Suite

Récupération des tuiles au format EPSG:4326. Existe-t-il un service pour cela comme CloudMade ?


Existe-t-il un service pouvant fournir des tuiles personnalisées dans la projection EPSG:4326 ? J'ai regardé Cloudmade et ce serait la solution idéale mais leurs tuiles utilisent Spherical Mercator.

Fondamentalement, le résultat final que je recherche est de créer une superposition de grille carrée sur une carte. Comme ceci : http://openlayers.org/dev/examples/graticule.html

Donc, récupérer les cartes via WMS serait un bon choix, mais j'ai besoin que la carte soit personnalisée comme vous pourriez le faire dans cloudmade. Mais des cartes comme cloudmade et google maps semblent déformer le monde et donc une grille carrée ne sera pas possible sur leurs tuiles si je voulais créer la grille par incréments égaux de latitude et de longitude.


ESRI a précédemment publié des cartes de base avec son schéma de tuilage ArcGIS Online, qui est dans le système de coordonnées géographiques WGS 1984 / EPSG:4326 - par exemple cette carte de rue ESRI. Vous pouvez rechercher leurs services de cartographie en ligne ici pour plus d'exemples.

Malheureusement, ils semblent les supprimer progressivement et opter pour le système de tuilage Web Mercator / Google à partir de maintenant. C'est vraiment dommage, car je pense qu'il y a une énorme demande pour une projection géographique, et ESRI a raté une occasion de se différencier de Google et Microsoft et de répondre à une base de développeurs plus orientée SIG :

Les cartes ArcGIS Online publiées et hébergées par Esri ont été migrées vers la structure de tuile Google Maps/Bing Maps. Esri continuera d'héberger les cartes ArcGIS Online existantes (par exemple, World Street Map, World Imagery, etc.) dans la structure de tuilage ArcGIS Online traditionnelle pendant au moins six mois et, en fonction de la demande, elles peuvent rester disponibles plus longtemps afin de donner aux utilisateurs suffisamment de temps pour migrer leurs cartes et applications vers les nouveaux services. Bien que les cartes resteront disponibles, le contenu de ces cartes ne sera plus mis à jour.

La source

Ainsi, une fois que ces services sont mis hors ligne, il semble que vous deviez lancer le vôtre, travailler avec Mercator ou espérer que quelqu'un fournira un service similaire avant la fermeture des services d'ESRI.


Vous pouvez également créer une grille carrée sur Web Mercator. J'ai fait l'exemple suivant dans QGIS en utilisant "Grille vectorielle" avec une taille de grille = 1 000 000 mètres.

Ni Web Mercator ni WGS84 ne préservent les mesures de longueur réelle, donc si vous recherchez juste une grille carrée, je ne vois pas beaucoup de différence.


Avez-vous essayé metacarta ?

http://labs.metacarta.com/wms-c/Basic.py/1.0.0/basic/{z}/{x}/{y}.png">http://tilecache.osgeo.org/wms -c/tilecache.py/1.0.0/basic/5/32/23.png">


Couches ouvertes

Alias ​​SphericalMercator et EPSG

La projection SphericalMercator dans OpenLayers utilise le code EPSG:900913. De nombreux autres services, tels que OpenStreetMap, Bing et Yahoo utilisent désormais également la même projection, mais ne prennent pas nécessairement en charge l'utilisation du code EPSG:900913. D'autres codes, tels que EPSG:3857 et EPSG:102113 ont été inventés. Aujourd'hui, il existe un code EPSG officiellement enregistré 3857 dont la projection est identique à EPSG:900913. (http://www.epsg-registry.org/export.htm?gml=urn:ogc:def:crs:EPSG::3857). Ainsi, si vous devez combiner des couches de superposition utilisant un alias ou le code EPSG officiel avec une couche OpenLayers SphericalMercator, vous devez vous assurer qu'OpenLayers demande EPSG:3857 ou un autre alias au lieu d'EPSG:900913. Pour ce faire, remplacez la projection de la couche avant d'ajouter la couche à la carte. Par exemple:

// crée des couches sphericalmercator var googleLayer = new OpenLayers.Layer.Google("Google", {"sphericalMercator": true}); var osmLayer = new OpenLayers.Layer.OSM("OpenStreetMap"); // remplace le code epsg par défaut aliasproj = new OpenLayers.Projection("EPSG:3857"); googleLayer.projection = osmLayer.projection = aliasproj; //ajouter des couches de base à la carte map.addLayers([googleLayer, osmLayer]);

À ce stade, les superpositions (telles que les couches WMS) seront demandées à l'aide du code 3857 ; les transformations fonctionneront entre 4326 et 3857 comme prévu.

http://docs.openlayers.org/library/spherical_mercator.html


[GeoNode] Problème de projection dans les couches #395

Lorsque nous avons fini de télécharger certaines couches qui ont une projection géographique (EPSG:4326), c'est-à-dire la couche de jakarta_flood_18113_wgs_no_kw, nous pouvons voir que les couches peuvent s'afficher dans la liste des couches, en particulier dans la vue miniature qui peut afficher directement le type de couche. Ensuite, ce sera différent si nous téléchargeons une couche avec la projection différente (en plus de EPSG:4326), c'est-à-dire la zone UTM 49s, nous trouvons un problème pour voir la vue miniature. Dans la liste des calques, on peut voir que le calque de Jalan_Sleman_49s n'a pas de vue miniature dans la vue fixe. Voir l'image ci-dessous :

Voyons les différents calques avec les différentes projections, dans l'image ci-dessous :

Lorsque nous le vérifions dans les détails des métadonnées, il y a un différent entre eux.

Dans ce cas, dans le côté gauche, c'est peut-être la même explication que la vue carte. Je pense que la couche montrée mais dans la très petite taille. Et quand nous voyons l'étendue de la couche semble étrange parce que le système de projection indique que la couche dans EPSG:4326 mais pourquoi l'étendue de la couche montre le format différent (mètres). Ce cas apparaît également dans la liste des vignettes d'aperçu des calques.
Dans la partie droite, la couche d'étendue est conforme au système de projection. Ainsi, la couche peut s'afficher directement dans la vue cartographique.

  1. Peut-être que la couche dans la vue de la carte n'est pas affichée car elle a une couche d'étendue différente. Le calque peut apparaître, mais en raison de l'étendue, le calque a une large couverture, de sorte que le calque semble très petit et comme s'il n'y avait pas d'image dans la vue miniature.
  2. Nous pouvons voir dans les détails des métadonnées que la couche d'étendue sur le côté gauche ressemble au format UTM en mètres mais le système de projection est en EPSG:4326.
    La question est:
    Le téléchargement de la couche dans le géonode changera-t-il ou transformera-t-il les coordonnées en EPSG:4326 ? Si oui, peut-être que la transformation des coordonnées incluait également la couche d'étendue (c'est-à-dire des mètres/UTM aux coordonnées géographiques)

Comportement attendu

Si le CRS de la couche doit se transformer en projection WGS84, il sera préférable que l'étendue de la couche se transforme également en coordonnées géographiques.


Cartes Windows 10 partie 7 - utilisation de cartes externes avec TMS/WMS

Introduction
Dans cet ultime épisode de la prévu série, publiée le jour "Retour vers le futur", je vais vous montrer comment utiliser des sources cartographiques externes et comment les utiliser avec le contrôle des cartes Windows 10. Plus précisément, je vais vous montrer comment utiliser Tile Map Services (TMS) - un moyen de distribuer des cartes numériques conçues par l'Open Source Geospatial Foundation et popularisées par Google Maps - et Web Map Services (WMS), et un protocole plus ancien et plus complexe conçu par le Consortium géospatial ouvert en 1999.
J'utilise TMS d'une manière vaguement définie ici - je le définis comme un système basé sur REST qui récupère des tuiles pré-rendues de cartes à l'aide de niveaux de zoom fixes basés sur le niveau de zoom et l'emplacement (essayez de dire cela sans bégaiement). Un TMS est essentiellement une approche à prendre ou à laisser - vous obtenez une carte rendue comme le fabricant l'a jugé, alors que WMS vous offre la possibilité de sélectionner des couches et de déterminer l'ordre dans lequel ces couches sont récupérées - et parfois elles même prendre en charge le style personnalisé. De plus, il permet des tailles d'images arbitraires, alors que TMS gère généralement des images 256x256. TMS provient généralement d'un système de fichiers contenant un très grand nombre de petits fichiers, alors qu'un WMS est généralement servi à partir d'une base de données spatiale. Par conséquent, WMS, tout en étant plus polyvalent, est généralement beaucoup plus lent.


Donc de quoi est-il question?
Il existe un très grand nombre de serveurs qui vous proposent des cartes que vous pouvez utiliser - OpenStreetmaps, Google, NOAA, mais aussi notre propre Rijkswaterstaat néerlandais - une agence gouvernementale qui entretient les infrastructures routières et fluviales néerlandaises. Vous pouvez rechercher les points de terminaison publics de ces serveurs, et lorsque vous implémentez un petit code pour traduire les demandes de votre contrôle de carte Windows 10 dans les bonnes URL, les cartes s'affichent.
L'exemple de code vous montrera comment utiliser les données suivantes :

  • Google Maps
  • OpenStreetMaps (une organisation à but non lucratif qui propose des cartes incroyablement détaillées) - Je l'utilise souvent lorsque je pars en randonnée en Allemagne ou ailleurs, car même les sentiers de randonnée les plus obscurs sont affichés plus en détail que n'importe quelle carte touristique que vous pouvez acheter.
  • Cartes néerlandaises du Rijkswaterstaat
  • Cartes météo et nuages ​​de la NOAA

Assurez-vous de lire les conditions d'utilisation des fournisseurs de cartes. Tous ces fournisseurs ne disposent pas d'une bande passante ou d'une puissance CPU illimitées pour répondre aux besoins de votre application, ou ils peuvent vous obliger à payer pour cela. OpenStreetMaps est une organisation à but non lucratif qui n'aime pas que vous laissiez brûler ses serveurs. Certains, comme Google, vous obligent à utiliser leur API au lieu d'accéder directement aux URL où résident leurs données. L'exemple de code utilisé dans ce projet enfreint les présentes conditions d'utilisation de Google et n'est conçu qu'à titre d'exemple pédagogique.. Je vous déconseille fortement de l'utiliser dans des environnements de production - et pour être honnête, les données cartographiques HERE sont si bonnes dans la plupart des cas qu'il n'est pas nécessaire de le faire.


Voir les démos
Démarrez l'application, cliquez sur "Emplacement initial". Vous verrez cela.

Sélectionnez maintenant "Aucun" pour le style de carte (la carte deviendra noire), puis sélectionnez "OpenStreetMap" pour la carte en mosaïque. La carte deviendra telle qu'affichée ci-dessous et montre déjà des sentiers de randonnée en pointillés bleus - même à travers le bois même où j'habite.

Si vous sélectionnez Google Hybrid, vous obtiendrez l'imagerie satellite Google avec des étiquettes de rue au-dessus. Encore une fois, c'est illégal, mais cela prouve mon point:

Et pourquoi cela pourrait être utile. si vous effectuez un zoom avant complet et placez les images Google et Here l'une à côté de l'autre, vous verrez que les images Google à certains endroits ont encore plus de détails, bien qu'elles soient très obsolètes - l'extension de la maison de mon voisin n'est pas encore visible (elle est allumée Here Maps) et je conduis maintenant la 2e voiture après la voiture qui est toujours devant ma maison - ce qui remonte au début de 2009 au plus tard.

Si vous effectuez à nouveau un zoom arrière et sélectionnez "RWS NWB", vous verrez la carte routière nationale du Rijkswaterstaat néerlandais, une simple carte en ligne pour les routes secondaires, la route principale représentée par des lignes rouges doubles, avec des points noirs indiquant l'emplacement des panneaux hectométriques - les petits panneaux qui vous indiquent où vous êtes sur les routes, et qui peuvent être utilisés pour spécifier votre emplacement lorsque vos voitures tombent en panne et que vous devez appeler à l'aide. Entre autres choses :)

Remettez le style à « Roads » et effectuez un zoom arrière plus ou moins sur les États-Unis, le radar NOAA sélectionné. Cela montre le radar de pluie des USA, tel qu'observé par la NOAA


On dirait que mon ami Richard Hay va avoir de la pluie à Jacksonville. Ou peut-être est-ce juste après lui). Quoi qu'il en soit, si vous sélectionnez "Visible Img", vous obtiendrez des images satellite météo en temps réel (ou aussi proche que possible du temps réel) dans la lumière visible.

À présent ce est ce que j'appelle un service cloud)
Croyez-le ou non, mais toutes ces belles cartes sont créées par ces méthodes simples dans MainPage.Xaml.cs

Et, bien sûr, "l'acte de soutien" de certains cours que j'ai écrits moi-même.


Sources de tuiles
Bienvenue dans le monde merveilleux des cartes en mosaïque. Nos amis de l'équipe de développement de Maps ont créé une petite hiérarchie de classes pour servir des cartes de tuiles à une carte d'application Windows. Ajoutez n'importe quel enfant de MapTileSource à la collection TileSource de votre carte et vous avez créé une nouvelle carte. C'est aussi simple que ça. Il existe trois types de sources de tuiles de carte, comme illustré dans le diagramme ci-dessous :

  • HttpMapTileDataSource est destiné à servir des tuiles de carte via un URI sur le Web et à les télécharger à la volée
  • LocalMapTileDataSource est destiné à servir des tuiles de carte via un URI aux titres qui sont téléchargés sur le stockage local
  • CustomMapTileDataSource est censé couvrir tous les autres cas - il ne demande pas d'URI distant ou local à une tuile de carte, mais vous demande de retourner un bitmap 256x256 et c'est à vous de déterminer d'où il vient ou comment il est créé.
  • Demande
  • X
  • Oui
  • Le niveau de zoom

Encore une fois, cela viole les conditions d'utilisation de Google, mais l'astuce est très ancienne et j'ai d'abord écrit à ce sujet il y a presque exactement cinq ans. J'attends toujours que les avocats de Google se présentent à ma porte, je discuterai alors avec plaisir de l'absence d'une API décente pour les applications Windows qui nous permet d'utiliser les données dans un légitime façon.

Cartes WMS
Web Map Services est un excellent exemple de la sagesse séculaire selon laquelle un chameau est un cheval conçu par un comité - le comité dans ce cas étant l'Open Geo Consortium. L'OGC est - ou du moins était à l'époque - un groupe de professionnels du SIG d'origine universitaire et ils ont clairement essayé de concevoir un protocole qui réponde à une grande variété de besoins analytiques - bien sûr en utilisant XML, qui faisait fureur dans les jours où il a été conçu. Ce qu'ils n'ont pas fait, c'est de prendre en compte des choses banales comme la cohérence, la facilité d'utilisation, les performances et d'autres choses qui sont appréciées par les simples mortels qui veulent juste avoir une carte sanglante dans leur page Web ou leur application. Et si vous pensez que c'est mauvais, essayez de lire les spécifications pour vecteur données (WFS ou Web Feature Service), un format si alambiqué, pléthorique, avec tellement de versions, d'incohérences et de complexités qu'il faut presque un doctorat pour avoir une compréhension de base de son fonctionnement - et encore moins utilisation il. Les serveurs WMS étaient autrefois des monstres lents, la bande passante et la puissance de traitement. Et cela au début des années 2000, l'année où la plupart des accès Web étaient desservis sur 56k6 lignes commutées, et un ordinateur haut de gamme avait un processeur Pentium 4. Pas étonnant qu'il n'ait jamais été très utilisé en dehors du domaine des spécialistes.
Mais je m'égare. J'ai écrit une petite classe qui servira de WMS client pour les scénarios limités qui fonctionnent bien avec le contrôle de carte Windows, qui nécessitent peu de connaissances sur la plomberie réelle pour l'utiliser. Cette classe s'appelle WmsTileSource, comment elle est utilisée, vous pouvez le voir dans InitTileComboBox, où j'en initialise quatre instances. Pour expliquer comment vous obtenez de tels paramètres, je vais d'abord devoir expliquer un peu. Le paragraphe suivant, c'est moi qui monte sur mon cheval de bataille SIG. Si vous ne vous en souciez pas, lisez au moins les deux puces à mi-chemin et la première phrase du paragraphe sous l'image de l'Afrique.


Projections (et systèmes de coordonnées)

Cela peut surprendre, mais la Terre n'est pas plate, pourtant toutes les cartes depuis le début de la cartographie prétendent qu'elle l'est. Cela a diverses raisons, principalement historiques, la plus notable étant le fait qu'il est beaucoup plus facile d'enrouler une carte plate des morceaux de la Terre qui vous intéressent (ou d'en mettre beaucoup dans un livre) et de les emmener avec vous pour le voyage. , que de trimballer une vraie représentation de la Terre - qui contiendrait très probablement beaucoup de détails sur des choses dont vous n'avez pas besoin, et trop peu de choses que vous faites. Oui, les enfants, les gens trimballaient des atlas, des livres avec des cartes. Ils ont l'avantage supplémentaire de ne jamais manquer de batterie.

Ainsi, une carte doit (ou devait) être plate, ce qui oblige à placer l'extérieur de ce qui est essentiellement une sphère sur une surface plane. Cela ne peut se faire sans des conséquences désastreuses. Épluchez une orange et essayez de faire de l'extérieur une surface plane continue - et vous comprendrez ce que je veux dire.
C'est ici que projections entrer en jeu. Ce sont des façons d'adapter l'extérieur de la sphère sur une surface plane. Il y a littéralement des milliers de projections utilisées, à la fois pour la planète entière et pour des parties de celle-ci - tellement elles sont principalement désignées par Nombres - ce qu'on appelle les numéros EPSG - pas par nom. À gauche, je ne montre que quelques façons de projeter la Terre. La version la plus connue est la projection de Mercator, illustrée en haut à gauche. Il est également connu sous le nom de WGS84 ou EPSG:4326 (c'est le nombre que je voulais dire). Il existe également une variante de cela, détestée par les cartographes professionnels du monde entier, mais elle est devenue instantanément et du jour au lendemain la projection la plus utilisée dans le monde car elle est utilisée par Google Maps. Il est appelé « Mercator populaire », avait initialement la désignation ironique EPSG : 900913 (900913 étant « Google dans « leet speak »), puis officiellement adopté comme EPSG : 3857.
L'intérêt de tout ce paragraphe décousus est double :

  • Le contrôle Cartes de Windows 10 utilise la projection EPSG:3857. Cela signifie que seuls les serveurs WMS qui prennent en charge la livraison de cartes dans EPSG:3857 / EPSG:900913 afficheront correctement les données (c'est-à-dire que les routes et autres éléments apparaîtront exactement aux mêmes endroits que vos données Here Maps standard). EPSG:4326 donnera des résultats "pour la plupart corrects", à condition de ne pas trop dézoomer. Tous les autres systèmes de projection ne fonctionneront pas du tout. Au mieux, ils montreront des choses au mauvais endroit, elles sembleront probablement aussi très déformées.
  • La projection populaire de Mercator a de graves conséquences. L'un d'eux est que plus vous vous éloignez de l'équateur (rapprochez-vous des pôles), plus la matière s'étire. Toute une génération a maintenant grandi en croyant que le Groenland a à peu près la taille du Canada (le plus grand pays du monde, sauf la Russie), et que le continent nord-américain a à peu près la taille de l'Afrique. Eh bien, jetez un œil à cette carte - et vérifiez également la réalité. Acclamations!


Un détail mineur : une autre chose que Google nous a fait faire était d'utiliser le WGS84 système de coordonnées (alias "lat/lon", signifiant latitude et longitude) pour une projection, ce n'était pas prévu, car c'est très pratique lorsqu'on l'utilise en conjonction avec la navigation par satellite. Il existe également de nombreuses façons de désigner des emplacements sur Terre autres que la latitude et la longitude, mais en dehors du cercle restreint du SIG, presque personne ne le sait - et encore moins les gens s'en soucient. Il y a une leçon à tirer : si vous concevez des normes trop académiques, elles seront anéanties ou du moins bâtardes par les acteurs du marché plus intéressés par les appareils pratiques que par les approches scientifiques correctes.


Trouver les bons paramètres pour le WmsTileSource
Assez de théorie (et de divagation) - nous allons maintenant nous mettre au travail et utiliser réellement le WmsTileSource. Tout d'abord, vous devez savoir où se trouve réellement le serveur WMS que vous souhaitez utiliser. Cela peut être tout un défi, mais certaines institutions sont vraiment utiles. Si vous entrez "noaa wms server" dans Bing ou Google et cherchez un peu autour de vous, vous arriverez assez facilement à ce site qui vous montre toute une gamme de serveurs intéressants.

La chose importante à savoir est qu'un serveur WMS peut vous fournir des métadonnées sur ce qu'il peut et ne peut pas faire. Celles-ci sont appelées « capacités » et vous pouvez les obtenir, mais en ajoutant « ?service=WMS&request=getcapabilities à l'URL WMS. La NOAA a déjà fourni ces liens dans sa page - quelle attention à leur égard. Vous pouvez cliquer sur ces liens au mieux en utilisant * toux * Google Chrome * tousse * car cela affiche facilement XML plutôt que d'essayer de le télécharger. J'ai donc cliqué sur le troisième lien (pour "Recent GOES Weather Satellite Imagery", non visible dans l'image ci-dessus), puis vous obtenez un temps assez long et Pot-pourri XML difficile à lire. Mais ne désespérez pas, je vais vous apprendre quelques astuces pour distiller rapidement les choses dont vous avez besoin. Il va falloir découvrir :

  1. Cette chose prend-elle en charge ESPG:3857, EPSG:900913 ou EPSG:4326 ?
  2. Quelle balise de système de coordonnées utilise-t-il ?
  3. Quelles couches sont disponibles ?
  4. Quelle version de WMS fonctionne-t-il ?

Trouver l'EPSG
Celui-ci est facile. Recherchez simplement le numéro 3857, si vous ne trouvez pas cela, essayez 900913, puis 4326. Si vous ne trouvez rien, vous n'avez pas de chance et le serveur est inutilisable. Mais la bonne vieille NOAA ne nous fait pas défaut

Alors oui, nous pouvons utiliser ce serveur, il prend en charge même la projection la plus optimale (et 4326 aussi, mais pourquoi utiliser bon si vous pouvez obtenir parfait).

Trouver la balise de coordonnées
Au fil du temps, la norme WMS a « évolué ». Autrefois, le système de coordonnées était désigné à l'aide de la balise SRS, maintenant il utilise principalement la balise CRS. Je pense - mais je ne suis pas sûr - dans la version 1.1.1 de WMS c'était SRS, dans la 1.3.0 c'est CRS. Quoi qu'il en soit - vous pouvez le trouver assez facilement en recherchant d'abord CRS, et si vous ne le trouvez pas, SRS. Voir l'image ci-dessus - celle-ci utilise clairement CRS.

Devinez quoi - vous recherchez le texte "Couche". À l'intérieur de cette couche, vous trouverez un titre décrivant ce que c'est et un nom auquel vous devrez vous référer. La NOAA a rendu cela un peu compliqué, mais l'important est de rechercher la couche/le nom.

Ainsi, pour l'imagerie visible, vous aurez besoin d'un calque portant le nom « 9 ». Habituellement, un nom plus descriptif est utilisé, mais peu importe.

Parfois, vous pouvez extraire cela de l'URL, mais si vous ne le pouvez pas, vous l'avez deviné. Trouvez le mot "version" et cela vous donnera probablement deux résultats possibles : 1.3.0 ou 1.1.1


Mettre tous ensemble
Alors sachez que nous avons :

Notez que les couches sont en fait construites comme un déployer, car vous pouvez demander plusieurs couches superposées. Cela n'a de sens que lorsque les calques sont partiellement transparents et que les images visibles ne le sont pas - donc dans ce cas, cela n'a pas de sens. Mais si vous souhaitez utiliser des images de pluie radar au-dessus des données de nuages ​​(voir le code dans InitTileComboBox), cela est parfaitement logique. Sachez que les calques sont dessinés dans l'ordre d'apparition, de sorte que le dernier couche dans le tableau apparaîtra en haut.
Notez également que je n'ai fourni aucune donnée pour l'EPSG. C'est parce que c'est le dernier paramètre, et sa valeur par défaut est 3857.


Encore une chose
Dans tous les cas - que ce soit WMS vers TMS - l'appareil que vous utilisez va sur le Web pour obtenir des tuiles. C'est pourquoi un HttpMapTileDataSource a une propriété "AllowCaching", qui est définie par défaut sur true. Ainsi, même si vous ne téléchargez pas de tuiles de carte sur votre appareil, il les met toujours en cache - une fonctionnalité intéressante pour vos utilisateurs et les fournisseurs de cartes.


Conclusion
Je vous ai montré l'incroyable polyvalence du contrôle Windows Maps dans presque tous les aspects de cette série, et j'espère vous avoir inspiré à regarder au-delà des données proposées par défaut avec ce dernier article. Le monde des données géographiques est fascinant, il est dommage que tant de choses soient enfermées derrière les complexités de protocoles confus, alambiqués et/ou obsolètes.
Bonne cartographie ! Et dites-moi si vous avez trouvé un serveur de cartes sympa à utiliser dans votre application.


Question de l'EPSG 3857

Hé les gars, j'essaie actuellement (désespérément) d'entrer simplement des coordonnées dans QGIS sur un système 3857. Maintenant, TOUTES mes coordonnées sont dans une sorte de degrés (décimaux) dits dans une projection pseudomercator WGS84.

QGIS n'acceptera pas cela ! Quelle que soit la configuration dans laquelle j'essaie d'entrer les coordonnées, je ne me retrouve jamais là où j'ai mesuré (de loin). J'ai trouvé un convertisseur en ligne qui voit où mes degrés doivent être et les convertit en coordonnées X/Y qui se trouvent dans à propos de le bon endroit. Maintenant, je cherche un code EPSG pour une projection cartographique (WGS84 et pseudomercator) qui utilise des degrés décimaux en entrée.

Que tout le monde vérifie que je n'ai rien fait de stupide : [expurgé] devrait être dans [expurgé] et non dans l'Atlantique, le Moyen-Orient, la Somalie, la mer Noire ou près de l'Inde. Je te regarde QGIS !

PS de toute autre manière (comme simplement saisir des degrés décimaux ou changer de SIG) sont également appréciés


Commandez un produit individuel

La commande d'un produit individuel vous donnera la possibilité de sélectionner une image de la bibliothèque vivante de données OneAtlas, de la clipser sur votre AOI, de la traiter à l'aide de vos paramètres personnalisés et d'être livrée dans votre espace de travail. Une fois livré, vous pourrez télécharger ou diffuser le produit résultant.

Noter: Lorsque vous commandez un produit, votre AOI doit être entre 0,1km² et 400km² pour PHR (Pléiades) produits ou entre 0,1km² et 3600km² pour SPOT des produits.

Lors de la récupération du prix ou de la commande d'un produit, vous devrez spécifier des paramètres pour que l'API calcule le prix correct. Les mêmes paramètres devront être précisés lors de votre commande. Cette section vous guidera à travers les paramètres disponibles pour notre API de commande.

Deux niveaux de traitement sont disponibles :

Niveaux de traitementLa description
Empaqueterune image Panchromatique + les bandes Multispectrales (Bleu, Vert, Rouge et Proche Infrarouge) livrées séparément
Affûté à la poêlefusion du panchromatique avec l'ensemble complet des bandes de couleur bleu, vert, rouge et proche infrarouge

De plus, il existe d'autres options de production qui doivent être spécifiées sont le format d'image du produit de sortie et sa projection. Ces paramètres sont obligatoires pour traiter le produit et peuvent avoir un impact sur le calcul du prix.

Deux formats d'images sont actuellement disponibles :

Format d'imageLa description
image/jp2Le format de l'image livrée sera JPEG 2000
image/géotiffLe format de l'image livrée sera Cloud Optimized Geotiff

Plusieurs EPSG sont disponibles :

Format d'imageLa description
EPSG : 4326Système de coordonnées géodésiques pour World utilisant Utilise une projection équirectangulaire simple
EPSG : 326[01-60]WGS 84 zones nord
EPSG : 327[01-60]WGS 84 zones sud

Deux types de traitement radiométrique sont disponibles :

Traitement radiométriqueLa description
RÉFLÉCHISSANCEL'étalonnage du capteur et les effets atmosphériques systématiques sont effectivement utilisés pour corriger radiométriquement l'image.
AFFICHAGEAncien OVR (Rendu Visuel Optimisé). Un codage de pixels de 8 bits est demandé, ce qui semble plus clair.

Calculer le prix d'un produit individuel

Lors du calcul du prix d'un produit individuel, vous devez spécifier certains paramètres. La structure JSON à fournir a la forme :


Récapitulatif de notre compréhension :

Le test est mis en place en insérant un point dans la base de données PostGIS :

Dans geometryfromtext(.4326), le SRID 4326 fait référence au
Table "spatial_ref_sys", qui déclare l'ordre des axes (longitude,latitude).
Par conséquent, dans le POINT (34,94 -10,52), 34,94 est la longitude et
-10,52 est la latitude.

Le test est effectué à l'aide du "urn:ogc:def:crs:epsg:4326"
CRS, qui devrait nécessiter le point retourné par le serveur pour utiliser
(latitude,longitude) ordre des axes, ce qui donne (-10,52, 34,94).

Notre serveur répond correctement à la requête mais le test de comparaison
produit un échec.


Récupération des tuiles au format EPSG:4326. Existe-t-il un service pour cela comme CloudMade ? - Systèmes d'information géographique

  • format : conférence et discussion
  • diapositives : introduction et aperçu
  • logiciel : besoin de la liste de tous les logiciels
  • données : aucune
  • autre : aucun
  • temps : 30 minutes
  • des questions:
    • le but . application de carte des magasins d'alcool ? autres idées : arrêts de bus
    • introduction aux SIG et aux géodonnées. familier avec GMapsAPI, mais rien de plus.
    • quelles sont les limites de google maps

    #Environ quatre demi-journées ##Créer des données géographiques ##Travailler avec des données géographiques ##Visualiser des données géographiques ##Créer des applications avec des données géographiques

    Objectif : une application géolocalisée !

    Repo Github des diapositives et de certains matériaux

    #Introduction à OpenStreetMap Je suis reparti avec une solide compréhension de base de ce qu'est OpenStreetMap. les motivations et la démarche.

    • format : cours magistral
    • diapositives : introduction de base à l'OSM
    • Logiciel:
    • Les données:
    • autre:
    • temps : 30 minutes
    • des questions:
      • Licence

      #OpenStreetMap ##Cartographie globale collaborative, "comme Wikipédia pour les cartes"

      #qu'est-ce qu'OpenStreetMap ? ##le openstreetmap "one-liner"

      #Bâtiments détruits, camps de déplacés

      #Utilisations ##Récupération immédiate, reconstruction en cours

      #Kibera était un espace vide ## 250 000 personnes, 2,5 km2

      #Voice of Kibera ## Reporting hyper local, géolocalisé, utilisant Ushahidi http://voiceofkibera.org/

      #Qu'est-ce qui distingue OSM ? ##Licence ouverte ##Liberté technique ##Communauté

      #GPS Surveying for OSM Comprendre comment utiliser un GPS et collecter des données pour OSM

      • format : atelier
      • diapositives :
      • Logiciel:
      • Les données:
      • autre : unités GPS. Peut-être des applications ?
      • temps : 1 heure
      • des questions:
        • Théorie et pratique
        • mobile : périodicité et précision. mais quoi utiliser. Android : MyTracks, autres. OSMAnd --- inutilisable. qu'est-ce qu'ils utilisent dans jbad?
        • Les POI ne sont pas collectés à proximité de CIS . colporteurs
        • MyTracks : permet de régler la fréquence. gpx visible en tant que lecteurs montés. utilise GMaps comme fond de carte

        La théorie de la relativité d'#Einstein et vous !

        • Activer le GPS
        • Recevez un signal
        • Page vers la carte
        • Zoom et panoramique
        • Enregistrez les WayPoints en appuyant directement sur le joystick
        • Remarque Numéro de point de cheminement
        • Type d'autoroute et noms
        • Tout POI intéressant
        • Parking
        • Direction de la rue (rue à sens unique)‏
        • L'utilisation des terres
        • Sentiers pédestres, pistes cyclables, autres itinéraires
        • Bâtiments et équipements spécifiques
        • Traversées, ponts et tunnels
        • Lieux et monuments remarquables supplémentaires
        • Les pistes sont enregistrées automatiquement
          • La piste est une ligne directrice, pas la carte !

          #Téléchargement depuis le GPS Utilisation de GPSBabel pour télécharger les données GPS

          • format : atelier
          • diapositives : affichez simplement les commandes
          • logiciel : gpsbabel, pilotes
          • données : résultats en GPX
          • autre:
          • temps : 20 minutes

          Connectez le GPS avec un câble USB

          !sh sudo gpsbabel -i Garmin -f usb: -o gpx -F waypoints.gpx

          #Modification des données dans OSM Facility avec les éditeurs JOSM et Potlatch.

          • format : atelier
          • slides : peut-être des captures d'écran de JOSM
          • logiciel : JOSM. Potlatch ?
          • données : résultats dans OSM
          • autre:
          • temps : 40 minutes
          • des questions:

          #Tagging, modèle de données OSM et API Comprendre le marquage, les fonctionnalités de la carte, la modification des préréglages dans JOSM et Potlatch


          Lignes et polygones

          GeoRSS Simple (illustré ici) et GeoRSS GML sont tous deux pris en charge et recommandés. L'ancienne spécification informelle de geo:polygon et geo:line est toujours prise en charge mais non recommandée.

          Voici un exemple simple d'un polygone, d'une ligne et d'une boîte en RSS.

          <?xml version="1.0"?>
          <rss version="2.0" xmlns:georss="http://www.georss.org/georss" >
          <canal>

          &litem>
          <title>Un exemple de polygone</title>
          <link>http://example.com/geo</link>
          <description>Juste un exemple</description>
          <georss:polygone>30 -120 30 -100 20 -100 30 -120</georss:polygone>
          </élément>

          &litem>
          <title>Un exemple de ligne</title>
          <link>http://example.com/geo</link>
          <description>Juste un exemple</description>
          <georss:ligne>50 -0,2 54 3 59 2,56</georss:ligne>

          &litem>
          <title>Un exemple de boîte</title>
          <link>http://example.com/geo</link>
          <description>Juste un exemple</description>
          <georss:boîte>42.943 -71,032 43.039 -69,856</georss:boîte>

          Les zones de texte d'annotation sont positionnées à la première coordonnée de la liste. Les polygones/boîtes sont remplis avec une transparence de 30 %, de sorte que les annotations tracées auparavant sont visibles. Cependant, ces annotations couvertes ne sont pas cliquables. Une façon d'ajuster ce comportement consiste à <zlevel> option de configuration.

          Si &lzoomto> est défini, le zoom sera centré sur la première coordonnée répertoriée dans la ligne ou le polygone. Alternativement, si <georss:point> est spécifié, le zoom se centrera sur ce point.


          Paramètres supplémentaires pris en charge par tous les types de demande¶

          NOM DE FICHIER paramètre : s'il est défini, la réponse du serveur sera envoyée au client en tant que pièce jointe avec le nom de fichier spécifié.

          CARTE Paramètre : similaire à MapServer, le paramètre MAP peut être utilisé pour spécifier le chemin d'accès au fichier de projet QGIS. Vous pouvez spécifier un chemin absolu ou un chemin relatif à l'emplacement de l'exécutable du serveur ( qgis_mapserv.fcgi ). S'il n'est pas spécifié, QGIS Server recherche les fichiers .qgs dans le répertoire où se trouve l'exécutable du serveur.

          Vous pouvez définir un QGIS_PROJECT_FILE en tant que variable d'environnement pour indiquer à l'exécutable du serveur où trouver le fichier de projet QGIS. Cette variable sera l'emplacement où QGIS cherchera le fichier du projet. S'il n'est pas défini, il utilisera le paramètre MAP dans la requête et examinera enfin le répertoire exécutable du serveur.


          Module pyspatial.visualize¶

          add_markers ( Nom, formes, style=Aucun, text=Aucun ) ¶ add_shapes ( Nom, formes, style=Aucun, text=Aucun ) ¶

          Ajoutez des formes à la carte. Accepte les pandas Série ou liste d'objets galbés ou ogr.Geometry, ou un dictionnaire ou une chaîne correspondant à la spécification geojson.

          choroplèthe ( colonne=Aucun, niveaux=6, palette='Rouges' ) ¶

          #TODO : - Ajouter du style par choroplèthe. - Ajout de la prise en charge de différents schémas de discrétisation

          • colonne (str) – La colonne à utiliser pour le choroplèthe. Doit exister dans les données fournies.
          • niveaux (entier, par défaut Aucun) – Nombre de niveaux à utiliser pour la balance. La quantité autorisée varie en fonction de la palette choisie.
          • palette (string ou dict, par défaut utilisera 'Reds') – Utilise le brasseur de couleurs (http://colorbrewer2.org/). If you pass a dict, the keys are the string values in the column, and the values are the html hex color for that value.

          Save the html to a file. Can be local or s3. If s3, assumes that a .boto file exists


          Voir la vidéo: JARDINAGE $ DÉCORATION (Octobre 2021).