plus de 10 000 lignes et colonnes).

Un problème a été résolu qui provoquait le plantage de MultiSpec dans une condition spécifique lorsque deux fenêtres d'image ou plus étaient ouvertes et contenaient des sélections.

Un problème a été résolu qui provoquait une erreur de débogage et une liste incorrecte des noms de référence et d'ellipsoïde pour certains codes EPSG. Des modifications ont été apportées à la mise en page de la boîte de dialogue.

2019.03.01 Version MacOS 64 bits uniquement

Ouverture d'images en faisant glisser sur l'icône MultiSpec

Cette version résout certains problèmes rencontrés par les utilisateurs lors du démarrage avec MacOS Mojave. Une fenêtre d'erreur s'affiche. On peut continuer sans problème. La source de ces erreurs est toujours à l'étude.

Problème de lecture des informations de projection pour les fichiers hdf ASTER a été corrigé.

Fenêtre du projet->Statistiques de l'histogramme

Les boutons précédent et suivant sur les graphiques d'histogramme permettent maintenant de maintenir le bouton enfoncé pour aller à la chaîne précédente ou suivante en plus de cliquer dessus pour faire la même opération.

Un problème sérieux a été corrigé lorsque l'on utilise la fonction algébrique dans la boîte de dialogue de transformation. La seule transformation algébrique qui fonctionnait correctement était celle par défaut. De plus, le numérateur et le dénominateur sont désormais enregistrés correctement après la fermeture de la boîte de dialogue de transformation.

Plusieurs autres problèmes d'interface utilisateur ont été corrigés.

Faites-nous part de tout problème que vous rencontrez.

2019.01.18 Version MacOS 64 bits uniquement

Cette version contient toutes les fonctionnalités de la version 32 bits pour MacOS, à l'exception de quelques différences d'interface utilisateur. La version MacOS 64 bits fonctionnera sur MacOS 10.7 et versions ultérieures, y compris le dernier MacOS (10.14 ou Mojave).

- Cette version inclut la possibilité de lire les fichiers au format ecw.

Les quelques différences d'interface utilisateur incluent :

- On ne peut pas maintenir la touche option enfoncée pour obtenir un curseur à main pour faire défiler l'image. Cependant, on peut utiliser une molette de souris ou un trackpad pour faire la même chose.

- Il faut maintenir la touche de commande enfoncée (au lieu de la touche de contrôle) pour que les sélections se produisent dans toutes les fenêtres d'image ouvertes.

- Il faut sélectionner une catégorie dans la fenêtre de légende, puis utiliser la touche Maj pour faire clignoter cette couleur dans l'image. On n'utilise pas la touche Maj lorsque le curseur est sur une puce de couleur pour obtenir le curseur de l'œil, puis un clic gauche pour changer les couleurs. On ne peut pas utiliser le curseur de l'œil sur l'image et utiliser un clic gauche pour faire clignoter la couleur sous le curseur.

2019.01.10 Version MacOS 64 bits uniquement

Cette version est une mise à jour de la version MacOS 64 bits qui fonctionnera sur MacOS 10.7 et versions ultérieures, y compris le dernier MacOS (10.14 ou Mojave).

- Cette version corrige un sérieux problème dans les boîtes de dialogue d'affichage dans lesquelles on ne pouvait pas entrer des valeurs dans les cases numériques telles que le numéro de canal un numéro de ligne/colonne.

- On a maintenant la possibilité d'utiliser une molette de souris ou un pavé tactile pour faire défiler l'image. Si l'on maintient la touche de commande enfoncée tout en faisant cela, on peut zoomer et dézoomer sur l'image en déplaçant la molette ou en faisant glisser le doigt de haut en bas. Maintenir les touches d'option et de commande enfoncées permet de zoomer par pas de 0,1.

- Les pastilles de couleur sur les images thématiques nos rectangles désormais arrondis.

2019.01.08 Version MacOS 64 bits uniquement

Cette version est une mise à jour de la version MacOSX 64 bits qui fonctionnera sur MacOS 10.7 et versions ultérieures, y compris le dernier MacOS (10.14 ou Mojave).

Cette version résout plusieurs problèmes d'interface utilisateur.

- On peut maintenant zoomer et dézoomer en continu en appuyant (et en maintenant) la souris sur les boutons de zoom avant ou de zoom arrière. Les pas de zoom se produiront environ 3 par seconde. Maintenez la touche "option" enfoncée pour zoomer par pas de 0,1 au lieu de 1. Maintenez la touche "commande" enfoncée pour zoomer aussi vite que le système le permet.

- L'annulation des opérations d'affichage, de regroupement et de classification avec la touche 'esc' et les touches commande + point fonctionne désormais beaucoup mieux.

- On peut utiliser la touche 'enter' pour sélectionner OK dans les boîtes de dialogue.

- La fonction de filtre pour les boîtes de dialogue d'image ouvertes a été améliorée.

- On peut maintenant forcer l'ouverture d'images thématiques en images multispectrales en utilisant le menu déroulant dans la boîte de dialogue d'ouverture d'image.

- Les images sont rendues sans interpolation, ce qui accélère le rendu des grandes images.

2018.12.20 Version MacOS 64 bits uniquement

Cette version est une mise à jour de la version MacOSX 64 bits qui fonctionnera sur le dernier MacOSX (10.14 ou Mojave).

Les superpositions de cluster et de classification fonctionnent correctement dans cette version. Il y a eu d'autres changements d'interface utilisateur. On peut utiliser la touche Entrée du pavé numérique pour sélectionner OK dans les boîtes de dialogue. Un problème avec la lecture de certains fichiers HDF4 a été corrigé. Le menu déroulant du filtre de fichier a été ajouté à la boîte de dialogue d'ouverture de fichier.

2018.12.13 Version MacOS 64 bits uniquement

Cette version est une version MacOSX 64 bits qui fonctionnera sur le dernier MacOSX (10.14 ou Mojave). Il utilise l'appel de bibliothèque multiplateforme wxWidgets qui est utilisé pour MultiSpec Online. Par conséquent, le comportement des deux est similaire.

Une différence entre les versions précédentes de MacOSX et celle-ci est que pour les fenêtres d'images thématiques, on sélectionne un élément dans la légende, puis on utilise la touche Maj pour faire clignoter les couleurs (pas les clics de souris).

On n'a pas la possibilité de faire un panoramique de l'image en utilisant la touche d'option dans la fenêtre. seulement faire défiler.

Remarque : les superpositions de cluster et de classification ne fonctionnent pas encore correctement et la capacité de gérer les fichiers au format ECW est manquante.

Version 2018.08.30

Cette version lira les fichiers image PCI Geomatics PCIDSK (.pix). Il a été testé avec quelques fichiers PCIDSK.

Général (version Windows uniquement)

Des modifications ont été apportées afin que le curseur d'attente soit géré de manière cohérente. Plusieurs fois, le curseur d'attente revenait à la flèche lorsque la souris était déplacée même si le traitement était en cours.

Version 2018.07.30

Cette version ouvrira les fichiers image National Imagery Transmission Format (NITF). Cette version a été testée avec quelques fichiers NITF mono et multi-segments.

Les fichiers image Sentinel S2A et S2B jp2 n'ont pas besoin d'avoir S2A ou S2B dans les noms de fichier tant que S2A_ ou S2B_ sont dans l'un des noms de dossier parent pour que MultiSpec reconnaisse que les fichiers image ont été collectés par l'un des capteurs Sentinel 2 .

Un problème a été résolu qui provoquait parfois le plantage de MultiSpec lorsque l'on utilisait la touche Maj pour sélectionner un seul ensemble de données (parmi des ensembles de données groupés) dans les fichiers multi-ensembles de données hdf, hdf5, netcdf et nitf.

Processeur->Reformater->Modifier le format du fichier image

La possibilité de créer un nouveau fichier dans l'ordre des longueurs d'onde a été modifiée pour permettre de le faire avec des fichiers images liés. Un exemple d'utilisation de cette capacité consiste à lier les données de 10 mètres Sentinel 2, les données de 20 mètres rééchantillonnées à 10 mètres et les données de 60 mètres rééchantillonnées à 10 mètres sous la forme d'un fichier lié à 13 canaux. On peut alors utiliser ce processeur pour sortir un nouveau fichier image dans lequel tous les canaux sont dans l'ordre des longueurs d'onde.

Une autre modification a été apportée à ce processeur. Le correctif de la version précédente pour corriger un problème de données manquantes autour des bords a causé un autre problème pour d'autres fichiers. Espérons que le correctif fonctionne maintenant pour toutes les situations.

Version 2018.07.10

Cette version reconnaîtra les données PeruSat-1 et associera les informations de description de bande aux canaux tant que PER1 est dans le nom du fichier. Les bandes sont tracées par ordre de longueur d'onde pour les graphiques de sélection lorsque l'on trace les données par longueur d'onde ou largeur de bande. On a la possibilité de créer un nouveau fichier image dans l'ordre des longueurs d'onde en utilisant l'élément de menu Processor->Change Image File Format. Les fichiers nouvellement créés n'ont pas besoin d'avoir PER1 dans le nom de fichier pour les fichiers au format GeoTIFF, le nom de l'instrument est inclus avec la balise de description TIFF.

Cette version reconnaîtra également les données Sentinel 2B et associera les informations de description de bande aux canaux tant que S2B est dans le nom du fichier. Les informations de description de bande pour Sentinel 2A ont été modifiées des spécifications de conception aux spécifications réelles.

Version Macintosh : Cette version corrige un problème de lecture des informations de projection dans les fichiers au format jp2 comme c'est le cas dans les fichiers Sentinel.

Le problème a été résolu, ce qui faisait qu'une partie de la scène rectifiée de sortie avait des données manquantes sur les bords pour certaines situations.

Version 2018.05.21

Cette version corrige un problème signalé par un utilisateur qui faisait planter MultiSpec parfois lors de la création de fichiers de masque de cluster au format GeoTIFF pour un nombre demandé de clusters supérieur à environ 35.

Certaines modifications ont également été apportées à la boîte de dialogue d'état lors du regroupement pour fournir des informations plus cohérentes.

Version 2018.05.02

Général (version Windows uniquement)

Cette mise à jour est uniquement pour la version Windows. J'ai découvert le problème où un utilisateur a signalé que la superposition d'images verrouillerait le système. Le problème survenait lorsque l'on sélectionnait le bouton de superposition dans la barre d'outils mais que l'on ne sélectionnait ensuite aucune option. MultiSpec semblait être verrouillé jusqu'à ce que l'on sélectionne réellement l'une des options de superposition. Le problème a été résolu. MultiSpec ne se verrouillera pas si l'on ouvre le menu déroulant de superposition et ne sélectionne pas d'option dans celui-ci.

Version 2018.04.30

Fichier->Ouvrir l'image

MultiSpec reconnaîtra la structure de fichier GDAL VRT pour les images.
(http://www.gdal.org/gdal_vrttut.html)

Fenêtre->New Selection Graph & Processor->List Data Graphs

La possibilité a été ajoutée de tracer des données multispectrales sélectionnées dans un graphique en fonction de la longueur d'onde, si disponible, pour chaque bande (canal). Le menu contextuel de l'étiquette de l'axe des x permet à l'utilisateur de sélectionner le numéro de canal, la longueur d'onde ou la largeur de bande de longueur d'onde comme unités pour l'axe des x. De plus, si les données d'image représentent à la fois des données réfléchissantes et thermiques, le menu contextuel de l'étiquette de l'axe x permet de tracer uniquement les données réfléchissantes ou les données thermiques par rapport aux longueurs d'onde que les bandes respectives représentent.

Il y a eu d'autres changements de texte et de petites corrections de bugs dans les deux versions.

Version 2018.01.04

Fichier->Ouvrir l'image

MultiSpec reconnaîtra le nom utilisé pour les produits Landsat Surface Reflectance et Analysis Ready lors de la liaison de ces fichiers de bandes séparés afin que les bandes de longueur d'onde respectives soient attribuées correctement.

Le numéro de version de l'application a été conçu pour être cohérent dans la liste de la fenêtre de texte et dans la boîte de dialogue À propos. La convention est année.mois.jour (2018.01.04), un numéro de version comme n.m (par exemple 3.5) ne sera pas utilisé.

Version Windows

Un problème a été résolu qui empêchait les étiquettes de l'axe des y des graphiques de s'aligner correctement dans certains cas, la partie gauche des étiquettes n'était pas lisible. Ce problème était dû à la conversion en Unicode.

Légendes des fenêtres thématiques

Un problème a été résolu qui provoquait le plantage de l'application MultiSpec lorsqu'on essayait de regrouper des classes.

2017.10.2 Version

Version Windows

Un problème a été résolu qui provoquait le plantage de MultiSpec lors du regroupement de classes.

Notez que ce problème n'affectait pas la version Macintosh. La version Macintosh 2017.8.25 est toujours la dernière en date.

2017.8.28 Version

Version Windows

Un problème a été résolu avec la fonction de filtre de fichier dans les boîtes de dialogue d'ouverture et d'enregistrement de fichier.

Notez que ce problème n'affectait pas la version Macintosh. La version Macintosh 2017.8.25 est toujours la dernière en date.

Version 2017.8.25

Versions Macintosh et Windows

MultiSpec reconnaîtra les données Sentinel MSI. Si l'on utilise une image ouverte, puis sélectionne un ensemble de fichiers Bnn dans le dossier IMG_DATA, les fichiers de résolution spatiale similaires seront liés ensemble en fonction de la résolution spatiale de la première bande de la sélection. Si l'on sélectionne les bandes 1 à 12, l'ensemble lié comprendra les 3 bandes de 60 mètres. Si l'on sélectionne 2 à 12, l'ensemble lié comprendra les 4 bandes de 10 mètres. Si l'on sélectionne 5 à 12, l'ensemble lié comprendra les 6 bandes de 20 mètres. Des descriptions spectrales seront attribuées à chaque bande.

Si l'on utilise ensuite le processeur Processor->Reformat->Change Image File Format pour créer une image GeoTIFF, le nom du fichier de sortie par défaut inclura la résolution spatiale pour différencier le fichier de sortie des autres, par ex. _60m se trouve à la fin du nom de fichier pour le fichier de 3 bandes de 60 mètres.

Processeur->Utilitaires->Créer une image de statistiques

Ce processeur est désormais disponible dans la version Windows.

Une image de statistiques est désormais créée pour toutes les classes de projet au lieu d'un fichier pour chaque classe. Il est maintenant plus facile de comparer visuellement les matrices de corrélation de classe.

Version Macintosh

Un correctif a été fait pour que les informations de projection dans les images jpeg2000 soient lues. Cette erreur a été causée par la création d'une version Intel uniquement en mai dernier à la place d'une version combinée Intel/Power PC.

Version Windows

Un correctif a été apporté afin que les valeurs saisies dans certains champs des boîtes de dialogue soient gérées correctement. L'erreur s'est produite uniquement dans des situations spécifiques. Un exemple de ceci était la définition d'une plage utilisateur de valeurs d'images thématiques dans le processeur d'affichage pour l'affichage thématique à 1 canal pour une image ndvi. Si la plage entrée était de 0 à 0,7, la plage utilisée était de 7 à 0,7. Si on utilisait 0. à 7, alors tout fonctionnait correctement. Ce problème peut également se produire dans d'autres boîtes de dialogue. Microsoft a une erreur dans l'une de ses bibliothèques commençant par Visual Studio 2015 que nous avons commencé à utiliser dans la version de mai.

Comme mentionné ci-dessus, le processeur Create Statistics Image est désormais disponible. La version Windows contient désormais tous les processeurs de la version Macintosh.

2017.5.24 Version

Versions Macintosh et Windows

On peut maintenant sélectionner un calque (ou canal) dans un fichier pour définir un masque d'apprentissage ou de test. Par exemple, on peut sélectionner le canal 4 dans un fichier png où le canal 4 représente le calque alpha (ou masque). Dans les versions précédentes, on était limité à la première couche (ou canal) du fichier sélectionné.

Processeur->Cluster et Processeur->Classify

Les superpositions de fichiers image pour les classes de formation et de test définies par un fichier masque fonctionnent correctement.

Version Macintosh

Le code a été réorganisé afin que la limite de 500 fichiers puisse être liée.

Version Windows

L'application est désormais générée avec Visual Studio Community 2015 (au lieu de la version 2008).

La version Windows peut à nouveau lire le format de fichier ecw. Cette capacité a été perdue lors de la conversion à UNICODE.

Le processeur BiPlot est maintenant disponible.

Les superpositions de fichiers image pour les classes définies par les fichiers masques s'afficheront désormais comme dans la version Macinstosh. L'image de base non couverte par le masque ne sera pas couverte de noir. La valeur de transparence définie dans la boîte d'options de superposition d'images est maintenant utilisée pour les superpositions d'images.

2017.3.29 Version

Version Windows

Une erreur a été corrigée qui entraînait le « brouillage » de la liste des classes dans le mode de sélection de la fenêtre Projet.

2017.3.28 Version

Versions Macintosh et Windows

Une erreur a été corrigée qui provoquait le plantage de MultiSpec lors de l'enregistrement des champs homogènes de classification ECHO contenant plus de 256 classes.

Version Macintosh

Une erreur a été corrigée qui entraînait la boîte de dialogue à entrer dans une condition de concurrence lorsqu'un menu contextuel s'affichait lors d'une sélection dans la boîte de dialogue.

Version Windows

Une erreur a été corrigée qui entraînait la perte des informations de l'histogramme lors du changement du type d'affichage pour une fenêtre d'image.

2017.3.25 Version

Versions Macintosh et Windows

Le principal changement dans cette version est la possibilité de gérer des caractères non romains dans le chemin d'accès et les noms de fichiers. Il n'a cependant pas été testé avec un large éventail de caractères non romains. Faites-moi savoir si vous rencontrez des problèmes. Les versions précédentes (2016) sont toujours facilement disponibles au cas où vous ne pourriez pas travailler avec cette version.

Version Windows

La version Windows est désormais une application 64 bits.

Version 2016.2.8

Versions Macintosh et Windows

MultiSpec gère désormais les données au format Planetary Data Systems (PDS) de la NASA telles que celles des rovers MARS. On peut sélectionner les fichiers .img ou .lbl associés pour ouvrir l'image.

MultiSpec gère désormais également une plus large gamme de fichiers d'images au format ENVI.

En réponse à quelques demandes, le classificateur Mahalanobis a été ajouté en option au processeur de classification. Ce classificateur est très similaire au classificateur de vraisemblance quadratique.

Version Macintosh

Notez qu'un utilisateur a indiqué qu'il rencontrait un problème lorsqu'il tentait d'ouvrir un dossier de dépôt sur un ordinateur portable. Le curseur commence à tourner et ne s'arrête jamais. Ils peuvent ouvrir le même dossier de dépôt sur un bureau sans problème. Je n'ai pas pu déboguer la cause de cela. Faites-moi savoir si vous rencontrez des problèmes similaires pour accéder aux dossiers de la boîte de dépôt à partir de la version Mac de MultiSpec.

Version Windows

Certains utilisateurs ont signalé qu'ils rencontraient des problèmes pour accéder aux fichiers dans les dossiers dont les noms contiennent des caractères cyrilliques depuis les versions 2012 de MultiSpec. Ce problème a été attribué à l'utilisation de la bibliothèque gdal pour lire les fichiers au format tif. Une deuxième version de MultiSpec est disponible pour les utilisateurs qui n'utilisent pas la bibliothèque gdal pour lire les fichiers au format tif. Cependant, on renonce à lire des fichiers tif compressés avec cette version. Espérons que ce problème puisse être résolu dans une version ultérieure de MultiSpec en utilisant une nouvelle version de la bibliothèque gdal.

2015.2.12 Version

Versions Macintosh et Windows

En réponse aux demandes d'une version de MultiSpec avec moins d'options de menu à utiliser dans les paramètres K-12, cette version a la capacité d'autoriser uniquement les options de menu pour les capacités de base. On contrôle cela par :

Version Macintosh : maintenez la touche de contrôle enfoncée avant de sélectionner MultiSpec->About MultiSpec. élément du menu

Version Windows : maintenez la touche ctrl enfoncée avant de sélectionner Aide->À propos de MultiSpec. élément du menu

Cochez ensuite la case "Simpler Version of MultiSpec".

Le paramètre sera enregistré de sorte que lorsque l'on ferme MultiSpec et démarre MultiSpec plus tard, le dernier paramètre de "Simpler Version" sera utilisé. Notez que si la version Windows de MultiSpec est déplacée sans le fichier INI associé, MultiSpec reviendra par défaut à la version complète.

La version la plus simple n'a pas la possibilité de créer des projets et d'exécuter des classifications supervisées. On peut toujours exécuter des analyses non supervisées (cluster), mais les résultats ne seront pas enregistrés dans un projet.

Ce n'est pas une solution parfaite à cette demande, mais cela permet aux utilisateurs de l'essayer et de fournir des commentaires à ce sujet.

Une modification a été apportée pour de meilleurs noms par défaut pour les fichiers de masque de cluster.

Version Macintosh

Cette version comprend un certificat de développeur Apple officiel qui "signe" l'application comme celle d'un développeur connu. Il ne faut pas recevoir d'avertissements concernant un développeur inconnu et devoir passer par le processus de sortie de quarantaine de l'application MultiSpec téléchargée sur les versions les plus récentes d'OSX. Faites-moi savoir si vous rencontrez toujours des problèmes avec cet avertissement.

Notez également que la version Macintosh qui est maintenant téléchargée s'exécutera uniquement sur les plates-formes Macintosh à processeur Intel. On peut toujours télécharger une version qui fonctionnera sur les anciennes plates-formes PowerPC en sélectionnant le lien "Archive Versions" sur la page Download MultiSpec for Macintosh.

2014.12.17 Version

Versions Macintosh et Windows

L'élément de menu Options->Palette a été supprimé. Cela a été inclus à l'origine pour les tests. Décision prise qu'il n'était pas utile de continuer à avoir.

Une modification a été apportée pour corriger les situations où les images de l'hémisphère sud sont en UTM mais l'ordonnée falsifiée est définie sur 0 dans le fichier au lieu de 10 000 000. Le code d'origine (et des applications comme ENVI, Imagine, ArcGIS) indiquerait que les données provenaient de l'hémisphère nord. Cependant, les calculs de latitude et de longitude seraient toujours corrects.

Problème corrigé avec les images qui ont des points de liaison de modèle et d'autres paramètres ont été modifiés et enregistrés. L'emplacement du coin supérieur gauche était en train d'être modifié.

Modifications apportées afin que les images geotiff avec des points de liaison dont les longitudes sont définies par une plage de 0 à 360 degrés soient gérées correctement.

Correction d'un problème dans lequel les légendes des affichages thématiques à 1 canal n'étaient pas mises à jour correctement lorsque des modifications étaient apportées.

Modification apportée pour gérer la situation où les fichiers formatés ERDAS Imagine ne contiennent pas les statistiques d'image. Les statistiques seront calculées et enregistrées dans/lues à partir des fichiers ERDAS .sta.

Correction d'une situation où l'écart type serait répertorié de manière incorrecte pour les valeurs de données signées si les statistiques de l'image étaient lues à partir d'un fichier .sta.

Des modifications ont été apportées afin que les grandes valeurs de données soient répertoriées correctement.

Processeur->Reformater->Modifier le format du fichier image

Paramètres modifiés pour les options de format d'en-tête dans la fenêtre de dialogue.

Une modification a été apportée à la procédure pour déterminer les clusters initiaux pour Isodata afin de gérer la situation où les valeurs de données ont une plage très limitée (telle que 12-13) plus une valeur no_data. Les clusters initiaux seront maintenant générés.

Correction d'un problème dans lequel les valeurs de seuil de passage unique par défaut étaient de très grands nombres négatifs pour certaines situations.

Modification afin que les couleurs par défaut chargées dans les fichiers de masque de cluster au format tiff soient les mêmes que celles enregistrées dans les fichiers .clr associés.

Correction d'un problème lors de la génération de noms par défaut pour les classes créées à partir d'un fichier masque. Pour certaines situations, la dernière classe serait des caractères aléatoires.

Les fichiers de probabilité au format TIFF ont maintenant des fichiers associés de type .clr qui contiennent les couleurs, les noms de classe et les informations de regroupement. Les fichiers de carte de probabilité au format ERDAS GIS ont le type normal de fichiers associés .trl.

Meilleure gestion des cas où l'une des matrices de covariance pour l'une des classes ne peut pas être inversée. Le classificateur annulera maintenant la classification si l'une des classes a des matrices de covariance mal formées.

2014.3.22 Version

Versions Macintosh et Windows

Une modification a été apportée afin que les fichiers Landsat 4 soient traités correctement lors de la sélection de tous pour être liés ensemble en un seul fichier similaire au processus pour les fichiers de données Landsat 5.

La possibilité de lire les métadonnées dans les fichiers netcdf du Land Information System (LIS) a été ajoutée afin que les informations de projection puissent être obtenues avec la valeur des données de remplissage.

Un nouveau paramètre a été ajouté à la fenêtre de dialogue de description de l'image pour permettre d'afficher et/ou d'entrer la valeur « pas de données » ou « données de remplissage » pour la scène. Ce paramètre est lu à partir du fichier lorsqu'il est disponible. La valeur des données est également enregistrée dans les fichiers d'image geotiff de sortie. Les informations sont écrites dans la balise geotiff que gdal a définie, elles peuvent donc être lues par les packages qui utilisent gdal.

Les statistiques calculées pour les classes ignoreront ces valeurs de données. Vous pouvez désactiver cet effet en désactivant la case à cocher des valeurs « pas de données » dans cette fenêtre de dialogue.

On peut maintenir la touche Maj enfoncée lors de la sélection d'un ensemble de données groupées dans des fichiers hdf4, hdf5 ou netcdf pour indiquer que seul l'ensemble de données sélectionné doit être utilisé. (Les ensembles de données groupés sont indiqués par le suffixe _Gn.) On remarquera qu'un seul ensemble de données est sélectionné en observant que le nombre de canaux pour la sélection passera à 1.

Processeur->Reformater->Modifier le format du fichier image

Des modifications ont été apportées pour que les paramètres de type de données, d'entrelacement de bandes, de format d'en-tête et de fichier de sortie soient mieux synchronisés avec ce qui est possible pour le format de fichier sélectionné. Par exemple, on ne peut pas avoir un fichier tiff/geotiff qui est entrelacé de bandes par ligne.

Processor->Reformat->Convertir les champs du projet en fichier image thématique

La capacité a été ajoutée afin que les utilisateurs puissent enregistrer les fichiers d'images thématiques de sortie sous forme de fichiers geotiff ou de fichiers ERDAS .gis.

Le processeur Mosaic est désormais disponible dans la version Windows.

Une nouvelle fonctionnalité a également été ajoutée pour permettre de mosaïquer deux images de haut en bas. Ce processeur a été créé à l'origine pour permettre de mosaïquer deux scènes quad Landsat côte à côte. il y a bien longtemps, lorsque les données Landsat étaient distribuées sous forme de 4 scènes quad séparées. La possibilité de combiner deux fichiers image en haut et en bas est beaucoup plus flexible que l'option d'ajout dans le processeur Reformat->Change Image File Format. On peut combiner des images avec différents formats d'entrelacement de bandes, types de données et formats d'en-tête de fichier. La capacité de haut en bas a été ajoutée afin que les utilisateurs aient un moyen facile de combiner deux granules de données MODIS NDVI que l'on obtient du site USGS glovis.

Une correction a été apportée afin que les statistiques d'un projet générées par une opération de cluster puissent être utilisées pour une classification supervisée, des statistiques de liste, etc. Cette erreur a été créée par des modifications apportées il y a quelques versions.

Une modification a été apportée pour corriger un problème rencontré par un utilisateur lors de la création d'une matrice de classification à l'aide d'un fichier de projet avec plus de 2600 champs de formation. Une correction a également été apportée dans la version Windows afin que les étiquettes dans le menu déroulant pour les choix de format de sortie soient correctes. Geotiff était écrit au mauvais endroit.


WCS 2.0¶

Aperçu¶

La version 6.0 introduit la prise en charge de la nouvelle version 2.0 de la spécification WCS. Cette section documente l'utilisation de la nouvelle version WCS.

Norme d'interface du service de couverture Web (WCS) 2.0¶

Cette spécification adopte le nouveau modèle OGC Core and Extension et pour le moment les documents suivants sont disponibles sur la page OGC'c WCS Standard :

Les modifications techniques par rapport à la version 1.1.2 de WCS incluent une construction entièrement basée sur les couvertures de schéma d'application GML 3.2.1 et l'adoption d'OWS Common 2.0. Un autre changement majeur est l'introduction des concepts de coupe et de coupe qui sont expliqués plus en détail ci-dessous.

Il existe des schémas WCS 2.0 définis par rapport auxquels toutes les demandes et réponses doivent être validées.

Paramètres de requête WCS 2.0 KVP¶

Les paramètres de requête KVP suivants sont disponibles dans WCS 2.0 :

COVERAGEID=id: Ce paramètre est techniquement le même que le COUVERTURE paramètre pour WCS 1.0 ou le IDENTIFIANT paramètre pour WCS 1.1. Dans les demandes DescribeCoverage, plusieurs ID peuvent être demandés en les concaténant avec des virgules.

SOUS-ENSEMBLE=axe[,crs](bas,haut) : Ce paramètre sous-ensemble la couverture sur l'axe donné. Ce paramètre peut être donné plusieurs fois, mais une seule fois pour chaque axe. Le sous-paramètre optionnel crs peut être soit une définition EPSG (comme EPSG:4326), un URN ou un URI ou « imageCRS » (qui est la valeur par défaut). Tous crs sous-paramètres de tous SOUS-ENSEMBLE les paramètres doivent être égaux. (par exemple, vous ne pouvez pas sous-ensembleer un axe dans imageCRS et un autre dans EPSG:4326).

Σημείωση

La syntaxe du crs le sous-paramètre est non standard et obsolète. Veuillez utiliser le SOUS-RÉGLAGES paramètre à la place.

Σημείωση

Les valeurs reconnues pour le sous-paramètre d'axe sont : « axe lon », « y », « axe y », « axe y », « axe_y », « lat », « axe_lat » et « axe lat ».

SOUS-RÉGLAGECRS=crs : Ce paramètre définit le sous-ensemble crs all SOUS-ENSEMBLES sont exprimés en, ainsi que le SCR de sortie si non SORTIES est spécifié. Par défaut, tous les sous-ensembles sont interprétés comme relatifs aux couvertures CRS.

SORTIES=crs : Ce paramètre définit dans quel crs l'image de sortie doit être exprimée.

TYPE DE SUPPORT=type de support : Ce paramètre est pertinent pour les demandes GetCoverage, lorsqu'une sortie XML/image en plusieurs parties est souhaitée. Il doit être défini sur « multipart/related » (qui est actuellement la seule valeur possible pour ce paramètre).

ECHELLEFACTEUR=facteur : Avec ce paramètre (un flottant positif), la taille de l'image de sortie peut être ajustée. Tous les axes sont mis à l'échelle de la même manière.

ECHELLES=axe(valeur)[,axe(valeur)] : Avec ce paramètre, une mise à l'échelle spécifique à l'axe peut être appliquée. Tout axe non mentionné

ECHELLE=axe(taille)[,axe(taille)] : Ceci est similaire au ÉCHELLES paramètre, mais permet un réglage spécifique à l'axe de la taille de pixel absolue de la couverture renvoyée.

ÉCHELLEEXTENT=axe(min:max)[,axe(min:max)] : Ce paramètre est traité comme un ÉCHELLE paramètre avec «axe(max-min)».

INTERPOLATION=méthode_interpolation : Ceci définit la méthode d'interpolation utilisée, pour les images redimensionnées. Les valeurs possibles sont « NEAREST », « BILINEAR » et « AVERAGE ».

RANGESUBSET=band1[,band2[,…]] : Avec ce paramètre, une sélection de bandes peut être faite. Les groupes peuvent également être réorganisés. Les bandes peuvent être référencées soit par nom (qui peut être récupéré à l'aide de la requête DescribeCoverage) soit par index (commençant par « 1 » pour la première bande). Une gamme de bandes peut également être donnée : bandeX:bandeY. Cela inclut également les limites inférieures et supérieures. Comme son nom l'indique, la limite inférieure doit faire référence à la bande avec l'indice inférieur. Vous pouvez mélanger des références directes aux groupes avec des intervalles. Par exemple: RANGESUBSET=band1,band3:band:5,band7

Les paramètres suivants font partie de la spécification WCS 2.0 - GeoTIFF Coverage Encoding Profile et ne sont disponibles que pour le format de sortie GeoTIFF :

GEOTIFF:COMPRESSION=compression : La méthode de compression utilisée pour l'image renvoyée. Les options valides sont : None, PackBits, Deflate, Huffman, LZW et JPEG.

GEOTIFF:JPEG_QUALITY=1-100 : Lorsque la méthode de compression JPEG est choisie, cette valeur définit la qualité de l'algorithme.

GEOTIFF:PREDICTOR=Aucun|Horizontal|Point Flottant : La valeur du prédicteur pour les méthodes de compression LZW et Deflate.

GEOTIFF:INTERLEAVE=Band|Pixel : Définit si l'image doit être entrelacée de bandes ou de pixels.

GEOTIFF:TILING=true|false : Définit si l'image de sortie doit être en mosaïque en interne.

GEOTIFF:TILEWIDTH=tilewidth, GEOTIFF:TILEHEIGHT=tileheight: Définit la taille des tuiles internes. Doit être un entier positif divisible par 16.

Les paramètres de requête suivants ne font pas partie du noyau WCS 2.0 ou de toute extension de celui-ci, et sont conservés pour une compatibilité descendante. Ils proviennent d'une époque où les extensions standard les plus vitales n'étaient pas spécifiées et le noyau WCS n'était pas très utile sans. Ils sont obsolètes.

TAILLE=axe(valeur) : Ce paramètre définit la taille de l'axe souhaité à la valeur souhaitée (pixels).

RESOLUTION=axe(valeur) : Ce paramètre définit la résolution de l'axe souhaité à la valeur souhaitée (pixels/unité).

Σημείωση

Le TAILLE et RÉSOLUTION sont mutuellement exclusifs sur un axe, mais peuvent être mélangés sur différents axes (par exemple : SIZE sur l'axe des x et RESOLUTION sur l'axe des y). Aussi les noms d'axe dans SOUS-ENSEMBLE, TAILLE et RÉSOLUTION les paramètres ne peuvent pas être mélangés. Ex : …&SUBSET=x(0,100)&SIZE=lon(200)&… n'est pas légal bien que les noms d'axe se réfèrent logiquement au même axe.

Paramètres KVP inchangés¶

Les paramètres suivants n'ont pas (ou juste légèrement) changé depuis la dernière version de la norme WCS.

VERSION=version : Pour WCS 2.0, ce paramètre doit être défini sur « 2.0.1 ». Ce

Le paramètre est obsolète pour GetCapabilities lié à la norme commune des services Web OGC 2.0.0.

SERVICE=service

DEMANDE=demande

ACCEPTATION=versions

SECTIONS=sections

UPDATESEQUENCE=séquence de mise à jour

ACCEPTERFORMATS=formats : Ce paramètre est actuellement ignoré.

ACCEPTLANGUAGES=langues : Ceci est utilisé pour la négociation de la langue pour les services multilingues

FORMAT=format : Le format souhaité peut maintenant également être défini avec le nom de l'objet outputformat défini dans le mapfile. Contrairement aux versions précédentes de WCS, ce paramètre est facultatif lorsque le format natif est spécifié ou peut être déterminé via GDAL.

MAP=fichier map

Exemples de demande KVP¶

L'exemple de requête ci-dessous décrit la nouvelle syntaxe de requête KVP :

Veuillez vous référer aux tests WCS 2.0 dans msautotest pour d'autres exemples de demandes.

Modifications apportées aux versions précédentes¶

Le nom du calque doit être un NCName valide, c'est-à-dire qu'il ne doit pas commencer par un chiffre et ne peut contenir que des caractères alphanumériques. Cette contrainte dérive de la propriété gml:id qui doit être un NCName, qui se rapporte à l'ID de couverture qui est lui-même tiré du nom des couches.

Spécification des métadonnées spécifiques à la couverture¶

Pour les couches activées WCS dans MapServer, il existe différentes possibilités de déclarer des métadonnées de couverture pour WCS 2.0. Dans le cas le plus simple, toutes les métadonnées requises peuvent être récupérées à partir de l'image source.

Pour une raison quelconque, cela peut ne pas être souhaitable, peut-être parce que l'image source ne fournit pas ces métadonnées. Tous les formats d'image d'entrée ne sont pas associés à des métadonnées géospatiales. Dans ce cas, les métadonnées de couche peuvent être utilisées pour fournir ces informations.

La convention est qu'une fois que (wcs|ows)_extent et l'un de (wcs|ows)_size et (wcs|ows)_resolution sont définis dans les métadonnées de la couche, toutes les métadonnées spécifiques à la couverture seront récupérées à partir de là. Sinon, l'image source est interrogée via GDAL, si possible.

Les champs de métadonnées de couche pertinents sont (wcs|ows)_bandcount, (wcs|ows)_imagemode, (wcs|ows)_native_format et toutes les entrées de métadonnées liées aux nouvelles bandes.

Nouvelles entrées de métadonnées liées au groupe¶

Dans cette section, les nouvelles entrées de métadonnées de couche spécifiques à WCS 2.0 sont abordées.

Les champs de métadonnées de couche suivants peuvent être utilisés pour renvoyer une description plus détaillée du type de plage d'une couverture « jeu de données virtuel ». Une couverture est considérée comme un « jeu de données virtuel » si l'entrée de métadonnées (wcs|ows)_extent et l'une des entrées de métadonnées (wcs|ows)_size ou (wcs|ows)_resolution sont définies.

Tout d'abord, la version utilisée des métadonnées doit être identifiée. Pour identifier les bandes d'une couverture, le champ suivant doit être présent :

Le type de ces champs est une liste de noms délimitée par des espaces, alors que le nombre de noms doit correspondre au champ de métadonnées «bandcount». Ces noms sont ensuite utilisés comme préfixe pour d'autres champs de métadonnées concernant uniquement cette bande. Les clés de métadonnées possibles sont les suivantes :

  • _band_interpretation

  • _band_uom

  • _band_definition

  • _band_description

  • _intervalle

Toutes les valeurs sont interprétées comme des chaînes, seul « intervalle » est interprété comme 2 valeurs flottantes en double précision séparées par un espace.

Des valeurs par défaut peuvent également être configurées pour chaque clé. Celles-ci ont le même suffixe que les clés spécifiques au groupe mais commencent par (wcs|ows) au lieu du nom du groupe :

  • (wcs|ows)_band_interpretation

  • (wcs|ows)_band_uom

  • (wcs|ows)_band_definition

  • (wcs|ows)_band_description

  • (wcs|ows)_interval

Si aucune valeur spécifique ou par défaut n'est donnée, la sortie dépend de la clé de métadonnées. L'UOM, par exemple, sera définie sur "W.m-2.Sr-1", l'intervalle et les chiffres significatifs seront déterminés en fonction du type d'image et la définition, la description et l'interprétation ne seront pas du tout visibles dans la sortie.

Cet exemple montre l'utilisation des champs de métadonnées spécifiques au groupe avec leurs valeurs par défaut :

L'exemple ci-dessus donnerait à BandA une description plus spécifique et à BandB et BandC la description par défaut. Il serait également possible de n'utiliser que certaines des valeurs spécifiques pour BandA et d'autres par défaut.

Si aucune valeur par défaut et spécifique n'est donnée pour le champ de métadonnées intervalle ou chiffres significatifs, une valeur par défaut est générée à partir du champ « imagemode », qui lui-même est par défaut FLOAT32.

Les nouveaux champs de métadonnées contiennent également les (wcs|ows)_nilvalues et (wcs|ows)_nilvalues_reasons

Avec ce champ, des valeurs nil spécifiques peuvent être définies. Les valeurs doivent être délimitées par un espace.

Ce champ définit les raisons des valeurs nil spécifiques. Les motifs sont également délimités par des espaces et font référence à la valeur nil avec le même index. Les valeurs des raisons doivent être des URI ou des URN.

L'exemple suivant illustre l'utilisation des deux champs de métadonnées :


Types de raster d'orthorectification

Cela inclut les types raster qui utilisent les fichiers associés pour orthorectifier les données raster.

Lors de l'utilisation de types raster d'orthorectification, le modèle numérique d'élévation (MNE) doit être défini.

L'Applanix DSS est un système de télédétection aéroportée numérique de format moyen, utilisant la technologie inertielle intégrée pour produire des images couleur et infrarouges couleur (CIR) géoréférencées.

Fichiers de projet—Fichiers Applanix DSS eo_std.txt et fichiers de définition de caméra

Images acquises du satellite IKONOS.

ImageStation Automatic Triangulation est un progiciel d'extraction et de triangulation automatique de points d'image. ArcGIS Image Server peut lire le fichier de projet à partir de ce package.

Fichier de projet—Fichier PROJECT Camera—Fichier photo CAMERA—PHOTO

MATCH-AT est un package de triangulation aérienne numérique automatique. ArcGIS Image Server peut lire le fichier de projet à partir de ce package.

Fichier de projet—*.prj Fichier de caméra—CAMERA

Format national de transmission d'images (NITF)

Ensemble de normes et de spécifications permettant l'interopérabilité dans la diffusion de l'imagerie et de ses métadonnées entre divers systèmes informatiques.

Imagerie QuickBird qui a été corrigée par radiométrie et capteur uniquement.

QuickBird Standard Orthoready

Imagerie QuickBird qui a été corrigée par radiométrie et capteur uniquement.

Socet Set fournit des images précises à l'aide des derniers capteurs numériques aéroportés et comprend des algorithmes de correspondance de points innovants pour la triangulation multicapteurs.


Ajout d'ombrage¶

Sous Linux, ouvrez un shell et exécutez :

Si vous utilisez plutôt Windows, ouvrez le dossier TRAINING_ROOT/gdal, lancez le fichier SDKShell.bat et exécutez :

Le paramètre z exagère l'élévation, le paramètre s fournit le rapport entre les unités d'élévation et les unités au sol (degrés dans ce cas), -co tiled=yes fait que gdaldem génère un TIFF avec un carrelage intérieur. Nous étudierons mieux cette dernière option dans les pages suivantes.

À partir de la page d'accueil, accédez à Styles et sélectionnez Ajouter un nouveau style comme indiqué précédemment dans la section Ajout d'un style.

Dans l'éditeur SLD, saisissez le code XML suivant :

L'équivalent CSS de ce style est le suivant

Notez l'option du fournisseur “composite”, utilisée pour que l'ombrage utilise un mode de fusion de couleurs spécial pour obtenir un meilleur résultat visuel par rapport à une simple translucidité

Définissez hillshade comme nom, puis cliquez sur le bouton Soumettre.

Sélectionnez Ajouter des magasins sur la page d'accueil GeoServer pour ajouter le raster d'ombrage précédemment créé.

Sélectionnez GeoTIFF - Tagged Image File Format avec des informations géographiques dans l'ensemble des sources de données raster disponibles.

Spécifiez hillshade comme nom dans le champ Nom de la source de données de l'interface.

Cliquez sur le lien Parcourir afin de définir l'emplacement GeoTIFF dans le champ URL.

assurez-vous de spécifier le srtm_boulder_hs.tiff précédemment créé avec gdaldem, qui devrait être situé à $ TRAINING_ROOT /geoserver_data/data/boulder ( %TRAINING_ROOT%geoserver_datadataoulder sous windows )

Publiez la couche en cliquant sur le lien de publication.

Définir l'ombrage comme nom

Assurez-vous de définir le style par défaut sur ombrage dans la section Publication –> Style par défaut.

Modification des informations de publication raster

Cliquez sur Enregistrer pour créer le nouveau calque.

Utilisez le Aperçu du calque pour prévisualiser le nouveau calque avec le style d'ombrage.

Aperçu de la nouvelle couche raster avec le style d'ombrage appliqué

Modifiez l'URL d'aperçu du calque dans votre navigateur en localisant le paramètre calques

Insérez les geosolutions:srtm, couche supplémentaire (notez la dernière virgule) avant les geosolutions:hillshade one :

Appuyez sur Entrée pour envoyer la demande mise à jour. L'aperçu du calque devrait changer comme ceci où vous pouvez voir à la fois les calques srtm et hillshade.

Aperçu du calque avec srtm et ombrage superposés


Notions de base¶

La description¶

Résumé¶

L'objectif est de découvrir les produits logiciels et le package de données qui seront utilisés pendant le cours. Vous pourrez utiliser à la fois Monteverdi et QGIS pour faire tous les exercices du cours.

Conditions préalables¶

Buts¶

  • Savoir afficher une image et paramétrer le rendu dans Monteverdi,
  • Savoir afficher une pile d'images dans Monteverdi,
  • Savoir afficher une image et paramétrer le rendu dans QGIS,
  • Savoir afficher des données vectorielles dans QGIS,
  • Savoir afficher une pile d'images dans QGIS,
  • Trucs et astuces.

Pas¶

Pour cet exercice, nous proposons de travailler en binôme. A la fin de l'exercice, chaque équipe fera une restitution de ses expérimentations pour montrer aux autres groupes quelques astuces trouvées et poser également quelques questions sur les fonctions disponibles dans les deux logiciels.

Afficher une image à Monteverdi¶

Ouvrez l'image phr_xs_osr_mipy.tif disponible dans le répertoire Data/preprocessing avec Monteverdi.

La liste de tous les raccourcis clavier est disponible dans Aider menu.

Modifiez la bande affichée et modifiez également les valeurs de rendu.

Testez des effets comme Contraste local, Pente et Angle spectral. Quel est leur but ?

Modifiez le niveau de zoom en utilisant le roulette de la souris, vous pouvez également modifier l'échelle de l'image en bas dans la barre d'état.

Afficher une pile d'images à Monteverdi¶

Ouvrez les 9 images LS8 dans le dossier Data/classification/Extract16bits/.

Modifiez les bandes pour afficher des couleurs naturelles (rouge : bande 3, vert : bande 2, bleu : bande 1). Utilisez le Appliquer tous les paramètres à tous les calques bouton pour avoir les mêmes options de rendu sur toute la pile.

Utilisez la molette de la souris pour vous déplacer entre toutes les dates.

Tester les effets Transparence locale, Échiquier et Glisser. Quel est leur but ?

Afficher une image dans QGIS¶

Ouvrez la première image LS8 dans QGIS. Utilisez le menu contextuel du calque pour modifier la dynamique des couleurs pour avoir le même rendu que dans Monteverdi. Dans le même menu contextuel, ajoutez ce style pour pouvoir l'appliquer à d'autres images.

Ouvrez d'autres images LS8 et appliquez le style de rendu que vous venez de créer.

Quelles sont les différences entre Monteverdi et QGIS en termes de fonctions de visualisation et de rendu des images ?

Afficher les données vectorielles dans QGIS¶

Ouvrez training.shp dans le dossier Data/classification/training/.

Utilisez le menu contextuel pour ouvrir le Propriétés et Style onglets. Utilisation Catégorisé en utilisant la colonne CL. Combien de classes y a-t-il dans le fichier ? Modifiez la table des couleurs pour afficher différentes classes dans différentes couleurs.

Ouvrez la table attributaire. Combien de polygones sont contenus dans la classe pelouse (pelouse)?

Essayez de trouver comment sélectionner et afficher uniquement les polygones de cette classe.


2.9 Vues des métadonnées MapViewer

Les métadonnées de mappage décrivant les cartes de base, les thèmes et les styles sont stockées dans les tables globales SDO_MAPS_TABLE, SDO_THEMES_TABLE et SDO_STYLES_TABLE, qui appartiennent à MDSYS. Cependant, vous ne devez jamais mettre à jour directement ces tables. Chaque utilisateur MapViewer dispose des vues suivantes disponibles dans le schéma associé à cet utilisateur :

USER_SDO_MAPS et ALL_SDO_MAPS contiennent des informations sur les cartes de base. Ces vues sont décrites dans la section 2.9.1.

USER_SDO_THEMES et ALL_SDO_THEMES contiennent des informations sur les thèmes. Ces vues sont décrites dans la section 2.9.2.

USER_SDO_STYLES et ALL_SDO_STYLES contiennent des informations sur les styles. Ces vues sont décrites dans la section 2.9.3.

Vous pouvez utiliser l'outil Map Builder (décrit au chapitre 7) pour gérer la plupart des métadonnées de mappage. Cependant, pour certaines fonctionnalités, vous devez utiliser des instructions SQL pour mettre à jour les vues de métadonnées MapViewer.

Les vues USER_SDO_xxx contiennent des informations de métadonnées sur les éléments de mappage (styles, thèmes, cartes de base) appartenant à l'utilisateur (schéma), et les vues ALL_SDO_xxx contiennent des informations de métadonnées sur les éléments de mappage sur lesquels l'utilisateur a l'autorisation SELECT.

Les vues ALL_SDO_xxx incluent une colonne OWNER qui identifie le schéma du propriétaire de l'objet. Les vues USER_SDO_xxx n'incluent pas de colonne OWNER.

Tous les styles définis dans la base de données peuvent être référencés par n'importe quel utilisateur pour définir les thèmes, les marqueurs avec un style de texte ou les styles avancés de cet utilisateur. Cependant, les thèmes et les fonds de carte ne sont pas partagés entre les utilisateurs. Par exemple, vous ne pouvez pas référencer les thèmes d'un autre utilisateur dans un fond de carte que vous créez.

Les règles suivantes s'appliquent pour accéder aux métadonnées de mappage :

Si vous devez ajouter, supprimer ou modifier des métadonnées, vous devez effectuer les opérations à l'aide des vues USER_SDO_xxx. Les vues ALL_SDO_xxx sont automatiquement mises à jour pour refléter toutes les modifications que vous apportez aux vues USER_SDO_xxx.

Si vous n'avez besoin que d'un accès en lecture aux métadonnées pour tous les styles, vous devez utiliser la vue ALL_SDO_STYLES. Les colonnes OWNER et NAME constituent la clé primaire. Par conséquent, lorsque vous spécifiez un style, assurez-vous d'inclure à la fois OWNER et NAME.

Les vues de métadonnées MapViewer précédentes sont définies dans le fichier suivant :

MapViewer utilise également d'autres vues de métadonnées, qui peuvent être définies dans d'autres fichiers. Vous ne devez jamais modifier le contenu de ces vues, qui incluent les éléments suivants :

MDSYS.USER_SDO_CACHED_MAPS est utilisé par le serveur de tuiles de carte, qui fait partie d'Oracle Maps (décrit au chapitre 6).

MDSYS.USER_SDO_TILE_ADMIN_TASKS inclut des informations sur les tâches longues liées à la gestion des tuiles de carte. Si vous arrêtez une longue tâche de couche de tuiles de carte telle que la prélecture, puis redémarrez la tâche, MapViewer utilise les informations de la vue USER_SDO_TILE_ADMIN_TASKS pour reprendre la tâche plutôt que de recommencer au début.

2.9.1 Vues xxx_SDO_MAPS

Les vues USER_SDO_MAPS et ALL_SDO_MAPS ont les colonnes répertoriées dans le Tableau 2-3.

Tableau 2-3 Vues xxx_SDO_MAPS

Schéma qui possède la carte de base (ALL_SDO_MAPS uniquement)

Nom unique à associer au fond de carte

Texte descriptif facultatif sur le fond de carte

Définition XML de la liste des thèmes et de leurs informations de plage de valeurs d'échelle à associer au fond de carte

2.9.2 Vues xxx_SDO_THEMES

Les vues USER_SDO_THEMES et ALL_SDO_THEMES ont les colonnes répertoriées dans le Tableau 2-4.

Tableau 2-4 Vues xxx_SDO_THEMES

Schéma propriétaire du thème (ALL_SDO_THEMES uniquement)

Nom unique à associer au thème

Texte descriptif facultatif sur le thème

Table ou vue contenant la colonne de géométrie spatiale

Nom de la colonne de géométrie spatiale (de type SDO_GEOMETRY)

Définition XML des règles de style à associer au thème

2.9.3 Vues xxx_SDO_STYLES

Les vues USER_SDO_STYLES et ALL_SDO_STYLES ont les colonnes répertoriées dans le Tableau 2-5.

Tableau 2-5 Vues xxx_SDO_STYLES

Schéma qui possède le style (ALL_SDO_STYLES uniquement)

Nom unique à associer au style

L'une des valeurs suivantes : COULEUR, MARQUEUR, LIGNE, ZONE, TEXTE ou AVANCÉ

Texte descriptif facultatif sur le style

Définition XML du style

Contenu d'image (par exemple, airport.gif ) pour les styles de marqueur ou de zone qui utilisent des symboles basés sur l'image (pour les marqueurs) ou des remplissages (pour les zones)

Selon la version d'Oracle Database, la vue ALL_SDO_STYLES peut contenir des exemples de styles appartenant au schéma MDSYS. Si ces styles sont définis sur votre système, vous pouvez les spécifier dans les définitions de thème et les demandes de map, et vous pouvez examiner les définitions XML pour trouver des idées à utiliser pour définir vos propres styles.

Pour spécifier un style (ou un autre type d'objet MapViewer) appartenant à un schéma autre que celui de l'utilisateur actuel, vous devez spécifier le nom du schéma et vous devez utiliser deux points (:), pas un point, entre le le nom du schéma et le nom de l'objet. L'extrait suivant d'un élément <jdbc_query> fait référence au style nommé C.RED appartenant au schéma MDSYS :

L'exemple 2-60 recherche les noms de tous les styles actuellement définis appartenant au schéma MDSYS et affiche le type, la description et la définition XML de l'un des styles. (L'exemple de sortie est reformaté pour plus de lisibilité.)


Voir la vidéo: Lire un Geotiff avec GDAL (Octobre 2021).